Accéder au contenu principal

Jours de fêtes


J'ai toujours du mal à me projeter dans les fêtes. 

Petit on te demande pendant un mois ce que tu veux comme cadeaux, tu épluches les catalogues de jouets, lèches les vitrines de magasins de jeux, on te fait décorer un gros sapin de Noël clignotant avec de guirlandes multicolores (et comme tu as un sens de l’esthétique aussi gros qu'une boule de Noël, autant dire que ça pique les yeux), et tu te rends compte que c'est Noël.
Mais un jour tu grandis et Noël devient surtout synonyme de "merde, on est déjà le 23 et j'ai pas acheté de foie gras ni de vin blanc, le Monop' va être blindé c'est la plaie".

D'habitude je travaille en librairie. Je me dois de dire à des centaines de clients "Et bonnes fêtes hein !" pendant un mois, c'est un peu hypocrite (le dire à ses proches c'est normal, le dire à des centaines d'inconnus au bout d'un moment ça perd son sens), mais je comprends que bientôt je serais avec ma propre famille autour d'une table à faire péter les boutons du jean pour fêter la... enfin le... bref fêter.

Cette année pour la première fois depuis 6 ans je passe un Noël plus relax, pas coincée entre quatre murs à faire tinter le "cashiiiiiing" du tiroir-caisse après un conseil pour dix-huit membres d'une famille nombreuse (qui tu l'espères aiment les livres...).

Mais je ne suis pas en vacances. Depuis trois semaines je planifie avec J., mon associé, l'ouverture de notre boutique en janvier. Et je me rends compte que c'est les fêtes grâce à (ou à cause de) tous ces fournisseurs et interlocuteurs qui me font comprendre qu'entre le 20 décembre et le 1er de l'an faut pas trop espérer compter sur eux.

C'est comme si la France, et certainement le monde, vivait dans un trou noir le temps d'une dizaine de jours.

Du coup, pour nous aussi ces prochains jours vont être sans trop de vagues. A part de l'organisation administrative dont vous n'avez pas envie d'entendre parler parce que ce n'est vraiment pas sexy, pas de travaux prévus avant les premiers jours de 2015.

Après ça, on vous donnera un peu plus de nouvelles de La dimension fantastique.

Et pour vous parler un peu de mes lectures, figurez-vous que j'ai enfin fini par lire Sandman de Neil Gaiman, je me devais de combler cette lacune, et que j'en ai tiré bien du plaisir !

J'ai aussi enfin terminé les Chroniques du pays des mères, de Elisabeth Vonarburg, un roman qui m'a été offert par ma petite fée L., et qui, malgré sa densité parfois un peu irritante, m'a enchanté. 
C'est un roman de post-apo qui se situe dans un futur très lointain, où les hommes de l'ère du Déclin (nous) ont tellement pollué le monde que certaines zones sont inhabitables et que les hommes et autres êtres vivants subissent de nombreuses mutations. 
En résulte Le pays des mères, où naissent beaucoup plus de femmes que d'hommes, et où s'est créée une société matriarcale basée sur le troc et la religion. 
De très bonnes idées dans ce roman, une écriture très travaillée et des personnages consistants et attachants, peut-être un peu trop d'interrogations (y a un moment où j'avais envie de frapper Libeï, le personnage principal, dès qu'elle faisait une phrase interrogative, ce qui arrivait à peu près toutes les 5 lignes), mais un très bon moment de lecture que je recommande fortement.

Sur ce, passez tous une bonne fin d'année, immergés dans les bulles et repus par les petits fours, et à la revoyure pour de nouvelles aventures... en 2015.

Ça fait un bout de temps que je n'avais pas milité
pour les chats en librairie ! Merry X-mas du félin!



Commentaires

  1. J'avais beaucoup aimé le Vornburg et comme je suis dans une période tri/revente je vais sûrement le relire pour voir si je le garde ou pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi c'est parfois un peu trop longuet, mais j'ai vraiment aimé sa façon d'écrire et l'univers qu'elle a inventé.

      Supprimer
  2. Je me demande qui ils vont choisir pour interpréter Sandman pour finir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage que Gaiman ne puisse pas lui-même l'interpréter :p dans les premiers dessins on dirait vraiment lui^^. Après mon coeur balance... je crois que Hiddleston ferait bien l'affaire.

      Supprimer
  3. Il te le faut dans ta librairie celui-là, c'est vraiment une auteure intéressante :)

    Je viens juste de me mettre à Sandman sinon, une (très) grosse (et lourde) lacune en cours de réparation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, copiteuse. Oui, je ne sais pas qui diffuse et distribue cette maison d'édition québécois, je vais me renseigner !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Édification d'un rêve, ou la librairie fantastique.

Dessin de Tom Gauld Combien de fois dans mon entourage (le peu qui lisent mes chroniques en diagonale) m’a demandé quels étaient ces plans « top secrets » dont j'ai fait état dans plusieurs de mes billets. Ceux qui m'ont posé la question sans détour ont obtenu l'information claire et définitive que je partage avec vous ici : je veux créer ma boîte. Je vous ai déjà parlé avec nostalgie et envie de mes rêves. Depuis mon adolescence je fantasme sur cette possibilité. J’ai vécu dans le rêve brumeux et cotonneux de posséder ma propre librairie. Je l’ai imaginée, décorée, rempli et re-imaginée des centaines de fois. Parfois elle ressemblait à l’ancien local de la librairie Imagin’ères à Toulouse, une toute petite pièce au plancher craquant et aux étagères ployant sous des rayonnages de livres de SF, la musique de Loreena McKennit se mêlant aux effluves de patchouli. Parfois elle ressemblait au Forbidden Planet de Londres, gigantesque, fournissant profusion de Bds

La singulière tristesse du gâteau au citron - Aimee Bender

Ça fait un bout de temps que mes doigts n’ont pas effleuré le clavier. Je me laisse aller les amis. Pourtant j‘en ai des choses à raconter, mais bon, que voulez-vous, je passe trop de temps dans mes pensées et dans mes livres, ou bien à gratter le bedon du félidé. Tenez récemment j’ai lu un livre au titre plus qu’improbable, La singulière tristesse du gâteau au citron aux éditions de l'Olivier. Non, ce n’est pas Katherine Pancol, mais je vous accorde qu’elle aurait pu être l’auteur de ce titre fantaisiste. Nous n’oublierons jamais Les yeux jaunes des crocodiles , La valse lente des tortues , mais surtout le fameux Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (et seulement le lundi, car Katherine Pancol détient une vérité ultime et dérangeante de la vie des écureuils New-yorkais). L'auteur se nomme Aimee Bender, et ce quatrième roman génialissime est celui qui l'a fait connaître outre-Atlantique. Mais allez plus loin que le titre, et plus loin que ce

Les visages, de Jesse Kellerman

Des Visages et des Cracke Il y a seulement deux semaines, je montais ma nouvelle bibliothèque Expedit de chez Ike* toute seule ! Non, le félidé n'a toujours pas de pouces opposables et n'en branle pas une ramée pour monter nos meubles,  sur lesquels il adore se prélasser, au passage ! Crénom j’en étais fière. Il faut considérer que j’avais passé ma semaine à déménager, empaqueter, porter des cartons, monter des meubles, pousser des meubles, bref mes petits muscles étaient déjà en souffrance. J’ai donc monté cette bibliothèque seule, moi petit être frêle, (je dis Shu* u* aux mauvaises langues qui pensent déjà « pfff vas-y trop facile moi j’t’en monte 10 quand tu veux là ! » ouais ben allez-y, ça fait mal aux mains d’enfoncer des petits bitoniaux en bois à fond !) parce qu’il fallait bien que je case mes derniers cartons de livres. Ils trainaient par terre, et je déteste ça (au contraire le félidé avait élu domicile dans les cartons, la truffe enf