Accéder au contenu principal

Lockwood and Co., de Jonathan Stroud

Certaines œuvres vous font du bien.

Il m'arrive parfois de penser que ma vie est un peu morne et répétitive ; malgré mon rôle de chef d'entreprise qui n'est pas de tout repos et tous les rebondissements que cela entraîne (les nouvelles rencontres, les challenges, les imprévus qui vous tombent dessus à tout bout de champ), c'est quand même souvent "métro, boulot, dodo". Et ce qui me fait tenir quand cet état d'esprit me submerge (bon c'est en grande partie ma moitié, le félidé et le canidé, mon petit bout de famille !) c'est la lecture. Grand bien m'en fasse : je suis libraire.
Car j'ai beau me laisser aller à regarder pendant des heures des séries télé - certaines débiles, certaines complexes, certaines géniales, certaines tout juste distrayantes - ce sont les romans qui me font le plus de bien quand j'ai besoin d'évasion.

Le mieux, c'est quand vous entrez dans un livre comme dans lit douillet, et qu'il est tellement bien que vous ne voulez plus le quitter. Quand il m'arrive ce genre de chose (comme ça a été lé cas avec La Passe-Miroir par exemple), je sais que je pourrais lire des heures, voire des jours, sans m'arrêter.

Le dernier en date qui a eu cet effet bénéfique sur moi, c'est Lockwood and Co. de Jonathan Stroud aux éditions Albin Michel (LGF pour le format poche). C'est la deuxième fois que cet auteur de génie me donne du plaisir grâce à ses romans, concentrés d'aventure, de magie et d'humour.
La première fois c'était avec la Trilogie de Bartimeus, et j'en garde un souvenir très chaleureux.



Lorsque j'ai commencé Lockwood and Co., j'avais envie de légèreté : certaines lectures vous plombent un peu, coupant parfois l'envie d'ouvrir à nouveau un livre durant plusieurs jours / semaines / mois (entourez la mention correspondant à votre situation actuelle!). Il me fallait de la gaieté, il me fallait de la fantaisie, il me fallait de l'exaltation, et le tout en finesse !

C'est là où Jonathan Stroud, son humour pince-sans-rire, ses personnages spirituels et hilarants, et surtout son imaginaire inventif, entrent en jeu.

Lockwood and Co. est une agence de chasseurs de fantôme de Londres. Quoi de plus banal me direz-vous, dans une Angleterre où "Le fléau" sévit depuis près de quatre décennies et les agences d'exterminateurs de fantômes sont légion. Dans une ville comme Londres, le Fléau fait des ravages : la forte concentration d'habitants et son histoire millénaire en font un lieu particulièrement susceptible d'être hanté par des spectres de morts violentes : assassinats, victimes de guerre, suicides. Or si certains fantômes se contentent de se lamenter sans ennuyer leur monde (une petit air glacial et quelques gémissements la nuit ne font de mal à personne) certains sont bien plus dangereux et peuvent à leur tour causer la mort.
Ce qui différencie Lockwood and Co. de ses grandes agences rivales ... c'est justement Lockwood et sa compagnie. Contrairement aux agences d'envergure ou gouvernementales qui emploient des enfants et adolescents mais donnent tous pouvoirs aux adultes (pourtant presque incapables de percevoir les apparitions spectrales) pour les superviser, Lockwood and Co. est une entreprise gérée par un gamin et qui n'emploie que des gamins. En fait, il ne sont que trois gamins : Lucy - notre narratrice -, vendue par sa mère dans sa plus tendre enfance à l'agence de sa petite ville afin de payer le loyer et débarquée à Londres pour oublier une douloureuse tragédie, George, le rat de bibliothèque gauche et flasque dont l'indolence n'a d'égal que l'irascibilité, et Anthony Lockwood, personnage charismatique, mystérieux et élégant que ses associés suivraient jusqu'au bout du monde, un génie dont l'audace mêlée d'insouciance a tendance à mettre son entreprise dans l'embarras... 
C'est leur histoire que va nous raconter Lucy, celle d'une petite agence indépendante prête à affronter les spectres les plus menaçants pour continuer d'exister et faire de la capitale anglaise un endroit plus sûr pour ses habitants.

Sérieusement, je suis tombée sous le charme de ce trio improbable. La force de Jonathan Stroud, c'est son humour et sa galerie de personnages toujours très attachants. Lockwood est d'ailleurs un personnage très intéressant, on pourrait tout à fait le comparer à une sorte de Sherlock Holmes taille réduite, avec une intelligence redoutable et un goût prononcé pour l'énigme et l'aventure, et reléguant souvent au second plan la sécurité d'autrui pour mieux satisfaire son avidité. Lucy incarne quant à elle l'intuition et la sensibilité, ses dons de perceptions sont si forts qu'ils sont à la fois une bénédiction et un problème (ils peuvent aveugler son jugement). George quant à lui représente la réflexion et la prudence (certains diraient la couardise, mais George n'est pas lâche, juste très précautionneux), son humour grinçant et sa grande gueule cachent en fait une loyauté et un dévouement sans failles.
Lockwood, Lucy et George sont tout simplement trois personnalités fortes dont l'association fait des étincelles. La verve de Lucy, l'ironie insupportable de George et la nonchalance de Lockwood donnent lieu à des joutes verbales désopilantes et des situations cocasses qui m'ont fait mourir de rire. Et il faut le savoir, je ne suis pas du genre exprimer mes sentiments à voix haute pendant que je lis, plutôt du genre à garder un visage sérieux lors des passages les plus comiques, tristes ou effrayants, mais les répliques des personnages m'ont fait éclater de rire plusieurs fois durant ma lecture !

Et le plus improbable, c'est que Jonathan Stroud réussit à nous faire rire et sourire avec ses dialogues invraisemblables tout en instillant tout au long du roman une ambiance sombre et sinistre, celle d'une Angleterre hantée où les habitants s'enferment chez eux le soir venu en laissant les villes désertes, et où la nuit n'apporte que peur et cauchemars. Chaque description des affaires de Lockwood and Co. arrive à vous glacer le sang. Avis à ceux qui n'aiment pas les frayeurs : Lockwood and Co. arrive tout de même à vous donner la chair de poule ! Et c'est tout le génie de Jonathan Stroud : il nous fait penser qu'il s'agit d'un roman tout public avec des histoires de fantômes et des mômes comme héros, mais ce premier tome nous plonge dans une atmosphère bien plus lugubre qu'il n'y paraît, bien plus profonde et terrifiante qu'un joyeux Ghostbusters. Les trois personnages de Lockwood and Co. ont beau être des gamins (on ne sait pas exactement leur âge, mais il ne sont pas majeurs et peuvent encore très bien percevoir les fantômes, contrairement aux jeunes adultes) ils travaillent et affrontent des horreurs indicibles depuis l'âge de 5 ou 6 ans, et ils ont perdu leur innocence et leur enfance dans le processus. Bien qu'ils ne soient pas adultes, ils ont dû grandir à vitesse grand V et ne sont plus des enfants non plus, il côtoient la mort chaque nuit et ont une espérance de vie très réduite qui leur fait envisager le monde sous un jour différent.
C'est aussi cette fêlure que j'apprécie chez les personnages de Jonathan Stroud, chacun d'entre eux a très tôt vécu un drame traumatisant qui le rend vulnérable, mais qui lui a aussi permis de devenir meilleur dans son domaine et de continuer à avancer.

Enfin, Lockwood and Co. se dévore. Sa narration déconstruite menée par la pétillante Lucy rend l'intrigue encore plus mystérieuse et passionnante, et ce premier tome de L'escalier hurleur dévoile un fil rouge qui sera repris dans les prochains volumes de la série et qui nous laisse sur notre faim.

Je n'avais pas envie de quitter Lockwood and Co., mais je m'y suis forcée pour enchaîner avec d'autres lectures qui s'empilaient à coté de mon lit. Je sais que je lirai la suite de la série, parce qu'elle m'a vraiment plu. Ce sera comme d'enfiler un pyjama ultra confortable et se coule sous une couette moelleuse, ce sera un plaisir à la fois exaltant et reposant : comme à chaque fois que je lis un excellent roman, il me fera du bien.

CITRIQ

Commentaires

  1. Intrigant. Je ne suis pas fan de "lectures légères" mais la thématiques correspond à des choses que j'aime bien. Je vais tester tiens - ça fera plaisir à mon libraire.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai également découvert ce premier tome il y a peu, et ce fut ici aussi une chouette lecture ! La suite sera lue également :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours très bon, mais le premier tome est aussi certainement le meilleur. J'attends le 4.

      Supprimer
  3. J'ai lu le premier tome et j'ai adorée. C'était génial. J'ai lue pas mal de roman fantastiques et celui-ci fait parti des meilleurs que j'ai lu (eh oui je suis une grande littéraire). J'espère pouvoir lire la suite un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, fonce ! Le troisième est génial aussi, j'attends le 4ème avec impatience :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Édification d'un rêve, ou la librairie fantastique.

Dessin de Tom Gauld Combien de fois dans mon entourage (le peu qui lisent mes chroniques en diagonale) m’a demandé quels étaient ces plans « top secrets » dont j'ai fait état dans plusieurs de mes billets. Ceux qui m'ont posé la question sans détour ont obtenu l'information claire et définitive que je partage avec vous ici : je veux créer ma boîte. Je vous ai déjà parlé avec nostalgie et envie de mes rêves. Depuis mon adolescence je fantasme sur cette possibilité. J’ai vécu dans le rêve brumeux et cotonneux de posséder ma propre librairie. Je l’ai imaginée, décorée, rempli et re-imaginée des centaines de fois. Parfois elle ressemblait à l’ancien local de la librairie Imagin’ères à Toulouse, une toute petite pièce au plancher craquant et aux étagères ployant sous des rayonnages de livres de SF, la musique de Loreena McKennit se mêlant aux effluves de patchouli. Parfois elle ressemblait au Forbidden Planet de Londres, gigantesque, fournissant profusion de Bds

La singulière tristesse du gâteau au citron - Aimee Bender

Ça fait un bout de temps que mes doigts n’ont pas effleuré le clavier. Je me laisse aller les amis. Pourtant j‘en ai des choses à raconter, mais bon, que voulez-vous, je passe trop de temps dans mes pensées et dans mes livres, ou bien à gratter le bedon du félidé. Tenez récemment j’ai lu un livre au titre plus qu’improbable, La singulière tristesse du gâteau au citron aux éditions de l'Olivier. Non, ce n’est pas Katherine Pancol, mais je vous accorde qu’elle aurait pu être l’auteur de ce titre fantaisiste. Nous n’oublierons jamais Les yeux jaunes des crocodiles , La valse lente des tortues , mais surtout le fameux Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (et seulement le lundi, car Katherine Pancol détient une vérité ultime et dérangeante de la vie des écureuils New-yorkais). L'auteur se nomme Aimee Bender, et ce quatrième roman génialissime est celui qui l'a fait connaître outre-Atlantique. Mais allez plus loin que le titre, et plus loin que ce

Les visages, de Jesse Kellerman

Des Visages et des Cracke Il y a seulement deux semaines, je montais ma nouvelle bibliothèque Expedit de chez Ike* toute seule ! Non, le félidé n'a toujours pas de pouces opposables et n'en branle pas une ramée pour monter nos meubles,  sur lesquels il adore se prélasser, au passage ! Crénom j’en étais fière. Il faut considérer que j’avais passé ma semaine à déménager, empaqueter, porter des cartons, monter des meubles, pousser des meubles, bref mes petits muscles étaient déjà en souffrance. J’ai donc monté cette bibliothèque seule, moi petit être frêle, (je dis Shu* u* aux mauvaises langues qui pensent déjà « pfff vas-y trop facile moi j’t’en monte 10 quand tu veux là ! » ouais ben allez-y, ça fait mal aux mains d’enfoncer des petits bitoniaux en bois à fond !) parce qu’il fallait bien que je case mes derniers cartons de livres. Ils trainaient par terre, et je déteste ça (au contraire le félidé avait élu domicile dans les cartons, la truffe enf