Accéder au contenu principal

Je suis février - Shane Jones

Je suis surprise parfois de constater à quel point certaines personnes ont une imagination débordante. C'est ce qui me plait, dans un livre, l'imagination. C'est pour ça que la littérature française me touche peu. Trop d'autofiction, de nombrilisme... Je suis tombée amoureuse des auteurs de fantastique pour leurs univers. Evasion, poésie, action, magie, ceux-là m'ont fait rêver et continuent aujourd'hui encore de m'emporter. Et alors qu'on pourrait se dire qu'après tant d'années d'écriture et tant d'écrivains à épuiser le genre, il arriverait à sa fin... pas du tout ! Je suis étonnée de voir tout ce qui sort de l'esprit humain et je comprends que ça ne sera jamais fini tant qu’existeront des gens tels qu'eux, tels que Andrus Kivirähk, tels que Léo Henry, tels que Stéphane Beauverger, tels que Hari Kunzru, et plus récemment tels que Shane Jones.

J'ai toujours voulu avoir leur imagination. Et surtout leur talent d'écriture, qui diffère selon chacun, l'un a son style et l'autre a sa plume. Mais je n'ai pas été gâtée par une imagination aussi fertile que tous ces bons auteurs. On m'a juste donné de quoi les lire, et mieux (surtout pour eux) de les apprécier à leur juste valeur. J'ai bien tenté de jeter mes propres ébauches d'univers, avec peu de succès... je n'ai pas une vision assez complète et lointaine, je ne vois pas les histoires, alors je me contente de les lire et de les partager à mon échelle. J'ai même choisi le métier pour (pour combien de temps encore ?).

Et donc récemment j'ai découvert un nouvel auteur : Shane Jones. Il est jeune, beau, fringuant, américain, et porte des pulls à cols V, mais je l'aime bien tout de même. Il a un don, un style particulier, que j'ai découvert grâce à Je suis février, paru aux éditions La Baconnière, une maison d'édition Suisse que je suis heureuse de connaître, ne serait-ce que pour cette pièce maîtresse de leur catalogue déjà bien fourni.






C'est l'illustration de Ken Garduno qui m'a d'abord donné envie de le prendre en main, de le feuilleter, et d'admirer l'ouvrage, qui est vraiment un bel objet (dommage que la qualité du produit ne soit pas à la hauteur de l'idée de l'éditeur, certains coffrets que j'ai observé dans ma librairie sont un peu abîmés, plein de colle ou enfoncés...)

Puis l'histoire m'a tout de suite emballé.

Février a un effet désastreux sur les habitants et la ville. Sa nuit persistante, son froid mordant et les restrictions qu'il entraîne rendent les villageois tristes et impuissants. Mais le pire est à venir, la fin de l'hiver ne semble pas vouloir arriver, et maintenant les enfants du village disparaissent un à un. C'est la faute de Février, c'est lui qui s'acharne contre le village et réduit ses habitants à néant. S'en est trop pour le groupe des balloniers qui décident de ne plus se laisser marcher sur les pieds. Masqués de becs d'oiseaux, bien déterminés à arrêter cet hiver meurtrier, ils déclarent la guerre à Février.

Il y a plusieurs niveaux de lecture dans ce roman assez incroyable. Mais pour le lire déjà, il faut se faire à la langue particulière de Shane Jones. Il donne la voix à plusieurs personnages, le principal étant un ballonier nommé Thaddeus, père de Bianca qui a disparue une nuit de février, emportée dans son lit. Mais aussi à Bianca, à la femme de Thaddeus Selah, aux masques d'oiseaux, aux amis de Thaddeus, aux villageois qui livrent bataille, à Février lui-même, incapable d'arrêter cette guerre qu'il attise. Shane Jones partage donc la narration en petits chapitres stylisés, joue avec la typographie et les figures de style pour donner une consistance, un poids à sa prose, une forme de conte originale. Au début c'est déroutant, puis on s'y fait, et finalement cette façon d'écrire, extravagante, peut-être un peu désordonnée, décousue, fait tout le sel de l'oeuvre. 

Tout le sel, c'est peut-être exagéré. L'histoire en elle-même est extraordinaire.
Je suis février est un petit conte poétique mais totalement impitoyable. Il commence avec l'histoire de ce village empêtré dans l'hiver de Février. Plus terrible que la dépression engendrée par le froid, le manque de lumière et les effets néfastes de Février sur le vol des ballons, les enfants de la ville se font enlever toutes les semaines sans explication. Seul un groupuscule comprend qu'il y a quelqu'un au-dessus d'eux celui qui tire les ficelles et les rends si misérables, et ça ne peut être que Février. C'est à cause de lui que le vol est interdit, à cause de lui que la rivière gèle, à cause de lui que la nuit n'en finit pas, c'est donc à cause de lui que les enfants disparaissent. D'une manière ou d'une autre, il est coupable et il faut lutter contre lui. Les habitants vont donc se mettre à développer des stratégies, comme de se promener en t-shirt et robe, ne plus tenir compte du froid pour faire semblant que le soleil d'été réchauffe le village, ou bien l'invention des boîtes de lumières qu'ils entreposent à travers toute la ville pour faire croire à une lumière du jour naturelle. C'est cette invention qui est d'ailleurs à l'origine du titre original de l'oeuvre : Light boxes.

Mais rien n'y fait, Février durcit ses conditions, le froid est plus intense, la nuit plus sombre, et les enfants sont raflés plus souvent. Thaddeus se met en quête de Février, nul ne sait comment l'atteindre, qui il est, mais surtout comment il fait pour leur imposer ça.
De sa hauteur, Février combat férocement. Son combat l'épuise, et sa compagne "la fille qui sentait la fumée et le miel", ne comprend pas ce qui l'anime et pourquoi il fait tant durer cette horreur. Son univers se retourne contre lui et elle seule semble voir quel mal engendre cette guerre sur tout le monde.

Je ne vous en dirais pas plus. Il faut le lire pour démêler les éléments, vous ouvrir cet univers, ce roman hors norme sur le fond et la forme, qui est à la fois une fable d'aventure, un conte cruel, une guerre sans merci, mais aussi une oeuvre sur l'oeuvre elle-même, sur l'auteur, l'inspiration et l'écriture. C'est à la fois léger et complexe, emportant et déroutant, tordu et pourtant très logique, totalement paradoxal mais extrêmement bien construit, et véritablement génial.


Vous l'aurez compris, j'aime les livres tordus, qui ont un grain, et celui-là n'échappe pas à la règle. Il plaira aux amateurs du genre, aux amoureux du style et de l'écriture, aux aventuriers de l'improbable, et à ceux comme moi qui sont sensibles à la poésie des contes et à la beauté de l'exercice.

Une petite perle, en somme. Encore une.



Commentaires

  1. Chère Guixxx,

    Tu n'as peut-être pas été "gâtée par une imagination aussi fertile que tous ces bons auteurs", mais, après avoir sans cesse écrit, réécrit, effacé ce commentaire, sous le coup d'une émotion d'apprentie sauvage, je tiens à te dire qu'avant tout, c'est la Librairie Fantastique, la petite perle.

    Puisses-tu nous éclairer longtemps, tel Grégory, de tes light boxes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bien Lemarchal Absolu, je vais tenter d'être à la hauteur de Gregory, mais de mourir moins jeune, quand même...

      Supprimer
  2. Bonjour !
    J'ai vu ce livre hier en librairie et j'hésitais à le prendre mais grâce à ton article, je n'hésite plus. J'espère arriver à la librairie avant la fermeture ce soir ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. aaaaahh, si je peux servir à ça ! C'est un magnifique objet qui attire tout de suite l'oeil en plus (je suis très sensible à ça, parfois c'est un piège, mais dans ce cas là la beauté de l'objet reflète la beauté d texte :) )! Enjoy, et merci à toi. (tu me diras ce que tu en as pensé !)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

La belle sauvage, de Philip Pullman

Celui-là, je l'attendais de pied ferme.

Depuis mon arrivée à Montréal, mon budget livre a drastiquement baissé. Eh oui, ici les ouvrages coûtent deux fois plus cher qu'en France : pas de prix unique, prix de l'import, différente monnaie. J'ai donc dû revoir mes priorités, je me focalise sur ce qui me fait vraiment envie, et je carbure aussi avec toutes mes piles non-lues de cette période bénie de libraire acheteuse compulsive !
Pour novembre, j'avais deux livres en tête à acheter : Les griffes et les crocs de Jo Walton chez Denoël, etLa Belle Sauvage, de Philip Pullman chez Gallimard Jeunesse. J'ai profité du Salon du livre de Montréal pour les cueillir sur le stand Gallimard.  Il était là, forcément en piles immenses et bien mises en avant pour les lecteurs, car je n'étais pas la seule à l'attendre avec impatience.


La Belle Sauvage est un roman de Philip Pullman rattaché à l'univers d'A la croisée des mondes (La boussole d'or pour ceux qui ne con…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…