Accéder au contenu principal

Tours et détours de la vilaine... libraire ?

 




Quoi, une nouvelle librairie ?


C'est ce qu'ont certainement pensés mes ami·e·s quand j'ai annoncé en janvier notre envie, à ma moitié et moi, d'ouvrir une nouvelle librairie à Montréal.


On aura pris le temps ; trois ans. Trois ans pour laisser murir ce projet qui nous trottait déjà dans un coin de la tête. C'est que la première librairie avait déjà été une sacré affaire à monter ; j'y avais laissé pas mal de plumes, aussi. J'étais arrivée au Québec lessivée, un peu lasse du milieu du livre, incertaine sur ce que j'attendais de l'avenir. J'ai fait un détour par l'associatif (toujours culturel) pour mieux y revenir, restant tout de même un pied dans la littérature avec mes ami·e·s libraires et lecteurs, mon club de lecture de l'imaginaire.


Alors voilà, en janvier est née La maison des feuilles, en mai ouvrira la librairie dans le quartier montréalais de La Petite-Patrie, un quartier près duquel on vit -  je suis à 25min à pied de la boutique, et qu'on adore !


Ce sera une librairie généraliste cette fois, avec de la littérature en tous genres, de la jeunesse, de la BD, des sciences humaines, un peu de livres d'art et de livres pratiques. En ce moment même les ouvriers montent les étagères et le comptoir sur mesure, ma moitié, Daniel, programme le site de vente en ligne et le logiciel de gestion de stock, et moi je travaille fort sur les commandes de livres de fonds, sur le travail des nouveautés à venir, sur la communication de l'entreprise. On croise tous les doigts pour que la troisième vague ne nous frappe pas de plein fouet à l'ouverture, mais pour pouvoir enfin rencontrer nos clients et montrer notre belle sélection d'ouvrages aux gens du quartier.



La maison des feuilles, c'est une nouvelle aventure professionnelle qui commence et qui me réconcilie avec la lecture - avec l'avenir, aussi. La librairie est vraiment une vocation ; je ne compte pas mes heures, je travaille 7 jours sur 7, mais je suis plus épanouie que jamais (bon... et légèrement éclatée en ce moment...) et je suis contente d'avoir retrouvé cette voie.


Si vous voulez jeter un oeil à la librairie, nous avons des comptes Facebook et Instagram.

Afin de nous aider dans ce projet dantesque, qui mange encore une très grosse partie de nos économies (c'est qu'ouvrir une librairie demande un investissement financier énorme, entre le local, les meubles, l'achat des livres initiaux, l'embauche d'employé, le système informatique, et j'en passe !), on a lancé une campagne de sociofinancement. C'est principalement pour nous aider à acheter le stock initial (estimé à 35 000$), qui sera amené à s'étoffer plus tard, et pour nous permettre aussi, si on atteint 100%, d'obtenir des prêts à taux avantageux avec des partenaires financiers : au Québec, l'aide au démarrage d'entreprise est quasi nulle et les taux d'emprunt peu avantageux, alors ça nous serait vraiment utile. Si l'objectif n'est pas atteint, la campagne sera simplement annulée. Cela ne veut pas dire que le projet sera annulé ; réussite ou non, nous ouvrirons bien nos portes, mais nous ouvrirons seulement avec moins de livres (7000$ de moins de livres quoi, vu qu'il faut compter le coût de la plateforme et d'envoi des contreparties dans nos frais sur l'objectif demandé).





Maintenant que l'envie de lire m'est revenue, j'espère bien avoir le temps d'écrire de nouvelles chroniques ici par la suite, quand je ne serais plus sous l'eau à cause de la création d'entreprise. 


Gardez donc l'oeil ouvert, Guixxx affute ses crayons.




Commentaires

  1. Bon courage. Et j’espère que la première aventure permettra de naviguer plus sereinement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Li-An ! C'est sûr que j'ai beaucoup appris, et j'ai encore beaucoup à apprendre :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Rattrapons le temps perdu - La Passe-miroir, de Christelle Dabos

Mais où était-elle tout ce temps ?  Personne ne se le demande, parce que depuis mon arrêt brutal (mais temporaire) de ce blog, sa fréquentation a lamentablement chuté ! (Logique, me direz-vous) . Pourquoi ?, surtout ! Telle est la question que personne ne pose et à laquelle je vais répondre. Je pourrais prétendre que je n'ai pas eu le temps d'écrire (une fausse vérité, ou un vrai mensonge, au choix), que je suis débordée (bon ça c'est vrai, mon boulot me prend quand même beaucoup de temps) et que j'étais trop fatiguée pour écrire en rentrant chez moi (bon, ça aussi c'est vrai, j'étais même trop fatiguée pour sortir mon chien, faire à manger, enlever mes chaussures et changer mes draps, donc bon tu vois... "mais où est cette fausse vérité", me crie-t-on !). La vérité vraie c'est que j'ai oublié. Oublié combien j'aimais écrire, vous parler de mes lectures, partager mes pensées. J'ai oublié combien j'aimais lire

Un cantique pour Leibowitz, de Walter M. Miller Jr.

Lorsque j'ai quitté ma librairie il y a maintenant presque un an, je m'étais dit que les mois suivants ce changement de vie - où je ne pouvais pas travailler du fait de mon processus d'immigration au Canada - seraient dédiés à la lecture d'oeuvres qui m'ont toujours fait de l'oeil mais que je n'avais jamais pris le temps de lire. J'avais fait pas mal d'achats (en prévision du prix des livres au Québec qui est deux fois plus élevé) et conçu une liste d'ouvrages en format de poche que je comptais rafler dans une librairie une fois sur place. J'ai mis plus de temps que prévu, mais j'ai fini par trouver l'un de ces titres à la superbe librairie d'occasion L'Echange , sur le Plateau Mont-Royal, et il s'agissait d' Un cantique pour Leibowitz , de Walter M. Miller Jr. , un classique de la science-fiction américaine écrit à la fin des années 50 et disponible en français chez Folio SF. Un cantique pour Lei

Le cercle de Farthing, de Jo Walton

Avant de vous parler de ma dernière lecture en date tout à fait passionnante (titre ci-dessus), juste un petit mot pour rendre hommage à un grand auteur de fantasy, Terry Pratchett. Il est décédé hier. Tout le monde s'attendait à une fin prématurée, mais lorsque la nouvelle tombe c'est toujours assez rude.  Il est étonnant de voir le nombre d'articles qui ont fleuri lors de l'annonce de son décès sur des sites d'information qui n'ont jamais écrit son nom dans aucun autre article, jamais voulu rendre hommage à ce génie de la littérature fantastique de son vivant. La Mort fait toujours cet effet là...  J'espère juste que son départ, qui a fait grand bruit, fera découvrir son oeuvre à plein de nouveaux lecteurs de tous âges et tous horizons. Je ne suis pas la mieux placée pour en parler, je n'en ai lu que peu. J'aimais beaucoup son imagination, l'humour de ses personnages et l'originalité de son univers, mais je n'ai jamais eu