Accéder au contenu principal

Je traîne... mais je suis toujours là !


Oui bon je sais, je traîne, je traîne.... je vous promets L'homme-soleil depuis des lustres et rien n'arrive. Sachez qu'il me reste 100 pages à lire. Je les aurais déjà terminé si depuis mon arrivée dans le monde du chômage il y a dix jours (volontaire, cette fois-ci) je ne faisais pas un espèce de blocage total sur la lecture. Comme si j'avais besoin de faire le vide, de rester loin d'un livre le temps de me remettre d'un traumatisme (Moi ? Traumatisée par mon expérience récente d'employée en librairie ? Non.) Je fais à la place une boulimie de séries télé (j'vous jure, quelle enfant...) et je planche sur mon projet de création de librairie : repérage de locaux, de quartiers, recherche de contacts, j'essaye d'y aller doucement, je me suis donnée comme temps de repos jusqu'à lundi prochain pour souffler un peu et reprendre mes esprits avant de me lancer dans cette entreprise qui va certainement me bouffer toute ma vie dans les quatre ou cinq années à venir. Eh oui, fini le temps des vacances, des week-ends a l'arraché, des "je rentre chez moi je m'allume la télé et je pose mes neurones sur la table basse", ça va être dur, alors là je vous avoue, je profite de mes derniers jours pour glander un peu, m'occuper de ma paperasse autre que celle du projet, m'occuper de moi, de mon nouvel appart, des bestioles (le félin, le canidé) qui sont en période d'adaptation (même si quand même ils s'adaptent très bien à la terrasse), mais je ne glande pas totalement non plus (même si j'essayais j'y arriverais pas).

Alors voilà, pour soutenir ma graphiste qui nous a fait un logo-du-feu-de-dieu-qu'on-aime trop-sa-race, je me suis inscrite sur le réseau social Biilink, un réseau qui permet aux femmes porteuses d'un projet de création d'entreprise de promouvoir leurs idées, de trouver des contacts, et surtout de participer à des concours permettant d'obtenir un prêt à taux 0 et un don financier, en plus de consulting gratuit.
Donc j'ai aidé ma graphiste à participer au premier concours (sa page ici : http://www.biilink.com/bi-comm) en likant sa page. (c'est bizarre comme mot, likant... je like tu likes, en likant, liker... diantre, Facebook de marde comme dirait mon homme)
Car il faut 100 likes pour pouvoir participer aux concours, eh oui ! Cent me direz-vous, pas si dur que ça tout de même, tout le monde à des amis (normalement...) qui peuvent aider à atteindre les cent.
Certes... sauf que Biilink est un peu traître (totalement même), il faut s'inscrire sur le site pour pouvoir liker. Et c'est souvent là que ça capote, les gens n'aiment pas s'inscrire à des sites internet, faut donner son nom, créer un compte, valider un mail, toussa toussa, trop relou quoi. Alors bon, moi je l'ai fait, et j'en suis très heureuse, déjà parce que j'ai pu aider avec ma maigre participation, ensuite parce qu'à mon tour je peux parler de mon projet et tenter de participer aujourd'hui à un concours qui propose un prêt à Taux 0 de 50 000€ sur lequel on ne cracherait pas avec mon associé (pas du tout même...), un don de 5000€, et 2 ans de consulting gratuit. Tout bénéf quoi, un vrai coup de pouce pour les entrepreneurs ! Alors on tente le coup, sait-on jamais, que notre projet attire du monde, que vous décidiez de nous soutenir, que ça fonctionne.

Tout ça pour dire que, si vous voulez nous aider à créer notre entreprise, vous pouvez nous refiler de la tune, payer notre loyer ou avancer notre stock, mais si vous voulez pas autant vous mouiller (c'est vrai quoi, on va pas trop en demander non plus) vous pouvez le faire en participant à ce concours, en faisait un petit clic sur "like" après avoir validé votre inscription sur Biilink.
Mais vous avez aussi le droit de vous en tamponner royalement la coquillette, on comprendra ! 

Alors la page à liker, c'est là : http://www.biilink.com/dimensionfantastique

Et en avant première pour vous, le logo que nous avons choisi pour notre entreprise, réalisé par Sandrine Gendek, please.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

La belle sauvage, de Philip Pullman

Celui-là, je l'attendais de pied ferme.

Depuis mon arrivée à Montréal, mon budget livre a drastiquement baissé. Eh oui, ici les ouvrages coûtent deux fois plus cher qu'en France : pas de prix unique, prix de l'import, différente monnaie. J'ai donc dû revoir mes priorités, je me focalise sur ce qui me fait vraiment envie, et je carbure aussi avec toutes mes piles non-lues de cette période bénie de libraire acheteuse compulsive !
Pour novembre, j'avais deux livres en tête à acheter : Les griffes et les crocs de Jo Walton chez Denoël, etLa Belle Sauvage, de Philip Pullman chez Gallimard Jeunesse. J'ai profité du Salon du livre de Montréal pour les cueillir sur le stand Gallimard.  Il était là, forcément en piles immenses et bien mises en avant pour les lecteurs, car je n'étais pas la seule à l'attendre avec impatience.


La Belle Sauvage est un roman de Philip Pullman rattaché à l'univers d'A la croisée des mondes (La boussole d'or pour ceux qui ne con…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…