Accéder au contenu principal

Féerie pour les ténèbres, de Jérôme Noirez

Bon, je vous avais parlé de faire un article sur l'Homme Soleil, et je vais le faire (mode auto-motivation on), mais pas tout de suite. Tout simplement parce que les mots me manquent, et parce que j'ai quand même été un peu déçue... si on doit le comparer à l'excellence de La symphonie des spectres... ben c'est pas excellent. Mais je n'ai pas chômé pour autant, j'ai enchaîné avec deux excellents romans, dont un qui était un rattrapage obligatoire et que je ne regrette pas !

Pourquoi n'ai-je pas lu Féerie pour les ténèbres avant ? Les rioteux ont emporté la réponse dans l'En-dessous... 

Pourtant j'en ai entendu beaucoup de bien, et de nombreuses fois. On parle d'un roman parût il y a presque dix ans aux éditions Nestiveqnen, repris en intégrale par le Belial il y a deux ans, et enfin paru en poche chez J'ai lu ce printemps. Il m'a donc fallu l'observer de loin tout ce temps avant d'emporter un exemplaire avec moi dans le métro et de dévorer cette gourmandise fantasyste envoûtante.





Difficile de raconter Féerie pour les ténèbres, faudrait-il pour commencer vous parler la Technole, cette matière étrange qui surgit de la terre et régurgite du caoutchouc, du béton, des parkings et des gares, des lampadaires et des radios, des rebuts qui font aujourd'hui la richesse de la région, même si personne n'en connait la provenance. Ou bien vous relater les investigations de l'officieur Obicion, dont l'enquête du meurtre d'une jeune fille mutilée, aux os de plastiques, dévoile de bien sombres complots au Palais royal ? Ou bien vous parler de Malagasta de Sponlieux, quittant la mer Clapotante de Vicerine pour éviter la peine de mort et accomplir les noires besognes de ses dirigeants ? Ou bien l'histoire de Grenotte et Gourgou aux quenottes affamés, diablotins et terreurs des sœurs de sainte Cadacace, muses du sculpteur aux moeurs dissolues Jectin de Lourche ? Mais il faudrait alors vous parler de Meurlon le rioteux, de Quinette la sans-tête, des esmoignés, des fraselés, des féeurs, puis de Charnaille qui s'active au fond du Fondril, dans le centre de la terre...

Vous n'avez rien compris ? C'est plutôt normal, dans cet univers sombre et déjanté que Jérôme Noirez a inventé, il faut avoir beaucoup d'imagination et le cœur bien accroché ! Féerie pour les ténèbres est un mélange de science-fiction et de Fantasy, où l'auteur s'empare des ingrédients de plusieurs genres pour faire sa tambouille, une tambouille de chef.
Féerie pour les ténèbres est un univers de fantasy où l'ère médiévale est gangrenée par une technologie sortie de nulle, une technologie dont personne ne sait si elle vient d'un passé lointain ou de l'esprit malade d'un dieu, et qui depuis quelques années bouleverse l'équilibre du pays : on l'appelle la Technole, une apparition qui génère plein de ressources que l'aristocratie du pays s'arrache, plastique, skaï, caoutchouc, métal, latex, et que des hordes de travailleurs s'acharnent à dénicher dans des chantiers où ils risquent leur vie à chaque pas.



Cette Technole vous dit vaguement quelque chose ? C'est ce qu'il y a de plus tangible pour nous dans cet univers où vivent sous-terre des mutants mutilés que l'on nomme "les rioteux", morceaux de chair amputés qui parlent par tous les orifices sauf la bouche et qui sont méprisés et craints des humains, où des Féeurs prodiguent leur magie à la cour du roi et peuvent voltiger corps et âmes au fin fond de la terre et cracher des maléfices mortels avec des formules ésotériques, où des ratruandières, méduses carnivores, s'accrochent aux ponts et terrifient le voisinages, et où des grobes-muçotes dévorent le ventre des petits-enfants.

Je vous épargne un peu plus de ce langage technique propre à Féerie pour les ténèbres, issu de l'imaginaire débordant, foutraque et un brin pervers de Jérôme Noirez, d'une part pour ne pas trop vous égarer, mais surtout parce que je ne serais pas capable de retranscrire correctement ses mots, son langage poétique et ses dialogues fleuris qui mêlent habilement érudition, humour et épouvante. Car oui, il y a pas mal de passages abominables dans Féerie pour les ténèbres, si vous avez peur d'histoire de mutilations et souffrez d'entendre parler de sang, d'os et de chair en décomposition, sachez que Féerie pour les ténèbres peut heurter un poil vos sens.

Mais quand je parle de la langue de Jérôme Noirez, je déconne pas les gars, il a cette capacité à faire des phrases qui semblent rouler sur votre langue quand vous les répétez à voix hautes, des phrases où vous vous dites "ce type est un génie", car c'est à la fois beau et écrit et terriblement monstrueux. Et surtout : c'est drôle ! J'ai ri un nombre de fois incalculable grâce à cette verve gouailleuse qui imprègne tout le texte. C'est certainement ce qui permet pour moi au texte de ne pas tomber totalement parfois dans le scabreux et l'intolérable, c'est cet humour absurde qui transparaît dans la personnalité des personnages tous plus attachants les uns que les autres (big up à Quinette), dans les dialogues et dans l'élaboration entière de son univers, et qui rend chaque retournement de situation cocasse, apportant du rire là où germe l'horreur. 

Alors voilà, j'ai terminé le premier volume, car il y en aura deux en poche, et j'ai hâte de lire la suite, pour me replonger dans les étranges aventures de ces héros rocambolesques légèrement frappés du bulbe, finis à la pisse et parfois même pas entier... mais les héros d'un monde hors norme totalement fascinant.


 

Alors monsieur Jérôme Noirez, je n'avais lu - du temps de mon apprentissage où je m'occupais des romans pour ados - que Fleurs de dragon, qui m'avait enchanté, mais alors là je suis conquise, et dans mon panthéon des auteurs de fantasy, vous vous hissez à la place d'Odin. Et j'espère bien, la prochaine fois que sort l'un de vos livres, vous rencontrer dans ma future librairie.

Sur ce, après ce gros shoot de bonne littérature, je vais passer ma descente en finissant Nos étoiles contraires, du talentueux John Green, qui m'avait déjà fait voir trente-six chandelles avec son coup de poing Qui es-tu Alaska, et qui me fout à nouveau la pâtée.


Ps : le blog de Jérôme Noirez, qui vaut le détour ! : http://jeromenoirez.over-blog.com/

CITRIQ

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Édification d'un rêve, ou la librairie fantastique.

Dessin de Tom Gauld Combien de fois dans mon entourage (le peu qui lisent mes chroniques en diagonale) m’a demandé quels étaient ces plans « top secrets » dont j'ai fait état dans plusieurs de mes billets. Ceux qui m'ont posé la question sans détour ont obtenu l'information claire et définitive que je partage avec vous ici : je veux créer ma boîte. Je vous ai déjà parlé avec nostalgie et envie de mes rêves. Depuis mon adolescence je fantasme sur cette possibilité. J’ai vécu dans le rêve brumeux et cotonneux de posséder ma propre librairie. Je l’ai imaginée, décorée, rempli et re-imaginée des centaines de fois. Parfois elle ressemblait à l’ancien local de la librairie Imagin’ères à Toulouse, une toute petite pièce au plancher craquant et aux étagères ployant sous des rayonnages de livres de SF, la musique de Loreena McKennit se mêlant aux effluves de patchouli. Parfois elle ressemblait au Forbidden Planet de Londres, gigantesque, fournissant profusion de Bds

La singulière tristesse du gâteau au citron - Aimee Bender

Ça fait un bout de temps que mes doigts n’ont pas effleuré le clavier. Je me laisse aller les amis. Pourtant j‘en ai des choses à raconter, mais bon, que voulez-vous, je passe trop de temps dans mes pensées et dans mes livres, ou bien à gratter le bedon du félidé. Tenez récemment j’ai lu un livre au titre plus qu’improbable, La singulière tristesse du gâteau au citron aux éditions de l'Olivier. Non, ce n’est pas Katherine Pancol, mais je vous accorde qu’elle aurait pu être l’auteur de ce titre fantaisiste. Nous n’oublierons jamais Les yeux jaunes des crocodiles , La valse lente des tortues , mais surtout le fameux Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (et seulement le lundi, car Katherine Pancol détient une vérité ultime et dérangeante de la vie des écureuils New-yorkais). L'auteur se nomme Aimee Bender, et ce quatrième roman génialissime est celui qui l'a fait connaître outre-Atlantique. Mais allez plus loin que le titre, et plus loin que ce

Les visages, de Jesse Kellerman

Des Visages et des Cracke Il y a seulement deux semaines, je montais ma nouvelle bibliothèque Expedit de chez Ike* toute seule ! Non, le félidé n'a toujours pas de pouces opposables et n'en branle pas une ramée pour monter nos meubles,  sur lesquels il adore se prélasser, au passage ! Crénom j’en étais fière. Il faut considérer que j’avais passé ma semaine à déménager, empaqueter, porter des cartons, monter des meubles, pousser des meubles, bref mes petits muscles étaient déjà en souffrance. J’ai donc monté cette bibliothèque seule, moi petit être frêle, (je dis Shu* u* aux mauvaises langues qui pensent déjà « pfff vas-y trop facile moi j’t’en monte 10 quand tu veux là ! » ouais ben allez-y, ça fait mal aux mains d’enfoncer des petits bitoniaux en bois à fond !) parce qu’il fallait bien que je case mes derniers cartons de livres. Ils trainaient par terre, et je déteste ça (au contraire le félidé avait élu domicile dans les cartons, la truffe enf