Accéder au contenu principal

Jours de fêtes


J'ai toujours du mal à me projeter dans les fêtes. 

Petit on te demande pendant un mois ce que tu veux comme cadeaux, tu épluches les catalogues de jouets, lèches les vitrines de magasins de jeux, on te fait décorer un gros sapin de Noël clignotant avec de guirlandes multicolores (et comme tu as un sens de l’esthétique aussi gros qu'une boule de Noël, autant dire que ça pique les yeux), et tu te rends compte que c'est Noël.
Mais un jour tu grandis et Noël devient surtout synonyme de "merde, on est déjà le 23 et j'ai pas acheté de foie gras ni de vin blanc, le Monop' va être blindé c'est la plaie".

D'habitude je travaille en librairie. Je me dois de dire à des centaines de clients "Et bonnes fêtes hein !" pendant un mois, c'est un peu hypocrite (le dire à ses proches c'est normal, le dire à des centaines d'inconnus au bout d'un moment ça perd son sens), mais je comprends que bientôt je serais avec ma propre famille autour d'une table à faire péter les boutons du jean pour fêter la... enfin le... bref fêter.

Cette année pour la première fois depuis 6 ans je passe un Noël plus relax, pas coincée entre quatre murs à faire tinter le "cashiiiiiing" du tiroir-caisse après un conseil pour dix-huit membres d'une famille nombreuse (qui tu l'espères aiment les livres...).

Mais je ne suis pas en vacances. Depuis trois semaines je planifie avec J., mon associé, l'ouverture de notre boutique en janvier. Et je me rends compte que c'est les fêtes grâce à (ou à cause de) tous ces fournisseurs et interlocuteurs qui me font comprendre qu'entre le 20 décembre et le 1er de l'an faut pas trop espérer compter sur eux.

C'est comme si la France, et certainement le monde, vivait dans un trou noir le temps d'une dizaine de jours.

Du coup, pour nous aussi ces prochains jours vont être sans trop de vagues. A part de l'organisation administrative dont vous n'avez pas envie d'entendre parler parce que ce n'est vraiment pas sexy, pas de travaux prévus avant les premiers jours de 2015.

Après ça, on vous donnera un peu plus de nouvelles de La dimension fantastique.

Et pour vous parler un peu de mes lectures, figurez-vous que j'ai enfin fini par lire Sandman de Neil Gaiman, je me devais de combler cette lacune, et que j'en ai tiré bien du plaisir !

J'ai aussi enfin terminé les Chroniques du pays des mères, de Elisabeth Vonarburg, un roman qui m'a été offert par ma petite fée L., et qui, malgré sa densité parfois un peu irritante, m'a enchanté. 
C'est un roman de post-apo qui se situe dans un futur très lointain, où les hommes de l'ère du Déclin (nous) ont tellement pollué le monde que certaines zones sont inhabitables et que les hommes et autres êtres vivants subissent de nombreuses mutations. 
En résulte Le pays des mères, où naissent beaucoup plus de femmes que d'hommes, et où s'est créée une société matriarcale basée sur le troc et la religion. 
De très bonnes idées dans ce roman, une écriture très travaillée et des personnages consistants et attachants, peut-être un peu trop d'interrogations (y a un moment où j'avais envie de frapper Libeï, le personnage principal, dès qu'elle faisait une phrase interrogative, ce qui arrivait à peu près toutes les 5 lignes), mais un très bon moment de lecture que je recommande fortement.

Sur ce, passez tous une bonne fin d'année, immergés dans les bulles et repus par les petits fours, et à la revoyure pour de nouvelles aventures... en 2015.

Ça fait un bout de temps que je n'avais pas milité
pour les chats en librairie ! Merry X-mas du félin!



Commentaires

  1. J'avais beaucoup aimé le Vornburg et comme je suis dans une période tri/revente je vais sûrement le relire pour voir si je le garde ou pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi c'est parfois un peu trop longuet, mais j'ai vraiment aimé sa façon d'écrire et l'univers qu'elle a inventé.

      Supprimer
  2. Je me demande qui ils vont choisir pour interpréter Sandman pour finir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage que Gaiman ne puisse pas lui-même l'interpréter :p dans les premiers dessins on dirait vraiment lui^^. Après mon coeur balance... je crois que Hiddleston ferait bien l'affaire.

      Supprimer
  3. Il te le faut dans ta librairie celui-là, c'est vraiment une auteure intéressante :)

    Je viens juste de me mettre à Sandman sinon, une (très) grosse (et lourde) lacune en cours de réparation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, copiteuse. Oui, je ne sais pas qui diffuse et distribue cette maison d'édition québécois, je vais me renseigner !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

La belle sauvage, de Philip Pullman

Celui-là, je l'attendais de pied ferme.

Depuis mon arrivée à Montréal, mon budget livre a drastiquement baissé. Eh oui, ici les ouvrages coûtent deux fois plus cher qu'en France : pas de prix unique, prix de l'import, différente monnaie. J'ai donc dû revoir mes priorités, je me focalise sur ce qui me fait vraiment envie, et je carbure aussi avec toutes mes piles non-lues de cette période bénie de libraire acheteuse compulsive !
Pour novembre, j'avais deux livres en tête à acheter : Les griffes et les crocs de Jo Walton chez Denoël, etLa Belle Sauvage, de Philip Pullman chez Gallimard Jeunesse. J'ai profité du Salon du livre de Montréal pour les cueillir sur le stand Gallimard.  Il était là, forcément en piles immenses et bien mises en avant pour les lecteurs, car je n'étais pas la seule à l'attendre avec impatience.


La Belle Sauvage est un roman de Philip Pullman rattaché à l'univers d'A la croisée des mondes (La boussole d'or pour ceux qui ne con…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…