Accéder au contenu principal

Mécaniques du ciel, de Tom Bullough


Je ne sais pas pourquoi, mais cette année beaucoup de romans de la rentrée littéraire s’inspirent des sciences. Entre La déesse des petites victoires, Théorèmes vivants, Peste et choléra, Le jour où les chiffres ont disparu, et Mécaniques du ciel, les scientifiques sont les muses des auteurs de 2012, allez savoir pourquoi. Alors fanatiques des nombres, de la biologie et de la physique, jetez-vous dès à présent sur cette rentrée, c'est le moment ! Pour ceux que ça pourrait effrayer, figurez-vous que tout ça reste assez passionnant. On a tendance à l’oublier, mais sciences et littérature font toujours bon ménage. Particulièrement dans le fabuleux Mécaniques du ciel.



J’ai commencé ce roman de Tom Bullough sans savoir qu’il s’agissait d’une histoire vraie, et que son protagoniste était un scientifique reconnu à qui l’on doit beaucoup. Je ne m’en suis rendue compte qu’à la fin, lorsque j’ai compris qui était ce petit garçon du nom de Kostya, fasciné par les chiffres et les étoiles, que l’on suit de son enfance jusqu’à l’âge adulte.

Mais je vais vous conter l’histoire de Mécaniques du ciel comme il se doit, sans rien vous dévoiler en premier lieu, de la même manière que j’ai entrepris ma lecture lorsque j’ai pioché dans la pile gargantuesque des nouveaux romans de la rentrée.

1867, le petit Kostya à dix ans, est l’un des derniers rejetons d’une grande famille de la petite noblesse russe. Suite à une scarlatine douloureuse, il perd une grande partie de l’ouïe. Sujet aux moqueries de ses amis, au sein de  sa famille qui se détourne de lui, il se réfugie dans ses passions, les mathématiques et les sciences. Mais son problème d’ouïe lui pose de nombreux soucis ; rejetés par toutes les écoles, il prend ses clics et ses clacs et part à l’âge de quinze ans arpenter les rues de Moscou, où il vit dans une pauvreté crasse et fait l’apprentissage du monde dans les rayonnages fournis de la bibliothèque de l’université. Bibliothèque dans laquelle il fera le rencontre du philosophe Nikolai Fiodorov, la personne qui lui mettra entre les mains De la Terre à la Lune, le roman de Jules Verne qui déterminera le reste de son existence.



Mécaniques du ciel est en fait l’histoire de Konstantin Tsiolkovsky, considéré comme le père fondateur de la recherche spatiale russe. Loin de conter comment Tsiolkovsky à mené à bien ses recherches pour l’avancée de l’astronautique, Tom Bullough raconte son enfance difficile et solitaire, son repli sur lui-même après sa maladie, où il s’est jeté à corps perdu dans sa passion, les sciences. L’écriture déliée et sensible de Tom Bullough nous plonge alors dans un univers mêlant fiction et histoire avec harmonie parfaite. Plus proche du conte que de la biographie, chaque chapitre nous plonge dans un élément, parfois fondateur, parfois anecdotique, de la vie du petit Kostya, mais qui va forger sa personnalité, son caractère, et faire de lui ce petit génie qui deviendra l’homme qui calcula la force centrifuge. Les paysages de la Russe profonde, de ses mœurs, de ses habitants à la fin du XIXème siècle, donnent à son récit le décor d’un conte russe d’où semble vouloir surgir à chaque coin de page le merveilleux.

Je me suis vraiment laissée entrainer par sa plume, l’écriture n’a rien de recherché, rien de particulier, le roman est juste d’une fluidité très agréable et nous transporte avec une facilité surprenante. Vers la fin, le récit s’axe de plus en plus sur l’univers scientifique de Kostya, et ce qui n’était au début qu’une lubie d’enfant devient son véritable but existentiel, ce qui n’était qu’un rêve devient sa vie entière. Là, la science et l’invention du voyage spatiale commence à prendre de l’ampleur, et l’on à peur de devoir sombrer dans des explications et des théories scientifiques obscures qui pourraient nous perdre, mais Tom Bullough ne fait rien de cela. L’auteur utilise le fait que Konstantin est devenu professeur dans la ville de Borovsk à l’âge de 25 ans pour nous présenter ses travaux à travers les leçons qu’il donne à ses élèves, et nous démontre avec une simplicité désarmante les théories du génie.

Pour une fois je ne vais pas vous faire une longue chronique très détaillée du roman, parce que la conclusion est très simple. Mécaniques du ciel est un très beau roman, tout en délicatesse et en poésie, qui raconte avec simplicité la vie d’un grand homme qui a permit de réaliser le rêve de voyager dans l’espace.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un cantique pour Leibowitz, de Walter M. Miller Jr.

Lorsque j'ai quitté ma librairie il y a maintenant presque un an, je m'étais dit que les mois suivants ce changement de vie - où je ne pouvais pas travailler du fait de mon processus d'immigration au Canada - seraient dédiés à la lecture d'oeuvres qui m'ont toujours fait de l'oeil mais que je n'avais jamais pris le temps de lire.
J'avais fait pas mal d'achats (en prévision du prix des livres au Québec qui est deux fois plus élevé) et conçu une liste d'ouvrages en format de poche que je comptais rafler dans une librairie une fois sur place. J'ai mis plus de temps que prévu, mais j'ai fini par trouver l'un de ces titres à la superbe librairie d'occasion L'Echange, sur le Plateau Mont-Royal, et il s'agissait d'Un cantique pour Leibowitz, de Walter M. Miller Jr., un classique de la science-fiction américaine écrit à la fin des années 50 et disponible en français chez Folio SF.


Un cantique pour Leibowitz commence son histoire…

Rattrapons le temps perdu - La Passe-miroir, de Christelle Dabos

Mais où était-elle tout ce temps ? 
Personne ne se le demande, parce que depuis mon arrêt brutal (mais temporaire) de ce blog, sa fréquentation a lamentablement chuté ! (Logique, me direz-vous).
Pourquoi ?, surtout ! Telle est la question que personne ne pose et à laquelle je vais répondre.
Je pourrais prétendre que je n'ai pas eu le temps d'écrire (une fausse vérité, ou un vrai mensonge, au choix), que je suis débordée (bon ça c'est vrai, mon boulot me prend quand même beaucoup de temps) et que j'étais trop fatiguée pour écrire en rentrant chez moi (bon, ça aussi c'est vrai, j'étais même trop fatiguée pour sortir mon chien, faire à manger, enlever mes chaussures et changer mes draps, donc bon tu vois... "mais où est cette fausse vérité", me crie-t-on !).
La vérité vraie c'est que j'ai oublié.
Oublié combien j'aimais écrire, vous parler de mes lectures, partager mes pensées. J'ai oublié combien j'aimais lire aussi. Vraiment lire, me pose…

Le cercle de Farthing, de Jo Walton

Avant de vous parler de ma dernière lecture en date tout à fait passionnante (titre ci-dessus), juste un petit mot pour rendre hommage à un grand auteur de fantasy, Terry Pratchett.
Il est décédé hier. Tout le monde s'attendait à une fin prématurée, mais lorsque la nouvelle tombe c'est toujours assez rude.  Il est étonnant de voir le nombre d'articles qui ont fleuri lors de l'annonce de son décès sur des sites d'information qui n'ont jamais écrit son nom dans aucun autre article, jamais voulu rendre hommage à ce génie de la littérature fantastique de son vivant. La Mort fait toujours cet effet là...  J'espère juste que son départ, qui a fait grand bruit, fera découvrir son oeuvre à plein de nouveaux lecteurs de tous âges et tous horizons.
Je ne suis pas la mieux placée pour en parler, je n'en ai lu que peu. J'aimais beaucoup son imagination, l'humour de ses personnages et l'originalité de son univers, mais je n'ai jamais eu le temps de dévor…