Accéder au contenu principal

Le lézard lubrique de Melancholy Cove, de Christopher Moore


Comment rattraper le temps perdu ? Il s’est passé à la fois rien et plein de choses depuis mon dernier article en avril. J’explique ma disparition avec difficulté. Disons que mon métier m’a amené à énormément lire depuis 6 ans, même si mon rythme de lecture est effréné depuis mon adolescence. Mais surtout mon métier m’a forcé à lire des choses que je n’avais pas forcément envie de lire, parce que c’est nouveau, médiatisé, qu’il faut en parler, le vendre : le diktat du commerce quoi. On se dit que le livre n’est pas un produit commercial comme les autres, c’est un objet de passion, mais c’est comme tout en fait : trop c’est trop.

Alors après Féerie pour les ténèbres je suis tombée dans une spirale (pas autodestructrice, plutôt relaxante) de visionnage de séries télé. J’ai rattrapé mon retard sur ce secteur culturel là, il faut dire que je suis passionnée par la fiction en général, les romans, les films, les séries, c’est que du bonheur. Lorsque je ne remplissais pas fébrilement un business plan ou que je ne m’esquintais pas les yeux à éplucher des centaines d’annonces de locaux commerciaux, je me matais des saisons entières de séries de tous horizons. Quel pied ! Je le fais encore, mais graduellement j’essaye de me replonger dans mon addiction première : le livre. Mon intoxication est terminée, je dois m’y remettre.

Pour ce faire, j’ai sélectionné deux poches de ma bibliothèque pour occuper mon voyage dans la belle province québécoise, l’un est intitulé Le vaisseau ardent, de Jean-Claude Marguerite chez Folio SF et pèse bien ses 1500 pages d’aventures, l’autre que j’ai terminé est plus modeste dans sa composition, se nomme Le lézard lubrique de Melancholy Cove, de Christopher Moore chez Folio Policier. Comment ne pas tomber amoureuse d’un tel titre ? Je vous le demande.  « Lézard » et « lubrique » sont deux mots que l’on n’associe pas de manière anodine, mais ils vont parfaitement ensemble.



Et effectivement, dans la petite ville touristique américaine de Melancholy Cove, une insignifiante catastrophe nucléaire (hum) va réveiller un monstre millénaire moult fois mutant, un gros lézard qui n’a qu’une hâte : se taper une gonzesse. L’automne bat son plein, les touristes sont parti, et la ville retombe dans une routine familière sans grands bouleversements. Mais en voici un de taille (au moins gros comme une caravane). C’est sans compter sur Théo, flic de campagne défoncé qui décide d’enquêter sur le suicide de l’une de ses habitantes, une population soudain frénétiquement active sexuellement, un bluesman au cœur tendre, une psychologue déglinguée et une actrice de série B, Molly alias Kendra l’amazone des terres inconnues, qui se promène en costume de film, épée en main. Rien ne va donc plus à Melancholy Cove…

Diantre ça fait du bien un peu d’absurde, de la légèreté et du rire ! N’allez pas chercher une écriture ciselée (au couteau ! comme dirait l’une de mes anciennes collègues), ni une histoire profonde, sensible et subtile, Le lézard lubrique de Melancholy Cove est un roman dont le titre décrit à la perfection l’ambiance foldingue, un brin dépravée et jouissive. Melancholy cove, ce havre de mélancolie, devient le théâtre d’évènements saugrenus qui mettent les personnages dans des situations surréalistes mais bidonnantes, et ses habitants nous livrent des dialogues absolument savoureux, drolatiques au possible, du début à la fin !

Paru initialement en collection Série Noir chez Gallimard, ce roman de Christopher Moore est plus un ovni frapadingue qu’un roman noir ou une enquête policière, mais cela ne fait que confirmer les bons goûts de la direction éditoriale qui nous avait déjà bluffé et séduit avec La bouffe est chouette à Fatchakulla de Ned Crabb (pépite unique qui raconte les meurtres sordides - par démembrement – dans un village de péquenauds du fin fond des Etats-Unis, lesquels préfèrent assigner l’enquête à leur poivrot local – Sherlock Holmes alcoolique – qu’à leur police régionale) et Fantasia chez les ploucs de Charles Williams (un enfant de 7 ans nous conte les péripéties de son père bookmaker dans l’Amérique de la prohibition et de son oncle fermier dont les activités de contrebandes sont une épine au pied de la police local).

Que vous dire, Le lézard lubrique de Melancholy Cove est un remède à la mélancolie, pour sûr. De quoi passer des vacances ensoleillées et amusantes, et voir les lézards d’un œil nouveau. Je vous le conseille, quoi.

Dès que j’ai terminé Le vaisseau ardent (j’en suis page 530, c’est long !) je vous en parle, parce que là c’est tout l’inverse : une langue travaillée, un récit à tiroirs, une aventure fantastique de piraterie à travers la Hollande, les Balkans et les Caraïbes, bref un joyau.

A bientôt les amis, avec – on espère- la prochaine fois de bonnes nouvelles concernant notre future entreprise, on croise les doigts… mais notre corps de métier et notre jeunesse (26 ans) semble poser problème aux banques et aux bailleurs : on vit dans un monde où la jeunesse ne peut se lancer dans entrepreneuriat que si elle est riche de base… Douce France.


Mais on ne baisse pas les bras. Et n’oubliez pas de me conter vos avis sur les mésaventures du lézard lubrique !

CITRIQ

Commentaires

  1. Comme j'avais lu l'autre bouquin de Moore, j'ai acheté celui-là parce que mon fils était curieux de le lire - et mon fils ne lit rien en général. Un bon souvenir même si je me rappelle surtout d'un camion citerne qui subit les pires outrages.
    En tous les cas, je note les deux autres titres cités ici :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas de la grande littérature mais c'est un très très bon moment de lecture, si ça peut faire lire les non-lecteurs, tant mieux ! Pour les deux autres, je les considère comme des romans cultes, encore meilleurs même que celui-là, alors j'espère qu'ils plairont. :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Édification d'un rêve, ou la librairie fantastique.

Dessin de Tom Gauld Combien de fois dans mon entourage (le peu qui lisent mes chroniques en diagonale) m’a demandé quels étaient ces plans « top secrets » dont j'ai fait état dans plusieurs de mes billets. Ceux qui m'ont posé la question sans détour ont obtenu l'information claire et définitive que je partage avec vous ici : je veux créer ma boîte. Je vous ai déjà parlé avec nostalgie et envie de mes rêves. Depuis mon adolescence je fantasme sur cette possibilité. J’ai vécu dans le rêve brumeux et cotonneux de posséder ma propre librairie. Je l’ai imaginée, décorée, rempli et re-imaginée des centaines de fois. Parfois elle ressemblait à l’ancien local de la librairie Imagin’ères à Toulouse, une toute petite pièce au plancher craquant et aux étagères ployant sous des rayonnages de livres de SF, la musique de Loreena McKennit se mêlant aux effluves de patchouli. Parfois elle ressemblait au Forbidden Planet de Londres, gigantesque, fournissant profusion de Bds

La singulière tristesse du gâteau au citron - Aimee Bender

Ça fait un bout de temps que mes doigts n’ont pas effleuré le clavier. Je me laisse aller les amis. Pourtant j‘en ai des choses à raconter, mais bon, que voulez-vous, je passe trop de temps dans mes pensées et dans mes livres, ou bien à gratter le bedon du félidé. Tenez récemment j’ai lu un livre au titre plus qu’improbable, La singulière tristesse du gâteau au citron aux éditions de l'Olivier. Non, ce n’est pas Katherine Pancol, mais je vous accorde qu’elle aurait pu être l’auteur de ce titre fantaisiste. Nous n’oublierons jamais Les yeux jaunes des crocodiles , La valse lente des tortues , mais surtout le fameux Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (et seulement le lundi, car Katherine Pancol détient une vérité ultime et dérangeante de la vie des écureuils New-yorkais). L'auteur se nomme Aimee Bender, et ce quatrième roman génialissime est celui qui l'a fait connaître outre-Atlantique. Mais allez plus loin que le titre, et plus loin que ce

Les visages, de Jesse Kellerman

Des Visages et des Cracke Il y a seulement deux semaines, je montais ma nouvelle bibliothèque Expedit de chez Ike* toute seule ! Non, le félidé n'a toujours pas de pouces opposables et n'en branle pas une ramée pour monter nos meubles,  sur lesquels il adore se prélasser, au passage ! Crénom j’en étais fière. Il faut considérer que j’avais passé ma semaine à déménager, empaqueter, porter des cartons, monter des meubles, pousser des meubles, bref mes petits muscles étaient déjà en souffrance. J’ai donc monté cette bibliothèque seule, moi petit être frêle, (je dis Shu* u* aux mauvaises langues qui pensent déjà « pfff vas-y trop facile moi j’t’en monte 10 quand tu veux là ! » ouais ben allez-y, ça fait mal aux mains d’enfoncer des petits bitoniaux en bois à fond !) parce qu’il fallait bien que je case mes derniers cartons de livres. Ils trainaient par terre, et je déteste ça (au contraire le félidé avait élu domicile dans les cartons, la truffe enf