lundi 29 décembre 2014

Un coup de main pour vous en mettre plein les mirettes


Parmi ceux qui nous ont soutenu dans notre périlleuse entreprise de création de librairie, un irréductible gaulois : X., patron de la petite mais internationalement renommée librairie Scylla, elle aussi spécialisée en littératures de l'imaginaire.

Si vous êtes dans les environs de Paris et passionnés de cette littérature de genre, vous y avez peut-être mis les pieds une fois, ou peut-être est-ce votre librairie préférée de toutes les librairies de notre système solaire, dans tous les cas je me dois de vous la présenter, et de vous présenter son dernier projet en date.

Scylla donc est une petite librairie nichée dans le quartier Nation/Montgallet. Souvent quand on y va on se sent comme un sorcier qui saute sur le quai 9 3/4 de King Cross, on pousse une porte que les gens ne voient pas forcément et on se retrouve dans une petite pièce chaleureuse, où des bibliothèques habillent les murs du sol au plafond, et où des étagères repues ploient sous le poids de nombreuses références de SFFF (comprenez science-fiction, fantasy, fantastique), des livres neufs et d'occasions dont les tranches colorées vous crient de les prendre là, tout de suite, maintenant, et de les feuilleter jusqu'à plus soif.

C'est ça, Scylla, et son patron, X., toujours de bon conseil et très accueillant. Moi j'ai eu la chance de recevoir en plus des bugnes et du thé, c'était une bien belle journée !

Donc X. est aussi éditeur. Avec ses associés, il a crée la maison d'édition aux récits fabuleux et aux couvertures délicieuses Dystopia, et aujourd'hui il se lance dans les éditions Scylla.
Mais pour lancer les deux premiers titres de sa maison, il a besoin du soutien des amateurs du genre.

Pour que vous compreniez mieux, je vous laisse le soin de cliquer sur >cette page< de financement participatif où X. décrit bien mieux que moi les besoins de la maison d'édition pour exister et financer ses deux premiers romans.



Sachez donc que le premier titre est une réédition de Garry Kilworth, Roche-Nuée. Garry Kilworth est notamment reconnu pour son roman La compagnie des fées (Folio) et sa saga des Rois Navigateurs (LGF). Roche-Nuée avait déjà été édité il y a un bout de temps chez Denoël, mais voilà une réédition digne de ce nom : retraduction, recouverture (sublime, comme d'hab), de quoi redécouvrir l'ouvrage.

Le second ouvrage est une novella qui fera parti de la collection 111 111, la contrainte étant d'avoir 111 111 signes, et s'intitule Il faudrait pour grandir oublier la frontière.

Voilà, alors si vous vous sentez l'âme généreuse, si vous aimez la SFFF, si vous voulez mettre votre grain de sel dans une belle entreprise, et si vous voulez les lire en avant-première, c'est par ici ! Entre nous, on se serre les coudes.

Concernant notre projet d'entreprise à nous, les choses avancerons après les fêtes (là c'était plutôt banque, assurances, ouvertures de compte, le blabla qui ne vous intéresse pas), mais la semaine prochaine je vous tiens au courant des avancées !

Bonnes fêtes et à l'année prochaine !
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 21 décembre 2014

Jours de fêtes


J'ai toujours du mal à me projeter dans les fêtes. 

Petit on te demande pendant un mois ce que tu veux comme cadeaux, tu épluches les catalogues de jouets, lèches les vitrines de magasins de jeux, on te fait décorer un gros sapin de Noël clignotant avec de guirlandes multicolores (et comme tu as un sens de l’esthétique aussi gros qu'une boule de Noël, autant dire que ça pique les yeux), et tu te rends compte que c'est Noël.
Mais un jour tu grandis et Noël devient surtout synonyme de "merde, on est déjà le 23 et j'ai pas acheté de foie gras ni de vin blanc, le Monop' va être blindé c'est la plaie".

D'habitude je travaille en librairie. Je me dois de dire à des centaines de clients "Et bonnes fêtes hein !" pendant un mois, c'est un peu hypocrite (le dire à ses proches c'est normal, le dire à des centaines d'inconnus au bout d'un moment ça perd son sens), mais je comprends que bientôt je serais avec ma propre famille autour d'une table à faire péter les boutons du jean pour fêter la... enfin le... bref fêter.

Cette année pour la première fois depuis 6 ans je passe un Noël plus relax, pas coincée entre quatre murs à faire tinter le "cashiiiiiing" du tiroir-caisse après un conseil pour dix-huit membres d'une famille nombreuse (qui tu l'espères aiment les livres...).

Mais je ne suis pas en vacances. Depuis trois semaines je planifie avec J., mon associé, l'ouverture de notre boutique en janvier. Et je me rends compte que c'est les fêtes grâce à (ou à cause de) tous ces fournisseurs et interlocuteurs qui me font comprendre qu'entre le 20 décembre et le 1er de l'an faut pas trop espérer compter sur eux.

C'est comme si la France, et certainement le monde, vivait dans un trou noir le temps d'une dizaine de jours.

Du coup, pour nous aussi ces prochains jours vont être sans trop de vagues. A part de l'organisation administrative dont vous n'avez pas envie d'entendre parler parce que ce n'est vraiment pas sexy, pas de travaux prévus avant les premiers jours de 2015.

Après ça, on vous donnera un peu plus de nouvelles de La dimension fantastique.

Et pour vous parler un peu de mes lectures, figurez-vous que j'ai enfin fini par lire Sandman de Neil Gaiman, je me devais de combler cette lacune, et que j'en ai tiré bien du plaisir !

J'ai aussi enfin terminé les Chroniques du pays des mères, de Elisabeth Vonarburg, un roman qui m'a été offert par ma petite fée L., et qui, malgré sa densité parfois un peu irritante, m'a enchanté. 
C'est un roman de post-apo qui se situe dans un futur très lointain, où les hommes de l'ère du Déclin (nous) ont tellement pollué le monde que certaines zones sont inhabitables et que les hommes et autres êtres vivants subissent de nombreuses mutations. 
En résulte Le pays des mères, où naissent beaucoup plus de femmes que d'hommes, et où s'est créée une société matriarcale basée sur le troc et la religion. 
De très bonnes idées dans ce roman, une écriture très travaillée et des personnages consistants et attachants, peut-être un peu trop d'interrogations (y a un moment où j'avais envie de frapper Libeï, le personnage principal, dès qu'elle faisait une phrase interrogative, ce qui arrivait à peu près toutes les 5 lignes), mais un très bon moment de lecture que je recommande fortement.

Sur ce, passez tous une bonne fin d'année, immergés dans les bulles et repus par les petits fours, et à la revoyure pour de nouvelles aventures... en 2015.

Ça fait un bout de temps que je n'avais pas milité
pour les chats en librairie ! Merry X-mas du félin!



Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 12 décembre 2014

Naissance d'une librairie



Bon, ça y est.

Fini de geindre, de vous parler de mes maux de jambes et de mes cervicales en compote parce que j'étais ronchonne et stressée, et que dans ces cas là on ne fait que se plaindre.

Aujourd'hui je suis enfin heureuse d'annoncer que nous avançons dans notre projet de création de librairie !
Nous avons obtenu un local, un prêt bancaire, signé un bail et immatriculé l'entreprise !

C'est donc la naissance de la librairie La dimension fantastique, librairie spécialisée en bandes dessinées en tout genre et littératures de l'imaginaire (science-fiction, fantasy et fantastique). 

Logo de Sandrine Gendek


Nous proposerons aussi quelques produits dérivés, et des expositions avec œuvres originales à la vente.

Voilà, on y est, maintenant c'est le stress des formalités et de la paperasse à remplir. Il va falloir faire des embellissements dans nos locaux, commander et installer le mobilier, ouvrir nos comptes fournisseurs et implanter notre stock.Tout un programme qui va prendre beaucoup de temps et de patience, mais très excitant (bon la paperasse ça nous amuse moyen, mais ça fait partie du métier...).

Donc pour ceux qui sont intéressés par cette nouvelle, voici la page Facebook de notre bébé librairie :


Mais aussi le Twitter de la librairie :


Vous pourrez y suivre l'avancée de l'entreprise, les travaux, les animations en programmation, et bientôt les prévisions d'ouverture.

Voici l'adresse de la future librairie : 106, rue La Fayette - 75010 Paris

Pour y aller c'est assez simple, c'est à 150m du métro Poissonnière (Ligne 7), à 5min à pied de Gare du nord et 10min à pied de Gare de l'Est et de Bonne Nouvelle.

Pour le moment c'est vide, et il y a l'ancienne devanture, donc n'essayez pas de venir acheter des livres... y en a pas encore ! Soon... soon.

To be continued !

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 2 décembre 2014

Pendant ce temps, à Vera Cruz



On attend des nouvelles des banques, qui doivent arriver "d'une minute à l'autre" depuis jeudi dernier. Ça fait presque une semaine que tout le monde nous demande "Alors vous avez eu une réponse ?". Non. Toujours pas. Mon portable est actuellement mon ami le plus intime, je ne le quitte pas des yeux, il ne quitte pas ma poche, je le sens vibrer alors qu'il reste inerte, c'est une torture.

Etat actuel des troupes : #Frustrés #Fatigués #TropD'Espoir #EnvieDeTuerUnBanquier #J'enPeuxPlus






Rendez-vous sur Hellocoton !