Accéder au contenu principal

La danse des étoiles de Spider et Jeanne Robinson




Le temps s'égraine doucement depuis l'ouverture. Il y a plein de choses à faire, de la paperasse, de la manutention, et beaucoup de lecture à rattraper, mais les vacances font que le quartier est dans une sorte de torpeur qui impacte notre commerce.
Ahhhh, les vacances... un doux moment de solitude pour ceux qui n'en prennent pas ! Je souris gaiement quand mes amis me racontent leurs prévisions de vacances au ski, de raclette et de fondue après une bonne journée de neige, autour du feu. Ça me fait un peu envie... je dois l'avouer.
Mais j'aurais pour le moment du mal à laisser ma librairie plus de deux jours pour le moment. C'est trop frais, j'ai trop envie d'y être. Revoir à nouveau ces cartons remplis de belles nouveautés me met en joie.
Je ramène des cabas plein de bandes dessinées le soir, je lis mes romans de SF jusqu'à plus d'heure, j'avais perdu ce rythme depuis près d'un an.

Dernièrement j'ai lu un très bon roman des éditions Actusf, il 'agit de La Danse des étoiles, de Spider et Jeanne Robinson. Un roman initialement paru aux Etats-Unis en 1977, qui a raflé tous les grands prix de SF : Hugo, Nebula, Locus, et qui n'a pas été réédité en France depuis bout de temps.

Sauf que... je suis frustrée. Je conseille ce roman à des amateurs de Science-fiction, et je me rends compte que, alors que je pensais ces lecteurs ouverts d'esprit, certains sont très têtus !
Car si je vous raconte l'histoire de La danse des étoiles, les trois quarts du lectorat masculin qui lit cette chronique va me dire "ouais... ça a l'air bien... mais non". Et je dis bien masculin.

Pourtant, le narrateur de l'histoire est un homme, Charlie, cynique, désabusé, alcoolique notoire, parfois odieux connard, qui nous raconte sa rencontre avec une femme extraordinaire qui va changer la face du monde. Ancien danseur destiné à une carrière prometteuse, Charlie a eu la malchance de croiser la route d'un cambrioleur tendu de la gâchette. Une balle dans la hanche l'empêche de vivre sa vocation, et lui laisse un douleur et des regrets perpétuels. Pour palier à cette carrière manqué, Charlie est devenu monteur de film pour des compagnies d'artistes. Il fait la rencontre de Shara, jeune danseuse extrêmement talentueuse, mais dont la grande taille et les formes pulpeuses freinent son ascension dans le monde de la danse. Cette discrimination la pousse à tenter ce que nul homme n'a jamais fait : danser dans l'espace, en apesanteur. Charlie décide de la suivre, et va se retrouver à un tournant de l'histoire humaine : le premier contact avec une race extra-terrestre. Lui et Shara, seuls êtres humains à comprendre la manière de communiquer de ces êtres étranges à l'air hostiles, vont devoir sacrifier leur vie pour sauver l'humanité.

Alors voilà, La danse des étoiles est un roman sublime sous tous rapports : il nous plonge dans l'espace d'une manière inhabituelle, mais son côté artistique, c'est à dire sa mise en avant de la danse, semble embêter la gente masculine. Pourtant le roman n'est pas niais, il ne parle pas que de danse, il parle de l'espace, de l'apesanteur, des étoiles, de l'humanité et véhicule des idées novatrices et inutilisées dans le genre, mais les potentiels lecteurs s'arrêtent à ce fait : les héros sont des danseurs. Bon. Et alors ? C'est un fait, mais ça ne fait pas tout le roman. L'intrigue est plus vaste, et le roman est superbe.

Alors moi je vous le conseille vivement, il m'a passionné d'un bout à l'autre, c'est un bon argument non ? Non ? Bon.

Bref, voilà pour le dernier coup de coeur en date de Guix.

Je vais retourner à la douce tranquillité de la vie dans la librairie. Si vous voulez nous aider à avoir un peu d'action, vous pouvez passer aujourd'hui 25 février pour rencontrer Thierry Gaudin et Romain Ronzeau, les auteurs de la série de BD d'humour et d'espionnage Espions de famille à l'occasion de la sortie du tome 4. 



C'est vraiment une très chouette série, où l'on suit un ado, Alex, persuadé que son Papy raconte des craques lorsqu'il lui parle de son passé d'espion à la 007. Or, lorsqu'il disparaît, Alex va prendre conscience du passé musclé et véridique de son Papy, et devoir l'aider à vaincre l’un de ses vieux ennemis, l’infâme docteur Mordicus.

Espions de famille

Un mélange doux dingue entre James Bond (version Papy) et un Chérub humoristique.
La dédicace est à 16h, si vous voulez vous offrir une belle dédicace illustrée du dessinateur, et même découvrir ses autres BD (Love is in the Air Guitare, Carnets de mariage et Billets d'amour, destinée à un public uniquement adulte par contre pour celles-là), c'est le moment.


Carnets de mariage

J'en profite pour vous annoncer nos futures animations (on a pas encore de site internet - en construction - donc je fais ma petite promo, au cas où ça vous intéresse) :

Le mercredi 11 mars
à 18h, rencontre avec Gabriel Katz pour sa saga Aeternia chez Scrinéo, le premier tome est dans la veine de romans de David Gemmell, avec son héros guerrier et charismatique qui fait siffler le tranchant de sa hache comme un certain Druss.



Le samedi 14 mars à 18h pour le collectif Glory Owl, avec Gad et Bathroom Quest pour parler de leurs strips mordants et trash qui font le bonheur de nos zygomatiques.

Glory Owl

Le samedi 28 mars dès 14h avec Philippe Ogaki pour sa BD de SF Terra Prime, un mélange de science-fiction et de fantasy qui fait écho (pour moi) à des séries de SF comme La romance de ténébreuse et à des univers comme Star Wars.



Voilà voilà, bon, lisez la Danse des étoiles, s'il vous plait, et transmettez sa bonne parole autour de vous ! Amen.



CITRIQ

Commentaires

  1. Je note "La danse des étoiles" - et je suis un mec...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous m'en voyez ravie (c'était le but de tout ce foin, héhé)

      Supprimer
    2. la danse des étoiles,est une réédition parue aux éditions "Calmann-levy,collection"dimension sf",en 1979.Bon livre,lu il y a quelques années.

      bonne continuation,pour le blog,la librairie,.....

      Supprimer
    3. Oui, merci pour la précision, j'en ai parlé avec l'éditeur récemment qui me l'a appris mais je n'ai pas pris le temps d'actualiser l'article.

      Merci :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

La belle sauvage, de Philip Pullman

Celui-là, je l'attendais de pied ferme.

Depuis mon arrivée à Montréal, mon budget livre a drastiquement baissé. Eh oui, ici les ouvrages coûtent deux fois plus cher qu'en France : pas de prix unique, prix de l'import, différente monnaie. J'ai donc dû revoir mes priorités, je me focalise sur ce qui me fait vraiment envie, et je carbure aussi avec toutes mes piles non-lues de cette période bénie de libraire acheteuse compulsive !
Pour novembre, j'avais deux livres en tête à acheter : Les griffes et les crocs de Jo Walton chez Denoël, etLa Belle Sauvage, de Philip Pullman chez Gallimard Jeunesse. J'ai profité du Salon du livre de Montréal pour les cueillir sur le stand Gallimard.  Il était là, forcément en piles immenses et bien mises en avant pour les lecteurs, car je n'étais pas la seule à l'attendre avec impatience.


La Belle Sauvage est un roman de Philip Pullman rattaché à l'univers d'A la croisée des mondes (La boussole d'or pour ceux qui ne con…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…