Accéder au contenu principal

Un coup de main pour vous en mettre plein les mirettes


Parmi ceux qui nous ont soutenu dans notre périlleuse entreprise de création de librairie, un irréductible gaulois : X., patron de la petite mais internationalement renommée librairie Scylla, elle aussi spécialisée en littératures de l'imaginaire.

Si vous êtes dans les environs de Paris et passionnés de cette littérature de genre, vous y avez peut-être mis les pieds une fois, ou peut-être est-ce votre librairie préférée de toutes les librairies de notre système solaire, dans tous les cas je me dois de vous la présenter, et de vous présenter son dernier projet en date.

Scylla donc est une petite librairie nichée dans le quartier Nation/Montgallet. Souvent quand on y va on se sent comme un sorcier qui saute sur le quai 9 3/4 de King Cross, on pousse une porte que les gens ne voient pas forcément et on se retrouve dans une petite pièce chaleureuse, où des bibliothèques habillent les murs du sol au plafond, et où des étagères repues ploient sous le poids de nombreuses références de SFFF (comprenez science-fiction, fantasy, fantastique), des livres neufs et d'occasions dont les tranches colorées vous crient de les prendre là, tout de suite, maintenant, et de les feuilleter jusqu'à plus soif.

C'est ça, Scylla, et son patron, X., toujours de bon conseil et très accueillant. Moi j'ai eu la chance de recevoir en plus des bugnes et du thé, c'était une bien belle journée !

Donc X. est aussi éditeur. Avec ses associés, il a crée la maison d'édition aux récits fabuleux et aux couvertures délicieuses Dystopia, et aujourd'hui il se lance dans les éditions Scylla.
Mais pour lancer les deux premiers titres de sa maison, il a besoin du soutien des amateurs du genre.

Pour que vous compreniez mieux, je vous laisse le soin de cliquer sur >cette page< de financement participatif où X. décrit bien mieux que moi les besoins de la maison d'édition pour exister et financer ses deux premiers romans.



Sachez donc que le premier titre est une réédition de Garry Kilworth, Roche-Nuée. Garry Kilworth est notamment reconnu pour son roman La compagnie des fées (Folio) et sa saga des Rois Navigateurs (LGF). Roche-Nuée avait déjà été édité il y a un bout de temps chez Denoël, mais voilà une réédition digne de ce nom : retraduction, recouverture (sublime, comme d'hab), de quoi redécouvrir l'ouvrage.

Le second ouvrage est une novella qui fera parti de la collection 111 111, la contrainte étant d'avoir 111 111 signes, et s'intitule Il faudrait pour grandir oublier la frontière.

Voilà, alors si vous vous sentez l'âme généreuse, si vous aimez la SFFF, si vous voulez mettre votre grain de sel dans une belle entreprise, et si vous voulez les lire en avant-première, c'est par ici ! Entre nous, on se serre les coudes.

Concernant notre projet d'entreprise à nous, les choses avancerons après les fêtes (là c'était plutôt banque, assurances, ouvertures de compte, le blabla qui ne vous intéresse pas), mais la semaine prochaine je vous tiens au courant des avancées !

Bonnes fêtes et à l'année prochaine !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un cantique pour Leibowitz, de Walter M. Miller Jr.

Lorsque j'ai quitté ma librairie il y a maintenant presque un an, je m'étais dit que les mois suivants ce changement de vie - où je ne pouvais pas travailler du fait de mon processus d'immigration au Canada - seraient dédiés à la lecture d'oeuvres qui m'ont toujours fait de l'oeil mais que je n'avais jamais pris le temps de lire.
J'avais fait pas mal d'achats (en prévision du prix des livres au Québec qui est deux fois plus élevé) et conçu une liste d'ouvrages en format de poche que je comptais rafler dans une librairie une fois sur place. J'ai mis plus de temps que prévu, mais j'ai fini par trouver l'un de ces titres à la superbe librairie d'occasion L'Echange, sur le Plateau Mont-Royal, et il s'agissait d'Un cantique pour Leibowitz, de Walter M. Miller Jr., un classique de la science-fiction américaine écrit à la fin des années 50 et disponible en français chez Folio SF.


Un cantique pour Leibowitz commence son histoire…

Rattrapons le temps perdu - La Passe-miroir, de Christelle Dabos

Mais où était-elle tout ce temps ? 
Personne ne se le demande, parce que depuis mon arrêt brutal (mais temporaire) de ce blog, sa fréquentation a lamentablement chuté ! (Logique, me direz-vous).
Pourquoi ?, surtout ! Telle est la question que personne ne pose et à laquelle je vais répondre.
Je pourrais prétendre que je n'ai pas eu le temps d'écrire (une fausse vérité, ou un vrai mensonge, au choix), que je suis débordée (bon ça c'est vrai, mon boulot me prend quand même beaucoup de temps) et que j'étais trop fatiguée pour écrire en rentrant chez moi (bon, ça aussi c'est vrai, j'étais même trop fatiguée pour sortir mon chien, faire à manger, enlever mes chaussures et changer mes draps, donc bon tu vois... "mais où est cette fausse vérité", me crie-t-on !).
La vérité vraie c'est que j'ai oublié.
Oublié combien j'aimais écrire, vous parler de mes lectures, partager mes pensées. J'ai oublié combien j'aimais lire aussi. Vraiment lire, me pose…

Le cercle de Farthing, de Jo Walton

Avant de vous parler de ma dernière lecture en date tout à fait passionnante (titre ci-dessus), juste un petit mot pour rendre hommage à un grand auteur de fantasy, Terry Pratchett.
Il est décédé hier. Tout le monde s'attendait à une fin prématurée, mais lorsque la nouvelle tombe c'est toujours assez rude.  Il est étonnant de voir le nombre d'articles qui ont fleuri lors de l'annonce de son décès sur des sites d'information qui n'ont jamais écrit son nom dans aucun autre article, jamais voulu rendre hommage à ce génie de la littérature fantastique de son vivant. La Mort fait toujours cet effet là...  J'espère juste que son départ, qui a fait grand bruit, fera découvrir son oeuvre à plein de nouveaux lecteurs de tous âges et tous horizons.
Je ne suis pas la mieux placée pour en parler, je n'en ai lu que peu. J'aimais beaucoup son imagination, l'humour de ses personnages et l'originalité de son univers, mais je n'ai jamais eu le temps de dévor…