Accéder au contenu principal

Terreur, de Dan Simmons

Séance de rattrapage, messieurs dames.

Il est des livres que l’on recommande chaudement à ses amis, quelques soient leurs goûts. Ce sont simplement des ouvrages d’une telle qualité – à mes yeux – qu’ils méritent d’être lu, ou du moins notifiés, martelés, à nos amis lecteurs, parce qu’ils se doivent, sinon de les lire, au moins de savoir que ces livres existent, et qu’ils n’attendent que leurs nerfs optiques.

C’est pourquoi, je fais une séance de rattrapage. Je passe en revue ma bibliothèque personnelle (toujours ma magnifique Expedit, laquelle a souffert de quelques déménagements mais est fidèle au poste, prenant poussières et poils de chat solennellement) pleine à craquer de livres non chroniqués, et m’arrêtant sur ceux qu’il est outrageant d’avoir oublié. Bon, y en a un paquet, mais parfois je n’ai pas le courage de vous décortiquer certains livres. L’inspiration, vous savez, ce genre de choses. Il y en a que j’ai adoré, mais quand j’essaye de me remémorer ce que j’ai aimé dans leur lecture, je ressens comme un courant d’air entre mes deux oreilles et j’entends siffler le train (3 fois ?)… alors je préfère passer à autre chose. Et je remarque que le nombre de livres des genres littératures classique et contemporaine prend le pas sur mon genre favoris, la littérature de l’imaginaire, ce qui me chagrine, et perturbe l’esthétique de mes étagère aussi… le code couleur tout ça tout ça… hm bref.

Mais cela va changer ! Dès que tous mes (satanés) représentants reviennent de vacances (hmpf, franchement, y a des gens qui travaillent en août, non mais.) je me mets au harcèlement pour recevoir le plus de services de presse et pouvoir ingérer ma littérature de prédilection à outrance, de quoi remplir le ventre vide de ma bonne vieille Expedit, satisfaire mon appétit et redonner du lustre au nom de ce site, nom d’un bitoniau Ikéa.

Mais je m’égare.

Le livre que je vais présenter aujourd’hui rentre donc dans cette catégorie (pour récapituler : celle des masterpieces oubliés de ma bibliothèque) et je suis d’autant plus confuse qu’il s’agit du livre d’un grand auteur particulièrement admiré pour son œuvre. Il écrit des polars, de la science-fiction, du fantastique, de l’historique, il navigue entre les eaux mythologiques et les courants dickensiens, il s’agit en fait de Dan Simmons.

Je l’ai découvert avec L’échiquier du mal, chef-d’œuvre du genre fantastique, mais je l’ai encore plus apprécié avec Terreur.
Terreur n’est pas la première œuvre géniale de Dan Simmons : le personnage est connu pour avoir signé la série Hyperion, Ilium, Drood, ou encore, comme cité précédemment  L’échiquier du mal, toutes des œuvres que vous trouverez dans vos (bonnes, uhuh, soyons prétentieux) librairies, des piliers fondateurs dans leurs genres respectifs.


Terreur est un peu différent, Terreur s’inspire d’un fait historique réel, mélange mythologie inuit et roman d’aventure maritime, parfumé d’une horreur tenace, et d’un suspens terrifiant. Car Terreur relate l’histoire de l’expédition Franklin, une flotte de deux bombardes – le HMS Erebus et le HMS Terror, partie en 1845 pour trouver le passage de Nord-Ouest, passage polaire qui relie l’océan Atlantique à l’océan Pacifique. Malheureusement, ce passage n’est praticable qu’en été et la plupart du temps prit par les glaces en hiver. Bien-sûr, lorsque le commandant Franklin – commandant anglais de grande renommée - est parti avec ses deux navires, accompagné d’un équipage de 128 hommes, il ne s’attendait pas à rester coincé dans les glaces.

Pour les curieux, cette expédition a donc réellement existé, et sa fin est plutôt tragique. Personne n’a jamais retrouvé les deux navires de l’expédition, seuls quelques objets ont été trouvés à plusieurs kilomètres de la disparition présumée des vaisseaux. Franklin avait négligé l’organisation de son expédition, et surtout de laisser des notifications de voyage derrière lui, chose qu’il était censé faire pour qu’en cas de besoin on puisse remonter à lui. Jusqu’à présent les chercheurs ne font que supposer les conditions de l’expédition, le temps qu’a duré l’agonie des survivants, et la chronologie des faits selon les détails trouvés pendant les recherches. A partir de là Dan Simmons imagine ce qui aurait pu se passer. Et c’est plutôt… terrifiant ! (eh ouais ! le titre est bien trouvé)

Deux navires pétrifiés dans les glaces, 128 hommes attendant un dégel (qui n’arrivera certainement jamais avant leur mort) dans un froid variant entre 0 et -40°c, en proie au scorbut, à la faim, à la folie… et à une chose plus inquiétante encore. Dans son roman, quelque chose de surnaturel, une entité, que tous les marins décrivent comme une monstrueuse montagne blanche, s’en prend à l’équipage des deux vaisseaux, ne laissant derrière elle que des cadavres amputés et mutilés. L’expédition Franklin essaye de rationaliser : un ours blanc certainement. Certes, il est très gros. Et très grand. Et ne ressemble pas à un ours. Quoi d’autre sinon ? Ou bien l’équipage aurait-il dérangé quelque dieu païen ? Est-ce un démon ? Et pourquoi cette créature s’en prend-t-elle à eux ?

Le roman est épais, 720 pages (en livre de poche chez Pocket, un petit pavé quoi) pour raconter ce sursis avant la mort. Simmons s’est extrêmement bien documenté pour l’écrire, voulant rester fidèle à la réalité (supposée) des faits, malgré l’intervention de son imagination : la créature blanche, ce monstre qui illustre son art parfaitement maîtrisé du genre horrifique. Il prend pour personnage principal Francis Crozier, le capitaine du HMS Terror, grand explorateur de la Navy britannique, malheureusement peu reconnu par ses pairs malgré ses nombreuses expéditions, personnage le plus attachant, peut-être pour sa conception plus morale du monde, et son désir d’aider son équipage à sortir du tombeau dans lequel il les a mené avec Franklin. Dans sa biographie officielle, il est déclaré comme décédé « vers 1848 »… Dan Simmons relate trois années de survie. Une survie difficile, parsemée de tentatives pour trouver du secours, toutes ratées. Une survie mise en difficulté par la maladie qui ronge, par la violence de la folie des hommes, que la terreur, et surtout la famine, peuvent rendre plus dangereux encore que le mal qui rôde autour des bateaux.


Après de nombreuses recherches d’experts, la cause la plus probable de la mort des trois quarts de l’équipage reste la maladie, l’empoisonnement, la faim et le froid. C’était le début de l’utilisation des boîtes de conserves, qui étaient faites en plomb et parfois mal soudées, qui a contaminé une bonne partie de la nourriture. Les pneumonies, le scorbut (une carence en vitamine C qui tue lentement et de manière sale et sanglante…), feront les premières victimes. Le temps fera le reste. Sur quelques os trouvés près du lieu des naufrages, les chercheurs ont aussi trouvé des traces de dents… de quoi alimenter l’horreur du récit.

Le roman de Dan Simmons est tout simplement fascinant. Je crois que son caractère véridique et historique a finit de m'envoûter, et l’horreur de la situation qu’a vécu l’équipage des deux navires est finalement adoucie par le côté fantastique du récit de Simmons. Il est plus facile de rester stoïque face aux attaques d’une monstruosité polaire sans nom plutôt que d’imaginer ce qu’ont enduré ces marins affaiblis par le saturnisme, se mourant atrocement du scorbut, les os gelés par le froid, l’estomac tenaillé par la faim, s’entre-déchirant pour assurer leur survie.

J’ai refermé Terreur le ventre noué, l’esprit engourdi, encore piquée par les morsures du froid polaire, les yeux éblouis par le blanc immaculé des banquises, entendant encore les échos de la glace qui craque. Simmons a le don de vous plonger dans son récit, de vous placer à côté de ses acteurs, de vous faire ressentir la douleur de leur supplice. Mais je l’ai surtout refermé en me disant que je venais de lire un livre captivant, j’étais obsédée par cette expédition, j’avais envie de  découvrir si l’on connaissait aujourd’hui le fin mot de cette histoire tragique. Je me suis donc précipitée sur la documentation, pour me rendre compte qu’aujourd’hui encore le mystère persiste, des expéditions de recherche canadiennes tentent toujours de situer les épaves. Des sépultures, des traces de passages ont été trouvé à plusieurs endroits, ce qui a permis de présumer de l’endroit où se sont retrouvés bloqués les navires. Mais malgré la technologie de recherche avancée de notre siècle, les deux épaves n’ont jamais été retrouvées.

De quoi laisser rêveur.


Pour les curieux, l'article de Wikipedia est plutôt complet et bien fait :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

La belle sauvage, de Philip Pullman

Celui-là, je l'attendais de pied ferme.

Depuis mon arrivée à Montréal, mon budget livre a drastiquement baissé. Eh oui, ici les ouvrages coûtent deux fois plus cher qu'en France : pas de prix unique, prix de l'import, différente monnaie. J'ai donc dû revoir mes priorités, je me focalise sur ce qui me fait vraiment envie, et je carbure aussi avec toutes mes piles non-lues de cette période bénie de libraire acheteuse compulsive !
Pour novembre, j'avais deux livres en tête à acheter : Les griffes et les crocs de Jo Walton chez Denoël, etLa Belle Sauvage, de Philip Pullman chez Gallimard Jeunesse. J'ai profité du Salon du livre de Montréal pour les cueillir sur le stand Gallimard.  Il était là, forcément en piles immenses et bien mises en avant pour les lecteurs, car je n'étais pas la seule à l'attendre avec impatience.


La Belle Sauvage est un roman de Philip Pullman rattaché à l'univers d'A la croisée des mondes (La boussole d'or pour ceux qui ne con…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…