Accéder au contenu principal

Spin, de Robert Charles Wilson

Game of Spin... ou presque.


Bianca, jeune libraire qui découvre les métiers du livre.

Ces temps-ci je délaisse pas mal ma littérature de l’imaginaire natale pour me diriger vers des sphères un peu moins connues (pour moi, j’entends). Je le fais avec plaisir, mais j’ai tendance à être nostalgique de ce qu’était ma passion auparavant. Je me souviens avec joie (et honte) de tous mes essais artistiques en tant qu’écrivain, les quelques cinquante pages ébauchées sur mon ordinateur à l’aube de mes seize ans, qui finissaient inexorablement dans la « corbeille », et que je ne faisais lire à personne. Je piquais mes idées dans tout ce que je lisais (et je suis parfois d’accord avec Eddings/Master qui disait dans son Codex Riva qu’il valait mieux éviter de lire pour ne pas être influencé et « plagier » nos lectures), ma syntaxe était mauvaise (autant que mon orthographe), mon intrigue bancale, mes personnages caricaturaux et je ne trouvais jamais de fin.

Bref, ces envies me reviennent quand je me remets à lire de la Fantasy, où quand je regarde, les yeux écarquillés de plaisir, le cœur qui bat la chamade, des séries comme Game of Thrones (shit, faut vraiment que je lise Martin. Oui, oui, je sais, c’est une lacune, je suis impardonnable, je suis une sous-déjection, etc…etc. Oui, ben j’ai lu plein d’autres choses en attendant, donc bon, ne me lynchez pas !)
Et puis ce soir, 10ème épisode de la 1ère saison, et je me remets à faire des rêves de châteaux dressés vers le ciel, de dragons, de rois et de reines, de méchants manipulateurs et d’assassins cachés derrière les murs.



En commençant cet article je ne pensais pas parler de ça, puisque je m’étais dit « je vais parler de Spin ». Et là, clairement, il n’y a aucun lien entre Le trône de fer (titre français de Game of Thrones, qui à la base s’appelle A song of Ice and Fire) et Spin. A part que les deux auteurs ont des noms à rallonge à la mord-moi-le-noeud, ils ne sont pas franchement dans la même veine. Dark Fantasy d’un côté, Science-fiction de l’autre, à part qu’ils sont classés sur les mêmes étagères en librairie, aucun lien (Karamazov, fils unique). Donc, passons de suite de Georges R. R. Martin (et non pas Ronald Ruel, même si on y a tous pensé ! mais Raymond Richard, beaucoup moins la classe quand même.) à Robert Charles Wilson.

Spin, donc...
Un roman de Science-Fiction. Je l’ai lu l’été dernier, par une chaleur assommante, dans un train qui partait de Bucarest pour m’amener jusqu’à Sibiu en Roumanie (9h de train pour 250km… cherchez l’erreur). Bref, c’est cette chanson de Florence and The Machine, Cosmic Love, qui m’y a fait penser…. « the stars, the moon, they’ve all been blown out, you left me in the dark ». Et là, j’ai pensé à Spin. Et je me suis dit que j’avais envie d’écrire dessus.

Qu’est-ce, Spin ? Elle parle de Game of Thrones, puis de Georges Ronald Ruel Raymond Richard Robert Charles Wilson Martin, et puis de Florence (qui ?) et la machine (laquelle ?) et de Spin ? City ? Merde elle passe vraiment du coq à l’âne !

Bon, tirons un trait propre et net et parlons de ce chef d’œuvre qu’est Spin. C’est pour ça que je suis là.



Spin est un roman de Science-Fiction paru en 2007 en France chez Denoël (collection Lunes d’encre) et écrit par Robert Charles Wilson, grand maître de la Science-fiction actuelle. S’il est bien un roman de Science-fiction qui peut réconcilier les non-amateurs de SF avec le genre, c’est celui-là. Exorcisez de vos esprits l’image des pains aux raisins de Leïa et la tignasse moumouthesque de Chubaka et Harrisson, la Sf ce n’est pas ça. Pour tout vous dire, Star Wars, c’est même plutôt de la Fantasy. Bon, disons peut-être de la Science-Fantasy, puisque Georges (et non pas R. R. Martin, mais Lucas) à utilisé des ingrédients des deux univers littéraires. Les jedis qui ressemblent fortement à des chevaliers, des princesses, des monstres, des gentils et des méchants, une histoire bien manichéenne, bref, certains s’étendront pour dire qu’il s’agit de Fantasy. D’autres diront « oui mais y a des vaisseaux spatiaux, la technologie est plus avancée, des sabre laser, etc…etc. Donc, de la science-fiction. » Bon alors je tranche en Science-Fantasy (et dans ce genre là, je préfère Anne McCaffrey !)

Mais passons, avec Spin, pas de sabres lasers, pas de princesses à la chevelure étinc… chatoy… élabor… moche.

Racontons donc l’histoire : Tyler, notre narrateur, à dix ans lorsqu’une nuit, avec ses deux amis Jason et sa jumelle Diane, ils voient les étoiles s’éteindre pour ne jamais reparaître. Mais le soleil lui se lève à nouveau, plus brillant que jamais. Plus tard, les scientifiques du monde entier vont déclarer qu’une barrière, le Spin, entoure la Terre et la protège du soleil, devenu une naine rouge qui dévore tout sur son passage. A l’extérieur, le temps passe cent millions de fois plus vite. D’ici quelques décennies, la terre va mourir, et l’espèce humaine avec. Obsédé par ce phénomène, Jason va tout faire pour comprendre comment et pourquoi le Spin s’est crée, et qui est derrière tout ça, entraînant dans sa quête Diane et Tyler.

Jamais je n’avais lu roman de Science-Fiction si réaliste. J’ai été transportée par la narration de Tyler qui au fil de son récit nous amène vers la destruction d’un monde tel qu’on le connait, nous racontant le début de la fin, cette nuit étoilée qui soudain devint opaque, jusqu’à la toute fin, celle de l’humanité, de notre univers. Car il n’y a pas de fin heureuse dans Spin. Et il faut lire la suite, Axis pour en savoir plus. Je ne l’ai pas encore lu d’ailleurs, mais ça me démange ! J’attends sa sortie en poche…
Bref, Spin c’est un roman de Science-Fiction hors norme, non pas entièrement basé sur le côté scientifique et extraordinaire de la Science-fiction, mais aussi sur les dérives qu’un tel phénomène que le spin peut causer à l’humanité. Il décrit avec les yeux de Tyler la fin du monde comme elle pourrait se passer si on vous annonçait que toute vie va dsparaître d’ici quarante ans, la manière dont ont été affectés psychologiquement les gens, chacun à leur manière, certains plus gravement que d'autres, mais tous sans exception ont vu leur vie bouleversée par cet improbable évènement. Un récit terrible, touchant de réalisme, un scénario catastrophe auprès duquel Roland Emmerich devrait prendre de la graine, moi j’vous l’dis ! (Le jour d’après ? de la gnognotte !)

Bien, voilà, moi Spin, ça m’a retourné, coupé le souffle, transboulé pour parler crument, et c’est l’un de ces livres que j’ai refermé pour me retourner après des heures dans mon lit à y repenser. Une nuit pleine de « et si ? », mais une bonne nuit, stimulante, j’adore ça. Chapeau bas donc, Robert, même si après avoir obtenu le prix Hugo et le grand prix de l’Imaginaire étranger je ne doutais point de vos capacités à m’émerveiller, et dans ma bibliothèque idéale vous prenez déjà une grande place.

A découvrir donc Spin, et puis tant que vous y êtes les autres romans de Robert, édités chez Denoël, des tueries aussi (on ne peut pas les comparer à Spin, mais de grands livres quand même !)

Donc je vous le conseille, pour vous transbouler un coup, comme moi.

Et puis pour vous retransbouler, et ben je vous offre la vidéo de Florence and The Machine, totalement trancifiante (non on en fait jamais trop avec les néologismes)!


Commentaires

  1. Pfffiou... Encore une fois très bon article qui donne envie :D
    Vive les 30% !!

    RépondreSupprimer
  2. Spin est probablement le lire que j'ai failli acheter le plus de fois, sans jamais m'y résoudre. Maintenant si tu me dis que c'est à lire, je vais franchir le pas en France, et passer de "failli l'acheter" à "failli ne pas l'acheter".

    Quand à Game of Thrones, j'avais pas réussi à rentrer dans le premier livre, mais la série TV est tellement énorme que je sent que je vais devoir réessayer...

    RépondreSupprimer
  3. Oh... pourquoi les méchants manipulateurs et les assassins on devrait se cacher derrière les murs? Je proteste!

    RépondreSupprimer
  4. Tu n'es pas obligé de te cacher Tutul, mais pour l'effet de surprise c'est plus intéressant ;)

    RépondreSupprimer
  5. Et dire que le prochain Wilson est annoncé comme meilleur que Spin !!!

    Bon sinon, j'ai mis la main sur ce blog ! Je le suivrais (quand j'aurai le temps...)

    J'espère que tout se passe pour le mieux pour toi !

    Tcho !
    Fabien

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Édification d'un rêve, ou la librairie fantastique.

Dessin de Tom Gauld Combien de fois dans mon entourage (le peu qui lisent mes chroniques en diagonale) m’a demandé quels étaient ces plans « top secrets » dont j'ai fait état dans plusieurs de mes billets. Ceux qui m'ont posé la question sans détour ont obtenu l'information claire et définitive que je partage avec vous ici : je veux créer ma boîte. Je vous ai déjà parlé avec nostalgie et envie de mes rêves. Depuis mon adolescence je fantasme sur cette possibilité. J’ai vécu dans le rêve brumeux et cotonneux de posséder ma propre librairie. Je l’ai imaginée, décorée, rempli et re-imaginée des centaines de fois. Parfois elle ressemblait à l’ancien local de la librairie Imagin’ères à Toulouse, une toute petite pièce au plancher craquant et aux étagères ployant sous des rayonnages de livres de SF, la musique de Loreena McKennit se mêlant aux effluves de patchouli. Parfois elle ressemblait au Forbidden Planet de Londres, gigantesque, fournissant profusion de Bds

La singulière tristesse du gâteau au citron - Aimee Bender

Ça fait un bout de temps que mes doigts n’ont pas effleuré le clavier. Je me laisse aller les amis. Pourtant j‘en ai des choses à raconter, mais bon, que voulez-vous, je passe trop de temps dans mes pensées et dans mes livres, ou bien à gratter le bedon du félidé. Tenez récemment j’ai lu un livre au titre plus qu’improbable, La singulière tristesse du gâteau au citron aux éditions de l'Olivier. Non, ce n’est pas Katherine Pancol, mais je vous accorde qu’elle aurait pu être l’auteur de ce titre fantaisiste. Nous n’oublierons jamais Les yeux jaunes des crocodiles , La valse lente des tortues , mais surtout le fameux Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (et seulement le lundi, car Katherine Pancol détient une vérité ultime et dérangeante de la vie des écureuils New-yorkais). L'auteur se nomme Aimee Bender, et ce quatrième roman génialissime est celui qui l'a fait connaître outre-Atlantique. Mais allez plus loin que le titre, et plus loin que ce

Les visages, de Jesse Kellerman

Des Visages et des Cracke Il y a seulement deux semaines, je montais ma nouvelle bibliothèque Expedit de chez Ike* toute seule ! Non, le félidé n'a toujours pas de pouces opposables et n'en branle pas une ramée pour monter nos meubles,  sur lesquels il adore se prélasser, au passage ! Crénom j’en étais fière. Il faut considérer que j’avais passé ma semaine à déménager, empaqueter, porter des cartons, monter des meubles, pousser des meubles, bref mes petits muscles étaient déjà en souffrance. J’ai donc monté cette bibliothèque seule, moi petit être frêle, (je dis Shu* u* aux mauvaises langues qui pensent déjà « pfff vas-y trop facile moi j’t’en monte 10 quand tu veux là ! » ouais ben allez-y, ça fait mal aux mains d’enfoncer des petits bitoniaux en bois à fond !) parce qu’il fallait bien que je case mes derniers cartons de livres. Ils trainaient par terre, et je déteste ça (au contraire le félidé avait élu domicile dans les cartons, la truffe enf