Accéder au contenu principal

Espoirs et déboires d'une aspirante libraire


Depuis le temps que je vous bassine avec mon rêve de création d'une librairie !

Pour certains, c'est encore pire que pour vous, je leur pète les bu... enfin je les emmouscaille légèrement depuis le lycée, où je me planquais constamment pour lire dans tous les recoins de l'établissement. Une fille le cul par terre, dos collé au mur, mèches de cheveux devant les yeux et livre en main ? C'était moi. J'imaginais déjà les lieux, le fauteuil rouge et douillet prêt à accueillir le client (ou la libraire, plutôt...), les étagères croulantes, la musique de Loreena McKennit. Je me cassais la tête à chercher un nom accrocheur, une identité à cette librairie qui hantait mes pensées jour et nuit.

Ça n'a pas changé, après mes études spécialisées, après mon apprentissage, après mes années de jeune libraire sous-payée, j'en suis encore là, à imaginer les travaux, la déco, le fonds, la musique, jusqu'à la marque du thé que j'offrirais à mes clients. Mais aujourd'hui je le fais avec une boule au ventre, la peur de ne pas y arriver, car je me suis imposée Paris comme destination, et les propriétaires de locaux commerciaux comme les banques ont décidé d'en faire baver à notre joyeuse génération. Les garanties demandées sont beaucoup plus lourdes qu'il y a dix ou vingt ans et les prix de vente et de location en feraient pâlir plus d'un. 

Business Plan, Etude de marché, Cautions Bancaires, Fonds Bloqués, Caution Solidaire, Droit au Bail, Fond de Commerce, Trésorerie, Bilan, Financement...Tous ces mots tourbillonnent désormais au milieu de mes rêves d'ado et de jeune adulte, pourrissant petit à petit l'optimisme qui m'a toujours porté.

Depuis le mois d'avril, je me suis mise au chômage pour pouvoir profiter des prêts gouvernementaux et des aides sociales pour les jeunes et les créateurs d'entreprise (et heureusement qu'ils existent, déjà que les jeunes français ne veulent pas entreprendre, sans ça on se serait tous barrés). Je profite du système pour pouvoir mieux lui rendre après. Pour ça je gagne pire que des clopinettes en espérant un jour faire des bénéfices dans mon commerce et avoir enfin une vie décente, sans me laisser submerger par le SMIC inévitable des employés de ce métier.

Heureusement que c'est un beau métier, heureusement que c'est une passion, une vocation diraient certains... Heureusement que je suis jeune, bien entourée, aimée et encouragée, car il serait facile de se laisser abattre et de tout laisser tomber. Sachez juste qu'il faut avoir le dos solide pour entreprendre ce que nous avons décidé d'entreprendre (et dans tous les sens du terme!), parce que c'est à vous coller des insomnies et à vous rendre dingue toute cette paperasse administrative. C'est le stress, l'attente, de savoir si le bailleur vous rappellera, de savoir si la banque vous soutiendra... si quelqu'un vous donnera une chance, vous tendra la main.

Revoir d'anciens collègues, me promener dans des librairies inconnues et ressentir leur charme désuet et cette odeur d'encre et de papier reconnaissable entre toutes, me plonger dans des romans que j'ai toujours voulu lire mais n'ai jamais pu ouvrir lorsque je croulais sous le travail, toutes ces choses me font garder espoir qu'un jour un autre rêveur passionné passera dans ma librairie et sentira cette odeur de livre avec le même enchantement que moi.

Voilà, pour ceux qui se posaient la question, où j'en suis. Si je suis chanceuse, peut-être ouvrirais-je une librairie en 2015. Et j'espère que tous ceux qui ont eu un jour plaisir à lire un article sur ce blog passeront me voir et que j'aurais à mon tour le plaisir de les écouter.


Luke Pearson

PS : Pour ceux que ça intéresse les romans qui j'ai fini par ouvrir, petit récapépète de mes lectures fantastiques sur Senscritique juste > <.


Commentaires

  1. Que ton rêve se réalise, je suis moi-même libraire, et je ne voudrais pour rien au monde changer de métier ! (même si je suis actuellement au chômage, je n'en démordrais pas !).

    Bon courage, bonne route, bonnes lectures...

    Laura

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laura, je vais prendre tes bonnes ondes et positiver ! Moi aussi j'aurais du mal à changer de métier... Je ne savais pas que tu étais au chômage, plus dans le 15ème ?

      Bon courage à toi aussi,

      Guixxx

      Supprimer
    2. Coucouuuuu,

      malheureusement non, j'ai tenté ma chance en province... et ça a raté ! Je suis donc sur le marché du travail ;)

      En tout cas, tiens-nous au courant de tes avancées en librairie ! C'est très stimulant !

      Supprimer
  2. Bonjour Guixxx,

    Ne perds pas courage! Effectivement, le climat est morose, les banques frileuses et les loyers exhorbitants à Paris... Mais pendant que je créais Exploratology, j'ai rencontré un paquet de jeunes libraires parisiens (mais aussi des proprios de petites boutiques indés, comme des concept store, des épiceries...), qui venaient d'ouvrir leur boutique et qui menaient très bien leur barque. Alors c'est vrai que c'est pas simple mais l'exemple des autres montre que c'est pas infaisable ^^
    J'espère en tout cas que ta librairie de SF/Fantasy ouvrira bientôt et... Bon courage!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marjorie,

      il est vrai que certains libraires arrivent encore à ouvrir mais à Paris il en ferme bien plus... pour les autres, j'ai peut-être une vision des choses biaisée, mais déjà les banques financent plus facilement des commerces qui leur proposent des comptes de résultat dépassant 1 à 3% de rentabilité (la moyenne des librairies française est de 1.5%), et bien souvent ces jeunes ont une mise de départ plus importante(et peuvent donc se payer des petits pas de porte), un stock moins lourd et un CA qui leur permet de supporter des loyer plus élevés que ce que nous cherchons. Mais bon, tant mieux pour eux ! Je ne leur souhaite que de réussir. Ils sont juste dans une conjoncture plus clémente...

      J'espère aussi l'ouvrir bientôt, au plaisir de t'y voir :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

La belle sauvage, de Philip Pullman

Celui-là, je l'attendais de pied ferme.

Depuis mon arrivée à Montréal, mon budget livre a drastiquement baissé. Eh oui, ici les ouvrages coûtent deux fois plus cher qu'en France : pas de prix unique, prix de l'import, différente monnaie. J'ai donc dû revoir mes priorités, je me focalise sur ce qui me fait vraiment envie, et je carbure aussi avec toutes mes piles non-lues de cette période bénie de libraire acheteuse compulsive !
Pour novembre, j'avais deux livres en tête à acheter : Les griffes et les crocs de Jo Walton chez Denoël, etLa Belle Sauvage, de Philip Pullman chez Gallimard Jeunesse. J'ai profité du Salon du livre de Montréal pour les cueillir sur le stand Gallimard.  Il était là, forcément en piles immenses et bien mises en avant pour les lecteurs, car je n'étais pas la seule à l'attendre avec impatience.


La Belle Sauvage est un roman de Philip Pullman rattaché à l'univers d'A la croisée des mondes (La boussole d'or pour ceux qui ne con…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…