Accéder au contenu principal

L'obsession des canidés

Y a pas à dire, reprendre le boulot ça me motive à lire et à écrire à nouveau.
Donc, pour votre plus grand plaisir (mais surtout le mien), je vais continuer à écrire mes chroniques de lectures ici.

Que cela soit bien clair, ce blog n'est pas le site internet de la librairie que j'ai crée avec Ju, ce blog est un terrain de jeu et d'écriture pour moi, Guixxx, dans lequel vous pouvez lire ce que j'ai pensé de mes dernières lectures. Pour voir la vitrine de notre librairie c'est par ici, et pour avoir la liste et les critiques de nos coups de coeur à tous les deux c'est par . Nous n'avons pas encore de site internet, il est en construction !

Voilà, maintenant que ce fait est établi, je vais pouvoir à nouveau m'épancher sur ma petite vie insignifiante et mes lectures divertissantes, comme autrefois.

Je disais donc, reprendre le taff, ça redonne du poil de la bête ! Enfin, de la motivation, parce que côté santé c'est pas trop ça. En ce moment avec Ju, on ressemble à des déterrés. Les yeux rouges, les cernes jaunes, le poil cassant et le nez coulant. Surtout  moi, depuis quelques jours je me traîne un virus. A ce qu'il paraît c'est la saison. Sauf que je préférerai être au milieu de mes rayonnages que coincée au lit avec un rouleau de PQ comme mouchoir.
Du coup je me suis entourée de tous les livres que j'ai rapporté du boulot. Maintenant qu'on a ouvert, on recommence à avoir des services de presse (petit rappel : ouvrage que l'éditeur nous envoie avant parution pour que l'on puisse le conseiller et le mettre en avant. Ce qui permet au libraire de savoir à l'avance quels livres il va conseiller, recommander et surtout de ne pas être trop en retard par rapport aux parutions), alors je dévore goulûment les dernières nouveautés de SFFF (comprenez Science Fiction Fantasy Fantastique). Je suis actuellement en train de lire un ouvrage de la maison d'édition Super 8 qui s'annonce passionnant : L'ombre, de Stephen Lloyd Jones.

Mais je ne vais pas vous parler de celui-ci, que j'ai entamé depuis hier seulement. Je vais vous parler d'un autre Super 8 qui est paru l'année dernière : L'obsession, de James Renner.



Il a été nominé au Grand Prix de l'Imaginaire 2015, et j'en suis très contente! Cela doit surprendre pas mal de gens, parce que le résumé laisse penser qu'il s'agit d'un polar, et même la future édition de poche chez Pocket induit le lecteur en erreur en le classant dans sa collection "Thriller". Ce n'est pas une première avec Pocket, ils avaient déjà fait le coup avec The city and the city de China Miéville, et on peut dire que pas mal de Mo Hayder sont du genre fantastique autant que polar. Mais passons...

L'obsession commence effectivement comme un polar. David Neff est un journaliste qui roule sur l'or depuis que l'un de ses ouvrages - une enquête approfondie sur les meurtres présumés d'un pédophile exécuté depuis plusieurs années - a fait éclater une erreur judiciaire au grand jour. 
Mais cette investigation lui a personnellement coûté : sous anti-dépresseurs lourds suite à un syndrome de stress post-traumatique, il a du faire face au suicide de sa femme et élever seul son fils nouveau-né, avec qui il vit reclus depuis près de quatre ans. 
C'est un fait divers qui va le faire sortir de sa confortable retraite. Son éditeur lui propose d'enquêter sur une mort étrange, celle de "l'homme de Primrose Lane", un ermite qui a été retrouvé tué d'une balle dans le corps, les doigts coupés et passés au mixeur. Qui était "l'homme de Primrose Lane" ? La police le surnommait "l'Homme aux mille moufles", car il ne sortait jamais les mains découvertes, été comme hiver. Pourquoi n'y avait-il aucune empreintes digitales chez lui ? Comment se fait-il qu'il n'existe aucune photo de lui, et que son nom, Joe King, soit en fait emprunté à un enfant décédé quarante ans plus tôt ? Et surtout, pourquoi suivait-il depuis des années une jeune inconnue, Katie, qui ressemble comme deux gouttes d'eau à la défunte femme de David, Elizabeth ?

Vous me direz, tout ça a de quoi faire un très bon polar ! Et pendant la première moitié du roman, il s'agit exactement de cela, un excellent polar, où chaque réponse entraîne de nouvelles questions. On en apprend plus sur le décès de la femme de David, laquelle est mêlée depuis l'enfance à d'autres enquêtes non élucidées. Petit à petit, un simple fait divers prend une ampleur phénoménale, l'affaire devient tentaculaire et le lecteur ne sait plus où donner de la tête. 
Que croire ? Qui croire ?

Je n'en dirais pas beaucoup plus, juste que la moitié du roman marque un tournant dans l'histoire. Le fantastique fait son entrée dans le récit, et pas sournoisement ou insidieusement comme cela arrive souvent, non il défonce la porte à gros coup d'écrase-merde 44 fillette, s'il vous plait ! Pour certains cela risque de paraître étrange. Pour moi, c'était un retournement de situation inattendu (bon, on m'avait prévenu que l'explication serait dévoilée au milieu du livre, alors depuis le début je cogitais, je cherchais des explications métaphysiques fantastico-magicalafrigilix à droite à gauche, mais je me trompais lourdement !).
Je n'en dirais pas plus, je dirais juste que cette enquête, dont les méandres étaient déjà étourdissants, prend une nouvelle dimension. Et le final, glaçant, est le point d'orgue du roman.

Et en ce début d'année, de toutes mes lectures de janvier/février, il s'agit de mon plus gros coup de coeur. Viennent ensuite les nouvelles de Lisa Tuttle chez Dystopia Workshop, le recueil Les chambres inquiètes, mais comme d'habitude avec les nouvelles, il y en a toujours que je trouve moins intéressantes que d'autres, et cette qualité en dents de scie m'embête. Je préfère définitivement lire des romans que des nouvelles.

Peut-être plus tard vous parlerai-je d'un roman pour ados qui m'a beaucoup fait rire et que j'ai dévoré, Etiquette et espionnage de Gail Carriger (l'auteur du Protectorat de l'ombrelle) édité chez Orbit et à paraître sous peu dans la collection Livre de poche. Un roman qui mélange fantastique, steampunk et humour dans un pensionnat anglais pour jeune filles pas comme les autres, et un délice de lecture !

Sur ce, je vais retourner me moucher (mon nez ressemble à une betterave), on me dit dans l'oreillette que je dois me reposer, je vais en profiter pour avancer dans l'Ombre de Llyod Jones.

Je vous quitte sur cette splendide photo du canidé qui a fait ses premiers pas titubants dans la librairie lundi dernier, faisant fuir quelques livreurs au passage. Il ne sera pas là très souvent, mais je promeus ainsi les canidés en librairie, un peu comme mon ancienne campagne "les félidés en librairie" (voir les premiers posts du blog).



*POUF*



Commentaires

  1. Mon ancienne "campagne" ? Les internats de jeunes filles m'ayant toujours fasciné, il faudra que j'essaie ça. Et dommage que le "thriller" tourne fantastique, je ne suis pas un super fan des mélanges des genres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé, oui, campagne, je militais à coup de photos de chats pour la présence des chats en librairie... bref une débilité humoristique. Dans ce cas tentez plutôt l'internat, mais par contre c'est un roman pour adolescents, très léger.

      Supprimer
  2. Bon, si c'est trop léger, je vais m'abstenir. J'ai beaucoup de lourd à lire...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…

Document 1, de François Blais

J'ai quitté la France pour vivre au Québec il y a maintenant plusieurs mois. On ne peut pas dire que j'y suis allée sans connaître, je vis avec un québécois depuis près de sept ans ! J'y suis allée en vacances deux fois, j'ai même visité des endroits que certains de mes amis québécois n'ont jamais vu, comme des coins reculés de la Côte Nord ou le Rocher Percé en Gaspésie. J'ai écumé Montréal au peigne fin, en baskets et en short par 30 degrés sans eau, ratissant ses pâtés de maisons rectangulaires avec enthousiasme. J'ai regardé les films, populaires ou moins populaires, découvert les humoristes des années 80 à ceux d'aujourd'hui, écouté quelques artistes en vogue et les chansonniers célèbres, lu quelques romanciers qui se sont exportés, et tout ça alors que j'étais encore de l'autre côté du monde, au pays des franchouillards pain-saucisson-vin.
Aussi quand je suis arrivée ici, j'étais pratiquement bilingue. Ouais ouais, bilingue parisien-q…