Accéder au contenu principal

Tante Mame, de Patrick Dennis

Une famille pas comme les autres... 

Il est de ces livres qui vous arrachent un fou rire totalement incontrôlé très peu seyant dans un lieu public. Vous essuyez deux trois coups d’œil intrigués, et votre voisin de strapontin zyeute avec une discrétion plus que douteuse sur  votre page, avant de lorgner sur la couverture du livre, la tête à demi penchée et les yeux qui louchent.
Ca m’est arrivé ce matin, alors que je terminais mon Tante Mame, lors d’un passage particulièrement rocambolesque.




Parce que Tante Mame a ce pouvoir, ce pouvoir que peu de livres possèdent : celui de m’arracher un rire, à moi. Car je n’ai point le rire facile, figurez-vous, et je le déplore. J’aime ces gens qui déploient joyeusement leurs cordes vocales dès qu’un événement les fait sourire. C’est contagieux, ça met tout le monde de bonne humeur et ça décrasse les poumons. Bref, moi qui suis toute en retenue et en petits rires de souris, il est rare que je lâche un rire en public, et c’est là la force de Tante Mame : elle est hilarante !

C’est donc une honte que ce roman, phare dans la culture populaire américaine depuis les années 50 (des comédies musicales à la pelle, un film, et des rééditions à gogo !), ne sorte qu’aujourd’hui en France. Il a en fait été écrit par Patrick Dennis, de son vrai nom Edward Everett Tanner, en 1955. 
Le personnage de Patrick Dennis est en fait le narrateur du roman, en train de lire un article de journal qui fait l’éloge d’une femme célibataire ayant recueilli un bébé abandonné au pied de sa porte et l’ayant élevé comme le sien de façon exemplaire. 
Cet article fait remonter les souvenirs de Patrick, qui nous raconte la vie tout aussi palpitante avec sa Tante Mame, laquelle le prit sous sa tutelle après le décès de son père quand il avait 7 ans. Tante Mame est un personnage que l’on n’oublie pas : un visage de déesse, un corps de liane, et surtout une grande gueule. Mondaine, cultivée, touche-à-tout avec des idées avant-gardistes, Tante Mame est riche et profite de son pactole pour organiser de mémorables soirées avec la crème de la crème New-Yorkaise. Tante Mame, c’est aussi un caractère bien trempé, et l’art de la démesure ! 
Patrick Dennis raconte donc les histoires de Tante Mame de son enfance jusqu’à sa vie d’adulte, toujours incroyables, extravagantes et délicieusement irrévérencieuses, comme lorsqu’elle décida de le placer l’espace d’un temps dans une école « absolument mixte » et « révolutionnaire » où les cours sont donnés nu sous des rayons ultraviolets, ce qui aurait pour effet de « réduire les tensions psycho-sexuelles » des enfants.

«On y utilisait également nombre de mots nouveaux pour moi, et à la fin de l'été, mon vocabulaire s'était notablement enrichi. Je possède toujours certaines de ces listes de vocables étranges, glanés au cours des soirées avec Tante Mame. L'une d'elles, en date du 14 juillet 1929, comporte des termes aussi variés que : prise de la Bastille, lesbienne, Hotsy-Tosty Club, guerre des gangs, daiquiri- que j'avais mal orthographié- relativité, amour libre, complexe d'Oedipe- encore une faute-, mobile, rétamé - et à partir de là mon orthographe s'affole complètement-, narcissique, Biarritz, psychonévrotique, Schoenberg, nymphomane. »

La force de Tante Mame, c’est aussi de s’inscrire sur une histoire américaine de plus de vingt ans. Au fil de la croissance de Patrick, on suit aussi la vie à New-York lors de la prohibition, le crash boursiers de 1929 et ses retombées, les années folles et les répercussions de la seconde guerre mondiale sur la vie de chacun. Pendant ce temps, Tante Mame peine à prendre une ride («Elle annonça qu'elle jouait franchement la carte de la Quarantaine épanouie, alors qu'elle avait, non moins franchement, cinquante ans, et s'étendit longuement sur la généreuse saison des moissons, dans la vie d'une femme. »), et reste fraîche et tout aussi pétulante, parfois au grand dam de Patrick, qui adore sa tante, mais rêverait parfois d’une vie plus traditionnelle.

Et aujourd’hui, même le texte n’a pas pris une ride. L’écriture de Dennis, son humour tour à tour en subtilité ou en phrases chocs est tout simplement désopilante.
Je crois que tout est dit, pour mieux comprendre Tante Mame, il faut la lire, ou bien, si un jour ça passe en France, sur les planches de théâtre : ça doit être un vrai bonheur.


Alors, si vous voulez l'acheter, venez chez moi, ou bien cliquez ici.

Commentaires

  1. Encore une fois, ma chère Guilaine, tu es de conseils excellents ! Ce bouquin est une pépite et je l'adore. J'ai beaucoup ris et c'est pas évident. Et je veux la même tante !

    Céline.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…

Document 1, de François Blais

J'ai quitté la France pour vivre au Québec il y a maintenant plusieurs mois. On ne peut pas dire que j'y suis allée sans connaître, je vis avec un québécois depuis près de sept ans ! J'y suis allée en vacances deux fois, j'ai même visité des endroits que certains de mes amis québécois n'ont jamais vu, comme des coins reculés de la Côte Nord ou le Rocher Percé en Gaspésie. J'ai écumé Montréal au peigne fin, en baskets et en short par 30 degrés sans eau, ratissant ses pâtés de maisons rectangulaires avec enthousiasme. J'ai regardé les films, populaires ou moins populaires, découvert les humoristes des années 80 à ceux d'aujourd'hui, écouté quelques artistes en vogue et les chansonniers célèbres, lu quelques romanciers qui se sont exportés, et tout ça alors que j'étais encore de l'autre côté du monde, au pays des franchouillards pain-saucisson-vin.
Aussi quand je suis arrivée ici, j'étais pratiquement bilingue. Ouais ouais, bilingue parisien-q…