Accéder au contenu principal

Un coucou en passant !

Je passe en courant d'air, comme c'est un peu le cas depuis plusieurs mois.

Que dire de ces mois ? Je commence à épuiser mon stock de livres (non, c'est pas vrai, mais contrairement à mes précédents billets où je pleurais sur le fait que je devais lire trop de nouveautés, maintenant elles me manquent !), mais le bon côté des choses c'est que je ne me ruine plus à en acheter des piles de bouquins et ma bibliothèque reste encore à taille humaine (si c'est possible). Sa croissance exagérée reprendra lorsque j'aurais enfin réussi à accomplir l'exploit de ma vie : créer ma librairie.




En attendant je m'enfile encore des séries télé allongée comme un tas sur le canapé, le canidé sous un bras, le félidé me boudant au bout de l'accoudoir. Mais attention, j'ai rattrapé mon retard en séries de SF, Doctor Who, Torchwood, Warehouse 13, The almighty Johnsons, mais surtout FRINGE (love of my life...). Bon, je consolide une certaine culture générale quoi, vous m'comprenez. En attendant je me chope des varices, mal aux cervicales et des cuissots de jambons à force de rester inactive.

Travailler me manque.
Beaucoup.
Trop.

Lorsque je passe dans une librairie, je ne peux m'empêcher de replacer un livre mal posé ou de remettre en ordre un présentoir. C'est maladif. Et diantre, ça me rend nostalgique.
Il faut un juste milieu, entre le chômage et l'exploitation, il faut un juste milieu ! 

Bon on ne peut pas dire que je ne fasse absolument rien. Je négocie avec des bailleurs, des agences immobilières, je harcèle des banquiers, je fais des visites, contre-visites, des devis, je bidouille des fichiers Excel où s'accumulent des business Plan casse-têtes. Je passe mon permis (ça me donne des migraines et des hauts le coeur). Ça me maintient en forme ! Ça me maintient stressée aussi, sachant que je suis une stressée de la vie : la frustration, le stress et la fatigue combinés me font choper toutes les maladies qui traînent (je suis même allée jusqu'à attraper les oreillons, incroyable mais vrai !).

Pour l'instant, tant que rien n'est signé, tant que tout ne tient qu'à un fil, je n'en dirais pas plus. Nous avons des espoirs, nous avons aussi essuyé des échecs et maintenant nous restons prudents : tout peut arriver.
Néanmoins je rêve d'en être à la peinture et au mobilier, à la composition du stock et au rangement des cartons, et surtout à l'inauguration ! Un jour peut-être.
Voilà, des nouvelles du front.

Au passage j'ai lu quelques livres très intéressants : Rosemary's baby, Desolation Road, Gun Machine, The city and the city, Le secret d'Edwin Strafford, de très bonnes lectures mais malheureusement rien de transcendant. Si vous avez des conseils, je suis preneuse !

A la revoyure.

Commentaires

  1. Ah oui, quand même The City est très chouette (je suppose que tu as lu Perdido Street Station). Euh comme je ne suis pas depuis longtemps ce blog je ne sais pas ce que tu as déjà lu. Bon, en vrac comme ça: Lonesome Dove, La douane volante, Destination Ténèbres, le Charlatan...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Destination ténèbres me tente beaucoup ! Faudrait que je mette la main dessus...
      Eh non, je n'ai pas lu Perdido Street Station, j'ai découvert China Miéville avec Les Scarifiés, que je n'ai jamais terminé parce que le début m'a profondément ennuyé, et n'ai par la suite jamais eu envie de réessayer un Miéville... jusqu'à The city !

      Supprimer
  2. Je confirme pour les Scarifiés - que je n'ai même pas chroniqué sur mon blog. J'ai calé à la moitié il me semble. Comment gâcher un univers fascinant. On dira que Perdido est 50 fois mieux - je pourrai expliquer pourquoi mais ça prendrait trop de temps.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Transmetropolitan, de Warren Ellis

Des lézards géants et des hommes La campagne continue ! Même à deux têtes, les chats sont nos amis. Ouais je sais. Une semaine est passée depuis le dernier article, je me suis laissé aller. je tiens à dire une chose avant de continuer plus loin sur un nouvel article : ce blog est une envie de ma part de vous faire partager ce que j’aime, et de vous faire découvrir de nouveaux livres, films ou autre, en espérant que vous y trouviez votre compte. Je ne suis pas journaliste, je ne suis pas écrivain, je ne suis pas une spécialiste de tous les genres que j’explore, et parfois je me trompe et je dis des conneries. C’est là que vous intervenez, postez des commentaires pour échanger avec moi, et que nous sommes tous heureux, moi y compris, de nous coucher moins bêtes ce soir. Voilà, alors je compte sur vous hein, jouez le jeu, ça me fera plaisir  ! Je tiens premièrement aussi à m’excuser pour celui de dimanche dernier, qui comparé à mes autres articles précédents à été é

Édification d'un rêve, ou la librairie fantastique.

Dessin de Tom Gauld Combien de fois dans mon entourage (le peu qui lisent mes chroniques en diagonale) m’a demandé quels étaient ces plans « top secrets » dont j'ai fait état dans plusieurs de mes billets. Ceux qui m'ont posé la question sans détour ont obtenu l'information claire et définitive que je partage avec vous ici : je veux créer ma boîte. Je vous ai déjà parlé avec nostalgie et envie de mes rêves. Depuis mon adolescence je fantasme sur cette possibilité. J’ai vécu dans le rêve brumeux et cotonneux de posséder ma propre librairie. Je l’ai imaginée, décorée, rempli et re-imaginée des centaines de fois. Parfois elle ressemblait à l’ancien local de la librairie Imagin’ères à Toulouse, une toute petite pièce au plancher craquant et aux étagères ployant sous des rayonnages de livres de SF, la musique de Loreena McKennit se mêlant aux effluves de patchouli. Parfois elle ressemblait au Forbidden Planet de Londres, gigantesque, fournissant profusion de Bds

La singulière tristesse du gâteau au citron - Aimee Bender

Ça fait un bout de temps que mes doigts n’ont pas effleuré le clavier. Je me laisse aller les amis. Pourtant j‘en ai des choses à raconter, mais bon, que voulez-vous, je passe trop de temps dans mes pensées et dans mes livres, ou bien à gratter le bedon du félidé. Tenez récemment j’ai lu un livre au titre plus qu’improbable, La singulière tristesse du gâteau au citron aux éditions de l'Olivier. Non, ce n’est pas Katherine Pancol, mais je vous accorde qu’elle aurait pu être l’auteur de ce titre fantaisiste. Nous n’oublierons jamais Les yeux jaunes des crocodiles , La valse lente des tortues , mais surtout le fameux Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (et seulement le lundi, car Katherine Pancol détient une vérité ultime et dérangeante de la vie des écureuils New-yorkais). L'auteur se nomme Aimee Bender, et ce quatrième roman génialissime est celui qui l'a fait connaître outre-Atlantique. Mais allez plus loin que le titre, et plus loin que ce