Accéder au contenu principal

Ce que vous devez savoir sur les animations en librairie...



Récemment j'ai demandé à des blogueurs de partager l'information autour d'eux concernant la venue de l'auteur galloise Jo Walton en France, elle ne vient pas souvent et je voulais qu'un maximum de monde puisse avoir l'occasion de la rencontrer. Quel meilleur moyen que de demander à mes confrères blogueurs ayant apprécié l'ouvrage de transmettre autour d'eux ? Car oui, il est déjà arrivé que certaines personnes découvrent l'événement après qu'il ait eu lieu... ce qui est bien dommage !
Certains donc ont transmis mais ont relevé un détail sur l'événement proposé dans la librairie : il était inscrit *achat d'un ouvrage obligatoire sur place*, et forcément cela en dérangeait plus d'un. Nous avions déjà eu ce genre de remarques auparavant, et j'avais écris un petit article sur le compte "personne" Ju Guix de la librairie pour expliquer un peu les choses. Le terme "obligatoire" est certainement un peu fort, mais cette formule est essentiellement présente pour faire comprendre aux gens que nous souhaitons qu'ils soient clients pour participer à l'animation que nous organisons.
Alors, mes chers lecteurs, voici pourquoi un librairie, plus particulièrement Ju et moi en l’occurrence dans ce scénario, demande aux personnes qui viennent participer à l'événement d'acheter quelque chose dans leur magasin, voici le petit article en question :




Le saviez-tu ? Spécial librairie :
Lorsqu'un libraire prépare une dédicace, c'est beaucoup d'organisation, de temps, et parfois de frais.
Il faut gérer les commandes, préparer la communication (création de flyer avec ou sans graphiste, impression des flyers, distribution des flyers, mise en place d'affiches), gérer les réservations (nombreux appels, pas toujours la possibilité de recevoir tous ceux qui le veulent lorsqu'il s'agit d'un dessinateur : il ne peut en dessiner qu'un certain nombre durant le temps qui lui est imparti), toujours offrir la petite collation qui plaira aux auteurs et à leurs lecteurs, et parfois même payer des frais de transports, ou d'hôtel, ou des repas lorsque les auteurs viennent de loin.


Du coup, il arrive que le libraire demande aux gens de s'inscrire à la séance de dédicaces (surtout pour les dessinateurs), afin de limiter le nombre de places et de réussir à faire passer tout le monde. (Parfois il est un peu naïf et il se laisse déborder par les événements, ça c'est le libraire qui vient d'ouvrir et qui ne connaît pas encore bien sa clientèle présente aux dédicaces).
Il arrive surtout que le libraire demande aux gens intéressés par cet événement de le soutenir, en achetant l'ouvrage présenté en dédicace dans son commerce et non chez la concurrence, et si le lecteur l'a malheureusement acheté ailleurs (parce que l'ouvrage est sorti il y a quelque temps déjà, ou qu'il ne connaissait pas cette super librairie avant de l'acheter et qu'il n'est pas du coin !) le libraire lui demande de jouer le jeu et d'effectuer un autre achat sur place, si possible dans le même ordre de prix.
Car si le lecteur ne joue pas le jeu, alors le libraire se retrouve à organiser des événements à perte. Il est certes content parce que lui aussi il peut rencontrer des auteurs et dessinateurs géniaux, et il parle toujours avec des gens intéressants, mais le trou dans sa trésorerie lui fait du mal, et au final il arrête d'organiser des rencontres parce que ce n'est pas rentable et que le commerce n'est pas capable de le supporter.
Mais si le lecteur joue le jeu, et qu'en plus il a envie de craquer son slip et de faire plein d'achats, parce que c'est un peu la caverne d'Ali Baba ici !, le libraire partage sa joie et sa bonne humeur, et tout le monde est heureux et vit au pays des bisounours pour le reste de ses jours !
Voilà, messieurs dames, le pourquoi du comment des dédicaces en librairie.
A la revoyure !

Commentaires

  1. Bonjour à vous. Je propose donc de venir faire la dédicace de mon livre de fantasy en limitant au maximum les tracas pour vous :) Il s'agit de l'If de Moone. N'hésitez pas à me contacter via FB. Sans nouvelles de votre part je vous téléphonerai. Cordialement, Jeanne-France Bignaux

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…

Document 1, de François Blais

J'ai quitté la France pour vivre au Québec il y a maintenant plusieurs mois. On ne peut pas dire que j'y suis allée sans connaître, je vis avec un québécois depuis près de sept ans ! J'y suis allée en vacances deux fois, j'ai même visité des endroits que certains de mes amis québécois n'ont jamais vu, comme des coins reculés de la Côte Nord ou le Rocher Percé en Gaspésie. J'ai écumé Montréal au peigne fin, en baskets et en short par 30 degrés sans eau, ratissant ses pâtés de maisons rectangulaires avec enthousiasme. J'ai regardé les films, populaires ou moins populaires, découvert les humoristes des années 80 à ceux d'aujourd'hui, écouté quelques artistes en vogue et les chansonniers célèbres, lu quelques romanciers qui se sont exportés, et tout ça alors que j'étais encore de l'autre côté du monde, au pays des franchouillards pain-saucisson-vin.
Aussi quand je suis arrivée ici, j'étais pratiquement bilingue. Ouais ouais, bilingue parisien-q…