Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du avril, 2014

Féerie pour les ténèbres, de Jérôme Noirez

Bon, je vous avais parlé de faire un article sur l'Homme Soleil, et je vais le faire (mode auto-motivation on), mais pas tout de suite. Tout simplement parce que les mots me manquent, et parce que j'ai quand même été un peu déçue... si on doit le comparer à l'excellence de La symphonie des spectres... ben c'est pas excellent. Mais je n'ai pas chômé pour autant, j'ai enchaîné avec deux excellents romans, dont un qui était un rattrapage obligatoire et que je ne regrette pas !
Pourquoi n'ai-je pas lu Féerie pour les ténèbres avant ? Les rioteux ont emporté la réponse dans l'En-dessous... 
Pourtant j'en ai entendu beaucoup de bien, et de nombreuses fois. On parle d'un roman parût il y a presque dix ans aux éditions Nestiveqnen, repris en intégrale par le Belial il y a deux ans, et enfin paru en poche chez J'ai lu ce printemps. Il m'a donc fallu l'observer de loin tout ce temps avant d'emporter un exemplaire avec moi dans le métro et de…

Je traîne... mais je suis toujours là !

Oui bon je sais, je traîne, je traîne.... je vous promets L'homme-soleil depuis des lustres et rien n'arrive. Sachez qu'il me reste 100 pages à lire. Je les aurais déjà terminé si depuis mon arrivée dans le monde du chômage il y a dix jours (volontaire, cette fois-ci) je ne faisais pas un espèce de blocage total sur la lecture. Comme si j'avais besoin de faire le vide, de rester loin d'un livre le temps de me remettre d'un traumatisme (Moi ? Traumatisée par mon expérience récente d'employée en librairie ? Non.) Je fais à la place une boulimie de séries télé (j'vous jure, quelle enfant...) et je planche sur mon projet de création de librairie : repérage de locaux, de quartiers, recherche de contacts, j'essaye d'y aller doucement, je me suis donnée comme temps de repos jusqu'à lundi prochain pour souffler un peu et reprendre mes esprits avant de me lancer dans cette entreprise qui va certainement me bouffer toute ma vie dans les quatre ou cinq…