Accéder au contenu principal

Anno Dracula, de Kim Newman


Peut-on faire du beau avec du vieux ? Il y a ceux qui sont sceptiques et ne jurent que par l’originalité de la nouveauté. Moi je pense qu’il est assez extraordinaire d’arriver à faire une œuvre de qualité avec de l’ancien. Cela vaut pour à peu près tout. Tout est matière à création, tout est matière à innovation. C’est exactement ce que j’ai pensé en prenant entre les mains le livre de Kim Newman, Anno Dracula, à qui Bragelonne vient de donner une seconde vie au sein de sa maison d’édition.

J’en avais entendu du bien, récemment une amie m’avait faire part dans une liste de ses dix œuvres incontournables dans les littératures de l’imaginaire, et elle m’avait cité ce titre. J’étais bien-sûr contente lorsque j’ai pu récupérer le service de presse au début du mois, j’allais donc pouvoir juger par moi-même de ce roman dont en semble faire grand cas.



Kim Newman est journaliste, critique et scénariste de cinéma en plus d’être auteur de romans et de travailler pour l’univers de Warhammer. Il a écrit Anno Dracula en 1992, première parution en France en 1998, et a été récompensé plusieurs fois de prix littéraires anglais (Prix Bram Stoker, Prix British Science-fiction, Prix Ozone…). Bref, un ponte de la littérature fantastique/horreur de ces deux dernières décennies. Pourtant il n’est plus si connu en France, et Bragelonne nous permet de redécouvrir cette série phare qui a pour thème…. le vampirisme. « No way ! » Allez-vous me dire. « Avec Dracula dans le titre on ne s’en serait pas doutés ! » Oui, oui, bon, racontons un peu l’histoire. Comment reprendre l’histoire de Dracula alors que Bram Stoker en a déjà fait un chef-d’œuvre il y a plus de cent ans ?

Anno Dracula prend place en 1888. A Londres, le Comte Dracula, Vlad Tepes, a conquis le trône d’Angleterre en soumettant la Reine Victoria, elle-même devenue vampire. Le Prince consort fait régner un nouvel ordre, sa garde Karpathe jugule la ville, les vampires sont exposés au grand jour et tout le monde est libre de « passer au ténèbres ». Aristocrates, petit peuple et pires fripouilles se laissent aller à cette nouvelle tendance, celle des non-morts. Les sang-chauds doivent vivre avec, l’humanité change et elle se nourrit de sang humain. Mais une suite d’événements violents vient perturber la mise en place de ce nouveau régime. Un homme assassine des prostituées vampires dans Whitechapel, et cet homme n’est autre que John (dit Jack) Seward, l’un des soupirants de Lucy, la première concubine de Dracula lors de son débarquement en Angleterre trois années plus tôt. Jack est celui qui a du lui ôter la vie définitivement, avant d’échouer avec ses comparses Jonathan Harker et Van Helsing à sauver Wilhemina Harker, et à sauver l’Angleterre. Chaque prostituée assassinée avec son scalpel en argent est un moyen de venger la mort de Lucy. Le reste de Londres est en ébullition, Scotland Yard peine à trouver le couple, son détective phare est en prison avec les autres dissidents au nouveau régime, et de fausses pistes lancées par des tas d’illuminés font barrage à l’enquête. De là plusieurs personnes se croisent, dont chacune pense pouvoir s'emparer de ces terribles meurtres pour tirer son épingle du jeu dans le nouvel échiquier politique du pays…

En l’espace d’un résumé j’ai à peine effleuré ce qui fait l’originalité et tout le sel d’Anno Dracula, son inspiration de la littérature anglaise fantastique et policière. D’où le questionnement de mon premier paragraphe. Car Anno Dracula n’est pas seulement une sorte de suite à l’œuvre de Bram Stoker, mais mêle aussi les romans de Stevenson (on y croise Docteur Jekyll), H.G. Welles (le Docteur Moreau), de Conan Doyle (Sherlock Holmes sans Sherlock), Sheridan Le Fanu (Carmilla), ou encore se moque de l’image des vampires d’Anne Rice. C’est sans compter les références à des nouvelles ou romans fantastiques anglais moins connus, à l’univers de Warhammer, à la cinématographie vampirique du siècle dernier, Nosferatu et autres adaptations, et sans compter les allusions aux mythes vampiriques bien connus (Vlad Tepes l’empaleur, Elizabeth Bathory…). Il s’amuse même à mettre en scène Bram Stoker lui-même (retenu prisonnier aux côtés de Sherlock Holmes) et de sa femme Florence. Et surtout, il réécrit l’histoire de Jack l’éventreur et réinvente l’Angleterre victorienne.

Oui Anno Dracula fourmille de références et s’inspire de toute une mythologie, s’imprègne de tous les supports pour devenir un roman fantastique ET policier, à l’intrigue pleine de rebondissements et aux ramifications sans fin. Un personnage en particulier, le « principal » si l’on peut dire, m’a beaucoup plu. Il s’agit de Charles Beauregard, Gentleman au service de la reine et d’un club « secret » qui n’est pas sans rappeler les services secrets anglais de Ian Flemming. Certainement le seul personnage plus ou moins moral du roman. Son flegme anglais tranche avec l’Angleterre Victorienne que dépeint Kim Newman, vraiment sombre et sanglante (en même temps vous allez me dire que l’histoire de Jack l’éventreur était déjà pas mal sanglante, vous n’avez qu’à imaginer le stade au-dessus !) et recouverte d’une crasse nouvelle que même le fog londonien ne peut pas masquer, et qu’a apporté l’avènement du vampirisme. Il a repris les pires travers de l’histoire de Vlad Tepes dit Vlad l’Empaleur, toutes les déviances et la cruauté qu’on lui attribuait à lui et ses hommes pour pimenter le roman. Les scènes en rapport avec les vampires issus du lignage de Dracula sont assez déplaisantes… Kim Newman imagine que son sang est impur et n'engendre que des vampires mutilés et/ou mourants.

Bref, pot pourri littéraire et concentrés de mythes fantastiques, tout ça avait vraiment de quoi me plaire, et ça m’a effectivement plu…
… mais j’ai été un poil déçue tout de même. Si j’apprécie le talent de l’auteur et sait reconnaitre un certain génie, j’ai été déçue par son écriture et sa narration. Il faudrait peut-être que je me penche sur la version originale pour vérifier la qualité de l’écriture de l’auteur, mais sa plume ne m’a pas rappelé le phrasé magnifique des auteurs gothiques du XIXème siècle. La narration alterne en de (trop) courts chapitres entre une dizaine de personnages qui se croisent tous, et se rejoignent dans un final grandiose, mais cette façon d’alterner les protagonistes m’a un peu énervé, j’aurais préféré qu’on s’en tienne à quelques personnages principaux plutôt que de se retrouver parfois dans la tête de personnages plus que secondaires qui finalement n’apportent pas grand-chose à l’œuvre (pour ceux qui l’ont lu : Penelope la gourgandine fiancée de Beauregard, ou Mary Jane Kelly et ses déboires pré-vampiriques…).

Certains me diront que je suis contradictoire, je clame haut en fort dans d’autres chroniques que j’aime les romans polyphoniques avec de nombreux personnages qui apportent chacun leur personnalité à l’œuvre… mais là j’ai trouvé ça mal mené. Et surtout, surtout, je déteste les chapitres qui ne dépassent jamais plus de cinq pages. Tant qu’à développer des personnages secondaires et donner la voix à tout le monde, autant y aller à fond dans de longs et beaux chapitres bien ficelés, plutôt que dans des mini-épisodes constamment coupés. Et pourtant on sait et on sent que Kim Newman n’est pas un amateur, et il sait développer une intrigue ! C’est juste une technique qui cherche certainement à garder un certain suspense ou quelque chose du genre, une technique de narration à laquelle je n’accroche pas.

Mais ce sont mes seuls bémols. Parce que cette intrigue que tisse Newman est vraiment originale, et il n’a pas du être facile d’y mêler tous ces personnages. Je me dis qu’il a peut-être mis en place certains de ces personnages avec dans l’idée de les développer dans la suite de la série et que je n’ai pas encore lu. Je l’espère, j’espère que ce n’était pas des épisodes justes inutiles dans la narration.
Bon, j’ai quand même beaucoup aimé la fin, qui ouvre complètement l’histoire et laisse penser que la suite va être aussi touffue et extraordinaire que ce premier opus. Je ne peux pas dire avoir été accro au livre durant ma lecture, je ne l’ai pas lu d’une traite comme j’ai pu le faire avec certains autres romans fantastiques, mais c’était vraiment une lecture agréable.

De plus, pour ceux qui veulent le lire et s’intéressent au travail de l’auteur, pour ceux qui après la lecture se posent la question de quelles sont exactement les inspirations de l’auteur et où a-t-il prit telle ou telle idée, il y a les appendices. Kim Newman à rajouté- en plus de la postface et des remerciements habituels - une fin alternative qu’il avait écrite auparavant, le script du film, un article de l’auteur ainsi qu’une nouvelle. Cool, non ?

Est-ce moi ou a-t-il un petit air de Vlad Tepes ?


Maintenant ça serait bien sympa, vu que le script est déjà écrit, de voir le film sur un écran de cinéma ! Après tout, maintenant que Twilight est fini, il nous faut autre chose à nous mettre sous la dent avec des vampires. Et si ça peut-être de meilleure qualité, pourquoi pas ! Bon, je dis ça mais on a vu ce que ça pouvait donner avec Abraham Lincoln, chasseur de vampires… alors restons tout de même sur nos gardes. Si Hollywood pouvait rester en dehors de tout ça, et Gary Oldman ainsi qu’une bonne pincée d’acteurs anglais à l’accent British et un bon réalisateur rosbeef pouvaient prendre ça en main, ça serait mieux !

Mon arrêt maladie se terminant demain, je retourne donc au turbin, plus le temps de flemmarder avec le félidé, Noël arrive les amis, pensez à Anno Dracula =) 

Un extrait du film Dracula de Coppola, classique ! C'est juste après ce passage là que Kim Newman imagine l'échec de Van Helsing et sa petite équipée à sauver Mina des griffes du Comte, changeant ainsi le cours de l'histoire :)  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Édification d'un rêve, ou la librairie fantastique.

Dessin de Tom Gauld Combien de fois dans mon entourage (le peu qui lisent mes chroniques en diagonale) m’a demandé quels étaient ces plans « top secrets » dont j'ai fait état dans plusieurs de mes billets. Ceux qui m'ont posé la question sans détour ont obtenu l'information claire et définitive que je partage avec vous ici : je veux créer ma boîte. Je vous ai déjà parlé avec nostalgie et envie de mes rêves. Depuis mon adolescence je fantasme sur cette possibilité. J’ai vécu dans le rêve brumeux et cotonneux de posséder ma propre librairie. Je l’ai imaginée, décorée, rempli et re-imaginée des centaines de fois. Parfois elle ressemblait à l’ancien local de la librairie Imagin’ères à Toulouse, une toute petite pièce au plancher craquant et aux étagères ployant sous des rayonnages de livres de SF, la musique de Loreena McKennit se mêlant aux effluves de patchouli. Parfois elle ressemblait au Forbidden Planet de Londres, gigantesque, fournissant profusion de Bds

La singulière tristesse du gâteau au citron - Aimee Bender

Ça fait un bout de temps que mes doigts n’ont pas effleuré le clavier. Je me laisse aller les amis. Pourtant j‘en ai des choses à raconter, mais bon, que voulez-vous, je passe trop de temps dans mes pensées et dans mes livres, ou bien à gratter le bedon du félidé. Tenez récemment j’ai lu un livre au titre plus qu’improbable, La singulière tristesse du gâteau au citron aux éditions de l'Olivier. Non, ce n’est pas Katherine Pancol, mais je vous accorde qu’elle aurait pu être l’auteur de ce titre fantaisiste. Nous n’oublierons jamais Les yeux jaunes des crocodiles , La valse lente des tortues , mais surtout le fameux Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (et seulement le lundi, car Katherine Pancol détient une vérité ultime et dérangeante de la vie des écureuils New-yorkais). L'auteur se nomme Aimee Bender, et ce quatrième roman génialissime est celui qui l'a fait connaître outre-Atlantique. Mais allez plus loin que le titre, et plus loin que ce

Les visages, de Jesse Kellerman

Des Visages et des Cracke Il y a seulement deux semaines, je montais ma nouvelle bibliothèque Expedit de chez Ike* toute seule ! Non, le félidé n'a toujours pas de pouces opposables et n'en branle pas une ramée pour monter nos meubles,  sur lesquels il adore se prélasser, au passage ! Crénom j’en étais fière. Il faut considérer que j’avais passé ma semaine à déménager, empaqueter, porter des cartons, monter des meubles, pousser des meubles, bref mes petits muscles étaient déjà en souffrance. J’ai donc monté cette bibliothèque seule, moi petit être frêle, (je dis Shu* u* aux mauvaises langues qui pensent déjà « pfff vas-y trop facile moi j’t’en monte 10 quand tu veux là ! » ouais ben allez-y, ça fait mal aux mains d’enfoncer des petits bitoniaux en bois à fond !) parce qu’il fallait bien que je case mes derniers cartons de livres. Ils trainaient par terre, et je déteste ça (au contraire le félidé avait élu domicile dans les cartons, la truffe enf