Accéder au contenu principal

Les fidélités successives, de Nicolas d'Estienne d'Orves


Le meilleur moyen d’oublier ce qui vous tracasse, c’est encore de lire, ou d’écrire. J’ai tendance à l’oublier, et j’ai été tellement prise par les aléas de ma petite vie que j’ai laissé passer un temps infini entre ma dernière chronique et celle-ci, je m’en excuse. C’est que mon félin et moi, on se cherche un nouveau toit, encore. En ce moment je change de boulot une à deux fois par an, et c’est pareil pour mes appart’, je peux vous dire que mes livres ont à peine le temps de prendre une bonne poussière résiduelle qu’ils sont remis en carton et baladés d’appartements en appartements…

Bref. Je n’ai pas pour autant arrêté de lire ces derniers jours, en cette période de rentrée qui tire vers Noël (oui sachez qu’en librairie on commence déjà à recevoir nos quantités de Noël, Jingle Bells…), il n’est pas possible de se laisser aller ! Entre un petit Western et un roman historique j’ai avalé le dernier tome de Fables, et j’ai commencé le dernier titre des éditions La Volte. J’essaye de garder un certain rythme, ce qui n’est pas facile quand on a constamment l’esprit occupé par autre chose. Oui, clairement, il est plus facile et plus agréable de lire l’esprit reposé, la conscience tranquille.

Ma lecture la plus détente de ces derniers jours à été le tome 16 de Fables. Ahhhh quelle délice, quelle explosion de loufoquerie ! Ca fait du bien de mettre son nez dans un univers déjanté, délicieusement halluciné, ça vous change les idées !

Parce que le livre dont je vais vous parler aujourd’hui n’est pas tout à fait aussi folichon que Fables. Je me suis embarquée dans la lecture d’un gros pavé intitulé Les fidélités successives, de Nicolas d’Estienne d’Orves, aux éditions Albin Michel. J’avais des à priori défavorables concernant cet auteur sans aucune raison valable, excepté qu’il écrivait avant des polars édités par Pocket. Qu’on s’entende, tous les polars édités par Pocket ne sont pas mauvais, loin de là, mais les couv’ n’était pas terribles, ni les résumés, et bon… voilà quoi, vous voyez je vous avais dit que c’était basé sur du vent.

M’enfin l’histoire des Fidélités successives, qui n’est pas un polar, me faisait des clins d’œil langoureux, me balançant des Cocteau, Picasso, Jean Marais et une histoire tragique de Seconde Guerre mondiale à la figure. Et puis, sans aucune raison non plus autre que psychologique, je suis irrémédiablement attirés par les gros pavés qui dans mon esprit sont toujours gage de qualité.



Bon, ben sachez que ça n’a pas raté, j’étais plutôt contente d’avoir pris la décision de le lire, parce que Les fidélités successive est un très bon roman.
Pour vous raconter en quelques mots, Les fidélités successives relate l’histoire de Guillaume Berckeley, artiste peintre, journaliste, écrivain, jugé pour ses crimes pendant la seconde guerre mondiale, sa collaboration avec l’Allemagne nazie, envoyé au bagne et suicidé dans sa cellule en 1949.

Simon Bloch, vieil ami juif des Berckeley, celui qui a découvert le talent de Guillaume dans son adolescence et lui a ouvert les portes de Paris, revient à Malderney – l’île natale de son ami - pour lire à son frère Victor et sa belle-sœur Pauline le manuscrit que le bagnard à laissé derrière lui avant de se donner la mort.
Le reste du bouquin se présente donc sous forme de mémoires. Loin de chercher à expliquer ses faits, à se justifier, à s’excuser, Guillaume se contente de raconter les faits tels qu’il les a vécu, simplement, avec tous les questionnements qui lui restent, et qui n’auront jamais de réponse.
Les fidélités successives ouvre alors deux intrigues, celle de l’histoire du trio Victor /Pauline/Guillaume, qui a poussé Guillaume à fuir Malderney, et celle de sa vie à Paris durant l’occupation allemande.

Ce qui m’a le plus intéressé dans ce roman c’est surtout le côté historique du livre. On découvre la France et Paris avant la défaite, puis pendant, et la vie que menait toute la clique des artistes français de l’époque. Des fuites de mai 1940 à la résignation des parisiens occupés, jusqu’à la collaboration passive de certains et la résistance cachées des autres… puis enfin la libération, violente, rageuse, exterminatrice. Guillaume à tout vécu, son parcours est atypique. Malderney étant une île (imaginaire) franco-normande au même titre que Guernsey et Jernsey, il est anglais mais parle français dans un pays en capitulation avec l’Allemagne et à présent en guerre contre les anglais. Pour survivre, il se fait naturaliser, fraye avec ceux qui tirent le mieux leur épingle du jeu, se met sans vraiment le chercher dans les petits papiers de l’ambassade allemande et se retrouve aux tables de Göring et de Céline. Photographié avec les plus puissants occupants, il n’est pourtant pas un vrai collaborateur : il devient le meilleur ami d’un juif homosexuel antisémite qu’il héberge dans le vieil appartement de son ami en fuite Simon Bloch, trempe dans le marché noir pour mettre du beurre dans les épinards, puis lorsque Pauline vient le retrouver et lui demande de résister, il se lance dans le double jeu…


Allemands sous l'occupation, qui se prennent un p'tit kawa.

Un cheminement en demi-teinte, puisqu’il est à la fois collaborateur et résistant, entraîné malgré lui dans les combines les plus louches et les faits les plus héroïques. La particularité du parcours du Guillaume est surtout qu’il ne cherche qu’à vivre. Sa passion est l’art, alors il devient chroniqueur d’art dans un journal collaborateur. Son statut d’anglais le désigne comme le nouvel ennemi à abattre alors il se fait naturaliser en échange de service pour l'empire allemand… et il fait tout ça de façon candide, naïve, sans arrière-pensée, sans être mauvais. Il n’a rien contre les juifs, n’a rien contre les français, n’a rien contre les allemands, n’a rien contre les anglais, il veut juste vivre à paris, continuer de côtoyer les plus grands, manger aux tables de Jean Cocteau, Sacha Guitry, Jean Marais, et oublier les dégradations intellectuelles que les plus grands penseurs infligent à leur temps pour ne retenir que la beauté de Paris et son histoire culturelle.

L’histoire du trio amoureux que forment Guillaume, Pauline et Victor sert et dessert le livre à la fois. Pauline est la demi-sœur par alliance des deux frères. New-Yorkaise, mais aussi de Malderney, elle les rejoint à ses dix-huit ans, et se met à jouer avec les sentiments des deux frères. D’inséparables ils vont vite devenir rivaux et une haine profonde va s’installer. C’est cette rivalité qui va précipiter le départ de Guillaume pour Paris, pour oublier Victor et Pauline. Bon bien-sûr l’histoire ne s’arrête pas là, c’est un poil les feux de l’amour parfois dans tout ça… ! Mais cette romance permet de donner un fil rouge à l’histoire, car finalement ce qui relie les trois personnages est aussi ce qui va pousser Guillaume à sa perte.

Alors voilà, on est plongé dans une ambiance parisienne des plus étranges. Chaque table de restaurant, chaque banquette de cabaret regorge de collaborateurs ou d’allemands. L’aventure de Guillaume nous emmène des les festins et les soirées les plus pimpantes du Paris occupé, alors que le reste de la population souffre et ne sait pas sur quel pied danser ; des familles de juifs se font rafler et la population se barricade derrière ses volets avec ses maigres tickets de rationnement, les rues sont désertes, le couvre-feu donne des sueurs à tous les promeneurs nocturnes, et les escouades d’allemands s’imposent dans chaque établissement en territoire conquis avec une vulgarité et un mépris de plus en plus flagrants. Guillaume lui se laisse porter, nous emporte avec lui, et on lit son récit emplis d'émerveillement et de dégoût.


Arrestation de Sacha Guitry en 1944,
comme de nombreux artistes après la libération


C’est le second livre que je lis sur cette période de l’histoire. Le premier était Alibi Club, un polar historique qui se passe durant les deux mois précédents l’arrivée des allemands à Paris, puis les quelques semaines après leur intrusion. Son intrigue policière permettait de rencontrer tout un tas de personnages aussi sombres et ambigus que ceux des Fidélités successives, et des faits qui se sont passés dans l’ombre de l’histoire dont on n’avait jamais entendu parler.

Ah, il est loin le temps où l’on nous apprenait seulement la grande Résistance française, passant la collaboration et la noirceur de l'occupation sous silence. Aujourd’hui, les enfants commencent enfin à apprendre le rôle de la France dans cette guerre, qui n’a pas été faite que de résistance. Tout n’était pas blanc, tout n’était pas noir, Les fidélités successives nous fait voir l’histoire autrement, dans ce qu’elle a de plus beau et de plus pourri.

Bref, je vous laisse aller jeter un coup d’œil à ce roman en librairie, il a accompagné mes esprits pendant quelques jours après l’avoir lu, comme si j’avais regardé le soleil un peu trop longtemps et que je n’arrivais pas à me défaire de son empreinte, un gage de qualité selon moi.

Maintenant, je m’en vais lire le nouveau J.K. Rowling (Une place à prendre, Grasset, maison d'édition qui a collaboré elle aussi !), j’aurais voulu vous dire « pour un peu plus de magie et d’optimisme », mais après 200 pages de lectures, je peux juste affirmer qu’il est loin d’être léger comme les Harry Potter, simplement aussi sombre et ensorcelant : à suivre…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Transmetropolitan, de Warren Ellis

Des lézards géants et des hommes La campagne continue ! Même à deux têtes, les chats sont nos amis. Ouais je sais. Une semaine est passée depuis le dernier article, je me suis laissé aller. je tiens à dire une chose avant de continuer plus loin sur un nouvel article : ce blog est une envie de ma part de vous faire partager ce que j’aime, et de vous faire découvrir de nouveaux livres, films ou autre, en espérant que vous y trouviez votre compte. Je ne suis pas journaliste, je ne suis pas écrivain, je ne suis pas une spécialiste de tous les genres que j’explore, et parfois je me trompe et je dis des conneries. C’est là que vous intervenez, postez des commentaires pour échanger avec moi, et que nous sommes tous heureux, moi y compris, de nous coucher moins bêtes ce soir. Voilà, alors je compte sur vous hein, jouez le jeu, ça me fera plaisir  ! Je tiens premièrement aussi à m’excuser pour celui de dimanche dernier, qui comparé à mes autres articles précédents à été é

Librairie La maison des feuilles

La librairie est ouverte ! Elle est ouverte depuis un mois, mais je n'avais pas encore trouvé le temps d'en parler ici. Voici quelques photos de l'ouverture pour vous mettre en appétit. Depuis, la sélection de livres s'est étoffée et le mobilier ne cesse d'être optimisé, mais nous sommes déjà très fiers de ce qui a été accompli et des titres proposés en boutique. Les mots et petites attentions des client·e·s et du voisinage nous touchent particulièrement ; fleurs, chocolats, et ces sourires aux coins des yeux qui nous réchauffent le coeur. J'essayerai de reprendre ici quelques chroniques de temps à autre, les bonnes lectures s'empilent déjà au coin de mon lit, il me faut juste trouver les mots maintenant. Librairie La maison des feuilles 1235 rue Bélanger Montréa, Québec, H2S 1H7

L'enfant de poussière, de Patrick K. Dewdney

Note de Guix : critique rédigée en novembre dernier, à remettre dans son contexte d'écriture, soit 30cm de neige sur le trottoir et -10 degrés. Chaudement blottie sous ma couette, les pieds engoncés dans des chaussettes polaires molletonnées, une tasse de thé fumante sur ma table de nuit, je referme L’enfant de poussière avec stupeur et incompréhension. Qu’est-ce qui a pu mal tourner à la fin de ma lecture ? Nous avons choisi ce titre pour notre troisième session du Cercle de lecture imaginaire, et mes attentes étaient grandes. J’avais lu des critiques dithyrambiques sur Senscritique, Babelio, Goodreads. Les lecteurs de Patrick K. Dewdney étaient unanimes : ce roman de fantasy français était une saga incontournable, à l’écriture enlevée et à l’intrigue bien ficelée. Alors pourquoi suis-je mitigée ? Creusons ensemble. L’enfant de poussière est le premier tome d’une saga de fantasy de l’auteur d’origine anglaise – mais écrite en français – Patrick K. Dewdney publi