Accéder au contenu principal

Vacances

Mouais bon, après avoir tenté moult fois d'écrire une chronique ces deux dernières semaines, j'ai fini par comprendre que mon esprit n'est pas assez focalisé sur ça actuellement. Je n'ai pas arrêté de lire (la Garçonne, La Constellation du chien, La Fille automate, Le Club des neurasthéniques...) mais je pense sans cesse à mes vacances qui arrivent dans moins de dix jours, c'est à dire au lâcher prise, au soleil, à l'émerveillement et au repoooooos, donc je n'arrive pas à me concentrer (au boulot je dois d'ailleurs faire de très gros efforts !).

Voilà pourquoi je reviendrai écrire en juillet, après un repos bien mérité (je crois que mon obsession tiens du fait que je n'ai pas pris de vacances depuis un an et que je hais Paris et tous ses habitants actuellement).

D'ici là la moitié d'entre vous seront en vacances (c'est bien mérité aussi !) donc je n'aurai plus de lecteurs, mais qu'importe, si j'arrive à retrouver l'inspiration et le mojo du livre déjà ça sera une bonne chose pour moi. Là je suis à deux doigts de m'arrêter de lire complètement tellement cette pression à la c** de devoir lire tant et tant de livres par semaines me stresse. La vie, la vraie, celle où on aime la lecture et où l'embrasse pour ce qu'elle est, celle où on la reconnait pour ses qualités et son plaisir d'évasion, c'est celle où on ne se force pas.

Sur ce, bon repos les amis.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

Lockwood and Co., de Jonathan Stroud

Certaines œuvres vous font du bien.
Il m'arrive parfois de penser que ma vie est un peu morne et répétitive ; malgré mon rôle de chef d'entreprise qui n'est pas de tout repos et tous les rebondissements que cela entraîne (les nouvelles rencontres, les challenges, les imprévus qui vous tombent dessus à tout bout de champ), c'est quand même souvent "métro, boulot, dodo". Et ce qui me fait tenir quand cet état d'esprit me submerge (bon c'est en grande partie ma moitié, le félidé et le canidé, mon petit bout de famille !) c'est la lecture. Grand bien m'en fasse : je suis libraire. Car j'ai beau me laisser aller à regarder pendant des heures des séries télé - certaines débiles, certaines complexes, certaines géniales, certaines tout juste distrayantes - ce sont les romans qui me font le plus de bien quand j'ai besoin d'évasion.
Le mieux, c'est quand vous entrez dans un livre comme dans lit douillet, et qu'il est tellement bien que …

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…