Accéder au contenu principal

Mes vrais enfants, de Jo Walton


Jo Walton, depuis que j'y ai goûté, j'y reviens forcément à chaque nouveauté. Mais c'est une addiction de plus en plus forte que j'accepte avec un énorme plaisir.
Et à chaque nouvel ouvrage, mon admiration pour cette grande dame de la littérature augmente.

Avec Morwenna, nous avions l'histoire d'une adolescente boulimique de lecture, traumatisée par un accident et la perte de sa jumelle - ainsi que de sa mobilité physique - et harcelée par une mère complètement folle qui pratique la magie noire. Le fantastique est prégnant, puisque l'héroïne a l'étrange faculté de pouvoir voir et converser avec les fées, et doit donc être un peu sorcière, comme sa mère. Ou bien tout cela est-il vraiment réel ? les contes de fées de Morwenna ne seraient-ils pas un moyen d'échapper à une mère abusive et manipulatrice ainsi qu'à un passé douloureux et à un quotidien malheureux ? L’ambiguïté qui plane tout au long du roman lui donne toute sa saveur.

Le cercle de Farthing, premier volet de la Trilogie du Subtil changement, réecrivait l'histoire après la Seconde guerre mondiale à travers une enquête policière, mystère à huis clos au sein d'une société d'aristocrates et de politiques en Angleterre. Le cercle de Farthing, composé de la gentry et de la crème des politicards ambitieux du pays, est à l'origine d'un traité signé en 1941 laissant toute latitude à Hitler en Europe en échange d'une paix royale à l'Angleterre. Six ans plus tard, loin des bombes et des confrontations du continent, les Royaumes-Unis sont aux prises avec une montée inquiétante d'antisémitisme : un climat politique explosif dans lequel l'inspecteur Carmichael doit élucider un meurtre aux répercutions délicates.
Si Morwenna était déjà un petit tour de force (la fin m'a laissé sur ma faim), et Le cercle de Farthing un exercice d'uchronie magistral, le nouveau roman de Jo Walton combine tout ce qui m'a plu dans ces précédents ouvrages, pour en faire une oeuvre excellente en tout point.

De cette année 2017 qui vient juste de commencer, je l'érige (ainsi que le conte revisité absolument magique Déracinée de Naomi Novik) comme Méga Coup De Coeur (sisi c'est un titre trèstrès sérieux) dans mes coups de coeur : je m'engage à propager Mes vrais enfants  de Jo Walton autour de moi sans compter.





Mes vrais enfants, est un roman publié en 2017 par les éditions Denoël, dans la génial collection Lunes d'encre.
C'est le récit bouleversant d'une femme qui a vécu deux vies.
Aujourd'hui en maison de retraite, elle peine à déterminer laquelle des deux vies représente la réalité. Dans l'une d'elle, la maison de retraite comporte un ascenseur et ses rideaux sont bleus. Dans l'autre, il n'y a que des escaliers et les stores de sa chambre sont verts.
Dans l'une d'elles, elle fut mariée avec quatre enfants, alors que dans l'autre, elle n'en a eu que deux.
Dans l'une d'elles, elle a épousé Mark, alors que dans l'autre...

Jo Walton nous fait commencer par la fin : Patricia est âgée, et les infirmières la trouvent certains jours très confuse, d'autres fois un peu moins. Aussi Patricia va-t-elle dérouler le fil de sa vie, et mettre le doigt sur l'élément divergeant de ces deux existences vécues. Quand est-ce que sa vie a pu prendre deux tournures aussi différentes ?!
Son enfance en Angleterre dansles années 30, avec un frère aîné qu'elle adorait, un père aimant et une mère distante, son adolescence pendant la seconde guerre mondiale, évacuée à la campagne pour se protéger des bombardements, et sa bourse pour étudier à Oxford : tous ces éléments concordent dans les deux vies, jusqu'à ce qu'elle soit face à un choix. LE choix. Celui qui va déterminer sa vie, celui qui va déterminer la vie de nombreuses personnes et potentiellement changer la face du monde.

A travers ses souvenirs, elle nous livre le récit de deux femmes différentes : Enfant, on la surnommait Patsy, puis dans une réalité elle deviendra Pat, dans l'autre ce sera Tricia. Chaque rencontre, chaque choix qui découlera de celui d'origine, va forger son destin. Dans l'une elle sera une femme bafouée, malheureuse et désespérée, dans l'autre elle deviendra une femme passionnée, amoureuse et éprise de liberté.
Dans tous les cas, Patricia aura des enfants : sa raison de vivre dans l'une de ses vies, et sa raison de survivre dans l'autre.

Toute la question est là : lesquels sont ses vrais enfants ?

Au fil de sa narration, Jo Walton émaille la vie de Patricia d'élément historiques qui aident à déterminer le lecteur sur la légitimité de l'une ou l'autre réalité. Arrive le moment où le lecteur se dit "mais dis-donc, ou bien mon prof d'histoire m'a prise pour un cornichon, ou bien elle se fourre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude Dame Walton !"
Ni l'un ni l'autre, Le roman de Jo Walton, tout en étant un récit puissant de femme, est aussi et avant tout inscrit dans la science-fiction. Elle nous a déjà démontré son habileté pour l'uchronie, et elle nous montre l'ampleur de son talent à travers Mes vrais enfants. Car si Mes vrais enfants est un roman de science-fiction uchronique, ainsi qu'un récit de femme intense et éclatant, c'est aussi une véritable chronique sociale et une critique très intelligente de la société : miroir des conséquences des moeurs d'une époque dirigée par une certaine rigidité religieuse et morale, et reflet d'un temps où les femmes luttaient encore pour avoir des droits aujourd'hui considérés comme acquis (mais toujours en danger), mais aussi dénonciation des dérives du capitalisme et de son amour pour le nucléaire, débordements des relations internationales entre les superpuissances qui dirigent le monde, appauvrissement ou accélération de la science qui en découlent. Misère, désespoir et afflictions ou richesse, bonheur et fierté vont dépendre de tous ces actes, minimes ou importants, capables de changer la face du monde.

Ce roman m'a touché pour toutes ces choses : quelque soit la vie vécue par Patria, Pasty, Pat, Tricia ou Trish, on évolue avec elle à tâtons, on espère avec elle et on déchante à ses côtés. On souffre à sa place, on rage et on bouillonne face aux injustices et aux embûches semées sur sa route. On aime avec elle, on ressent sa tendresse, sa passion, son amour. Enfin, toutes ses émotions se font nôtres, ses larmes sont partagées (et nombreuses) et sa confusion - terrible, inéluctable, et pénible, nous est tout aussi odieuse qu'à sa hôtesse.
Le dénouement de ce roman est éloquent : le lecteur se retrouve lui aussi face à un choix impossible. Quelle vie reflète la réalité ? Quelle réalité Patricia peut-elle choisir pour se défaire de cette confusion insupportable ? 
Doit-elle faire un choix et rayer l'une de ces réalités des possibles plans de l'existence ?
Comment peut-elle décider l'ordre du monde ? Comment peut-elle choisir qui sont ses vrais enfants ?
Avec tant de poids sur ses épaules, il est effectivement plus facile d'oublier.

Lecteurs, lectrices, ne passez pas à côté de ce roman dont l'échos continuera de vous hanter après sa lecture : il ébranle, il marque profondément, et en plus d'être passionnant, il fait réfléchir.


Commentaires

  1. Bon, il va falloir que je rajoute Walton à ma liste des choses à découvrir, depuis le temps que je lis des avis positifs sur son travail.

    RépondreSupprimer
  2. Il est dans ma PAL depuis sa sortie, sacrilège... Je ne l'ai toujours pas lu ! Et pourtant, ce n'est pas l'envie qui manque, surtout après un avis pareil :D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Édification d'un rêve, ou la librairie fantastique.

Dessin de Tom Gauld Combien de fois dans mon entourage (le peu qui lisent mes chroniques en diagonale) m’a demandé quels étaient ces plans « top secrets » dont j'ai fait état dans plusieurs de mes billets. Ceux qui m'ont posé la question sans détour ont obtenu l'information claire et définitive que je partage avec vous ici : je veux créer ma boîte. Je vous ai déjà parlé avec nostalgie et envie de mes rêves. Depuis mon adolescence je fantasme sur cette possibilité. J’ai vécu dans le rêve brumeux et cotonneux de posséder ma propre librairie. Je l’ai imaginée, décorée, rempli et re-imaginée des centaines de fois. Parfois elle ressemblait à l’ancien local de la librairie Imagin’ères à Toulouse, une toute petite pièce au plancher craquant et aux étagères ployant sous des rayonnages de livres de SF, la musique de Loreena McKennit se mêlant aux effluves de patchouli. Parfois elle ressemblait au Forbidden Planet de Londres, gigantesque, fournissant profusion de Bds

La singulière tristesse du gâteau au citron - Aimee Bender

Ça fait un bout de temps que mes doigts n’ont pas effleuré le clavier. Je me laisse aller les amis. Pourtant j‘en ai des choses à raconter, mais bon, que voulez-vous, je passe trop de temps dans mes pensées et dans mes livres, ou bien à gratter le bedon du félidé. Tenez récemment j’ai lu un livre au titre plus qu’improbable, La singulière tristesse du gâteau au citron aux éditions de l'Olivier. Non, ce n’est pas Katherine Pancol, mais je vous accorde qu’elle aurait pu être l’auteur de ce titre fantaisiste. Nous n’oublierons jamais Les yeux jaunes des crocodiles , La valse lente des tortues , mais surtout le fameux Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (et seulement le lundi, car Katherine Pancol détient une vérité ultime et dérangeante de la vie des écureuils New-yorkais). L'auteur se nomme Aimee Bender, et ce quatrième roman génialissime est celui qui l'a fait connaître outre-Atlantique. Mais allez plus loin que le titre, et plus loin que ce

Les visages, de Jesse Kellerman

Des Visages et des Cracke Il y a seulement deux semaines, je montais ma nouvelle bibliothèque Expedit de chez Ike* toute seule ! Non, le félidé n'a toujours pas de pouces opposables et n'en branle pas une ramée pour monter nos meubles,  sur lesquels il adore se prélasser, au passage ! Crénom j’en étais fière. Il faut considérer que j’avais passé ma semaine à déménager, empaqueter, porter des cartons, monter des meubles, pousser des meubles, bref mes petits muscles étaient déjà en souffrance. J’ai donc monté cette bibliothèque seule, moi petit être frêle, (je dis Shu* u* aux mauvaises langues qui pensent déjà « pfff vas-y trop facile moi j’t’en monte 10 quand tu veux là ! » ouais ben allez-y, ça fait mal aux mains d’enfoncer des petits bitoniaux en bois à fond !) parce qu’il fallait bien que je case mes derniers cartons de livres. Ils trainaient par terre, et je déteste ça (au contraire le félidé avait élu domicile dans les cartons, la truffe enf