Accéder au contenu principal

Je traîne... mais je suis toujours là !


Oui bon je sais, je traîne, je traîne.... je vous promets L'homme-soleil depuis des lustres et rien n'arrive. Sachez qu'il me reste 100 pages à lire. Je les aurais déjà terminé si depuis mon arrivée dans le monde du chômage il y a dix jours (volontaire, cette fois-ci) je ne faisais pas un espèce de blocage total sur la lecture. Comme si j'avais besoin de faire le vide, de rester loin d'un livre le temps de me remettre d'un traumatisme (Moi ? Traumatisée par mon expérience récente d'employée en librairie ? Non.) Je fais à la place une boulimie de séries télé (j'vous jure, quelle enfant...) et je planche sur mon projet de création de librairie : repérage de locaux, de quartiers, recherche de contacts, j'essaye d'y aller doucement, je me suis donnée comme temps de repos jusqu'à lundi prochain pour souffler un peu et reprendre mes esprits avant de me lancer dans cette entreprise qui va certainement me bouffer toute ma vie dans les quatre ou cinq années à venir. Eh oui, fini le temps des vacances, des week-ends a l'arraché, des "je rentre chez moi je m'allume la télé et je pose mes neurones sur la table basse", ça va être dur, alors là je vous avoue, je profite de mes derniers jours pour glander un peu, m'occuper de ma paperasse autre que celle du projet, m'occuper de moi, de mon nouvel appart, des bestioles (le félin, le canidé) qui sont en période d'adaptation (même si quand même ils s'adaptent très bien à la terrasse), mais je ne glande pas totalement non plus (même si j'essayais j'y arriverais pas).

Alors voilà, pour soutenir ma graphiste qui nous a fait un logo-du-feu-de-dieu-qu'on-aime trop-sa-race, je me suis inscrite sur le réseau social Biilink, un réseau qui permet aux femmes porteuses d'un projet de création d'entreprise de promouvoir leurs idées, de trouver des contacts, et surtout de participer à des concours permettant d'obtenir un prêt à taux 0 et un don financier, en plus de consulting gratuit.
Donc j'ai aidé ma graphiste à participer au premier concours (sa page ici : http://www.biilink.com/bi-comm) en likant sa page. (c'est bizarre comme mot, likant... je like tu likes, en likant, liker... diantre, Facebook de marde comme dirait mon homme)
Car il faut 100 likes pour pouvoir participer aux concours, eh oui ! Cent me direz-vous, pas si dur que ça tout de même, tout le monde à des amis (normalement...) qui peuvent aider à atteindre les cent.
Certes... sauf que Biilink est un peu traître (totalement même), il faut s'inscrire sur le site pour pouvoir liker. Et c'est souvent là que ça capote, les gens n'aiment pas s'inscrire à des sites internet, faut donner son nom, créer un compte, valider un mail, toussa toussa, trop relou quoi. Alors bon, moi je l'ai fait, et j'en suis très heureuse, déjà parce que j'ai pu aider avec ma maigre participation, ensuite parce qu'à mon tour je peux parler de mon projet et tenter de participer aujourd'hui à un concours qui propose un prêt à Taux 0 de 50 000€ sur lequel on ne cracherait pas avec mon associé (pas du tout même...), un don de 5000€, et 2 ans de consulting gratuit. Tout bénéf quoi, un vrai coup de pouce pour les entrepreneurs ! Alors on tente le coup, sait-on jamais, que notre projet attire du monde, que vous décidiez de nous soutenir, que ça fonctionne.

Tout ça pour dire que, si vous voulez nous aider à créer notre entreprise, vous pouvez nous refiler de la tune, payer notre loyer ou avancer notre stock, mais si vous voulez pas autant vous mouiller (c'est vrai quoi, on va pas trop en demander non plus) vous pouvez le faire en participant à ce concours, en faisait un petit clic sur "like" après avoir validé votre inscription sur Biilink.
Mais vous avez aussi le droit de vous en tamponner royalement la coquillette, on comprendra ! 

Alors la page à liker, c'est là : http://www.biilink.com/dimensionfantastique

Et en avant première pour vous, le logo que nous avons choisi pour notre entreprise, réalisé par Sandrine Gendek, please.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Transmetropolitan, de Warren Ellis

Des lézards géants et des hommes La campagne continue ! Même à deux têtes, les chats sont nos amis. Ouais je sais. Une semaine est passée depuis le dernier article, je me suis laissé aller. je tiens à dire une chose avant de continuer plus loin sur un nouvel article : ce blog est une envie de ma part de vous faire partager ce que j’aime, et de vous faire découvrir de nouveaux livres, films ou autre, en espérant que vous y trouviez votre compte. Je ne suis pas journaliste, je ne suis pas écrivain, je ne suis pas une spécialiste de tous les genres que j’explore, et parfois je me trompe et je dis des conneries. C’est là que vous intervenez, postez des commentaires pour échanger avec moi, et que nous sommes tous heureux, moi y compris, de nous coucher moins bêtes ce soir. Voilà, alors je compte sur vous hein, jouez le jeu, ça me fera plaisir  ! Je tiens premièrement aussi à m’excuser pour celui de dimanche dernier, qui comparé à mes autres articles précédents à été é

Édification d'un rêve, ou la librairie fantastique.

Dessin de Tom Gauld Combien de fois dans mon entourage (le peu qui lisent mes chroniques en diagonale) m’a demandé quels étaient ces plans « top secrets » dont j'ai fait état dans plusieurs de mes billets. Ceux qui m'ont posé la question sans détour ont obtenu l'information claire et définitive que je partage avec vous ici : je veux créer ma boîte. Je vous ai déjà parlé avec nostalgie et envie de mes rêves. Depuis mon adolescence je fantasme sur cette possibilité. J’ai vécu dans le rêve brumeux et cotonneux de posséder ma propre librairie. Je l’ai imaginée, décorée, rempli et re-imaginée des centaines de fois. Parfois elle ressemblait à l’ancien local de la librairie Imagin’ères à Toulouse, une toute petite pièce au plancher craquant et aux étagères ployant sous des rayonnages de livres de SF, la musique de Loreena McKennit se mêlant aux effluves de patchouli. Parfois elle ressemblait au Forbidden Planet de Londres, gigantesque, fournissant profusion de Bds

La singulière tristesse du gâteau au citron - Aimee Bender

Ça fait un bout de temps que mes doigts n’ont pas effleuré le clavier. Je me laisse aller les amis. Pourtant j‘en ai des choses à raconter, mais bon, que voulez-vous, je passe trop de temps dans mes pensées et dans mes livres, ou bien à gratter le bedon du félidé. Tenez récemment j’ai lu un livre au titre plus qu’improbable, La singulière tristesse du gâteau au citron aux éditions de l'Olivier. Non, ce n’est pas Katherine Pancol, mais je vous accorde qu’elle aurait pu être l’auteur de ce titre fantaisiste. Nous n’oublierons jamais Les yeux jaunes des crocodiles , La valse lente des tortues , mais surtout le fameux Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (et seulement le lundi, car Katherine Pancol détient une vérité ultime et dérangeante de la vie des écureuils New-yorkais). L'auteur se nomme Aimee Bender, et ce quatrième roman génialissime est celui qui l'a fait connaître outre-Atlantique. Mais allez plus loin que le titre, et plus loin que ce