Accéder au contenu principal

Survol de la rentrée littéraire 2013

Aujourd'hui, pas d'article sur un livre en particulier.

Je dois vous avouer qu'après mes deux mois d'été fort en chocolat au niveau des lectures, mon mois de septembre s'enfonce dans la non-envie de lire. Je fais passer les BD en premier (je gère les deux rayons dans ma librairie), et relègue les romans dans un coin. Ça ne veut pas dire que je ne lis plus, je suis en train de finir Neige d'Anna Kavan chez Cambourakis, réédition des années d'un très bon roman des 60, et je vais entamer Et quelque fois j'ai comme une grande idée, de Ken Kesey, auteur génial de Vol au-dessus d'un nid de coucou, grâce aux éditions Monsieur Toussaint Louverture.

En attendant je vous prépare un petit article sur un projet personnel qui me tient à coeur et pour lequel j'attends votre soutien, et aujourd'hui je vous fais part d'une petite liste de ma rentrée littéraire que j'ai établie sur le site de critiques Senscritique.com.


Car j'ai beau écrire des chroniques sur ce blog, je ne chronique absolument pas tout ce que je lis. Parfois je n'en ressens pas l'envie, tout simplement... même si j'adore écrire. J'écris souvent sur mes préférés, ou ceux sur lesquels j'ai vraiment des chose à dire.
Donc voilà, une petite liste modestement intitulée "Rentrée littéraire 2013 ou une poignée des 555 (trop nombreuses) parutions". Entre autre Thomas Gunzig, Cécile Coulon, Yannick Haenel, Tom Drury et Paolo Giordao, m'enfin... à petite dose. Ne vous attendez pas à des argumentaires très détaillés, c'est un survol de mon propre survol de la rentrée, de quoi satisfaire votre curiosité sur les quelques nouveautés qui ont pu attirer mon attention.


A bientôt pour une nouvelle aventure !

Commentaires

  1. Si j'ai bien compris, tu mettras les points au fur et à mesure des lectures?

    Autrement, pas la peine de s'amuser à parler de toutes nos lectures, autrement on n'aurait plus le temps de lire autant, ce serait dommage quand même ^_^.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et puis je rajoute un titre dès qu'un ouvrage me tente dans la liste. Ceux notés et critiqués sont ceux que j'ai lu (parfois pas en entier, pour ma propre survie intellectuelle).

      Bah, avec tout le temps que je perds à regarder des séries débiles, et du nombreux temps perdu à surfer aléatoirement sur le net, je pourrais passer plus de temps à écrire, et surtout à lire :p Mais c'est sûr qu'un article prend du temps.

      Supprimer
    2. J'ai trouvé la solution: je regarde des séries en écrivant les billets ^_^ (c'est vrai en plus)(là, je suis en train de me refaire tous les Gilmore Girls)(le pied).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…

Lockwood and Co., de Jonathan Stroud

Certaines œuvres vous font du bien.
Il m'arrive parfois de penser que ma vie est un peu morne et répétitive ; malgré mon rôle de chef d'entreprise qui n'est pas de tout repos et tous les rebondissements que cela entraîne (les nouvelles rencontres, les challenges, les imprévus qui vous tombent dessus à tout bout de champ), c'est quand même souvent "métro, boulot, dodo". Et ce qui me fait tenir quand cet état d'esprit me submerge (bon c'est en grande partie ma moitié, le félidé et le canidé, mon petit bout de famille !) c'est la lecture. Grand bien m'en fasse : je suis libraire. Car j'ai beau me laisser aller à regarder pendant des heures des séries télé - certaines débiles, certaines complexes, certaines géniales, certaines tout juste distrayantes - ce sont les romans qui me font le plus de bien quand j'ai besoin d'évasion.
Le mieux, c'est quand vous entrez dans un livre comme dans lit douillet, et qu'il est tellement bien que …