Accéder au contenu principal

Quelquepatte© entre Earl et Mooch©



Troisième partie du plan "Nous voulons des chats en librairie.
Ensemble nous vaincrons".

Non je ne fais pas une fixette sur les chats. Mais pas du tout voyons. Qu’est-ce qu’ils ont ces chats d’abord ? Ils sont vindicatifs, égoïstes, dédaigneux, ils ont des griffes, et en plus leur litière pue. C’est sans compter le caractère du mien, qui malgré son asthme (si si !) passe des heures la nuit à faire saute-mouton dans la baignoire, à nous filer des coups de pattes sur le crâne ou sur les orteils, et qui passe son temps à miauler d’un air autoritaire (quand il ne déchiquette pas avec fougue des rouleaux entiers de Sopalin comme s’ils étaient des agents de la fourrière). Non franchement, je ne fais pas une fixette sur les chats. C’est pour ça que les livres que je vais présenter dans cet article n’ont rien à voir avec de quelconques chats, ou des animaux.

Pas du tout, voyons !

En fait j’aimerai présenter l’œuvre de deux auteurs de bande-dessinée. Deux auteurs trop méconnus en France. L’un est américain, et est au moins considéré par ses pairs comme l’égal de Bill Watterson (Calvin et Hobbes) ou de Charles Schulz (Snoopy/Peanuts). L’autre est français, et son travail est si confidentiel que je trouve ça indécent ! Je me dois donc d’y remédier, comme la super-héroïne de la littérature que je suis.

Commençons donc par le premier. C’est vrai quoi, le premier vient au début, en général...
Je veux donc parler d’un auteur qui s’appelle Patrick Mcdonnell, et qui a donné le jour il y a plusieurs années dans le berceau des comics qu’est l’Amérique aux personnages d’Earl et Mooch. Mais qui sont Earl et Mooch ? Eh bien Earl et Mooch sont les héros d’une série de BD intitulée aux USA Mutts, et traduite en France par les Humanoïdes associés, qui ont simplement gardé le titre de Earl & Mooch.
Earl est un Jack Russel Terrier qui vit avec son maître adoré, Ozzie. Mooch est le chat noir d’en face, chéri par la voisine Millie, et son mari Franck. Une amitié entre un chat et un chien est pourtant impossible, en général ils se volent respectivement leurs croquettes et jouent à se foutre sur la gueule toute la journée, et pourtant Earl et Mooch son inséparables, les meilleurs amis du monde, jamais l’un sans l’autre, dans l’infini et l’au-delà ! (hm.)

J’adore. Je suis fan. Je suis ultra-méga-supra-fan, si bien que j’en perds mon latin (que je n'ai jamais appris) ! Et qu’il est triste (mais triiiiiiiiiiiste) de voir les Humanoïdes associés sous-estimer le bijou qu'ils détiennent. Sérieusement, la série d’Earl et Mooch est parue en France en 1998 jusqu’au quatrième tome. Il a fallu attendre dix ans pour les Humano sortent le cinquième tome, alors que la moitié des précédents n’est plus commercialisée (ils sont « épuisés » dans le jargon libraire). De quoi s’arracher les cheveux ! Parce que vraiment Earl & Mooch c’est juste extraordinaire comme série, plein d’humour, de finesse, de poésie, juste parfait. Et les illustrations du maître sont à se rouler par terre (comme Mooch, mais Ouich). Alors, si vous avez l’occasion de mettre la main sur une BD d’Earl et Mooch (quelques librairies ont encore les tomes toujours disponibles en stock) n’hésitez pas un instant, ce sont des petits bijoux de comics.



J’avais découvert Earl et Mooch durant mon stage en librairie spécialisée Bande-dessinée à Album Toulouse, il y a maintenant trois ans, et je m’en veux encore de ne pas les avoir acheté là-bas. J’étais tombée amoureux du trait de Patrick McDonnell, et du duo gagnant que font Earl & Mooch. Aussi j’ai été heureuse de voir leurs petites bouilles sur ma table jeunesse la semaine dernière.

Pour retranscrire les faits (un peu comme les reconstitutions de Faites entrer l’accusé ! ça en jette hein ?), je me baladais sur l’av… non, enfin, je me précipitais dans les rayonnages, comme d’habitude poussée par l’urgence de faire mon boulot efficacement et rapidement, parce que, ben, il y en a tellement au V***** des C***** qu’on est sans cesse à crourir (un mix entre croupir et courir) partout pour le finir à temps… (J’ai perdu deux kilos en deux mois, mieux que le régime Dukan j’vous dis !) je disais donc, je me précipitais d’un pas alerte et souple (bien que les sourcils froncés et les yeux plissés en raison de ma myopie) lorsque je suis passée à côté de la table des albums jeunesse. Et là, un déclic s’est fait dans ma tête. J’ai regardé d’abord une première fois la table en me disant « tiens, c’est nouveau ça », avant de la retourner une dernière fois et de freiner instantanément 
« Tiens, mais c’est Earl sur la couverture ! Eaaaaaarl !! » Et là, j’ai attrapé l’album avec empressement et une joie fantastique et indicible à envahit mon être.
Fin de la reconstitution.

Donc, c’était bien Earl, et c’était bien Patrick Mcdonnell. Je feuillette, avide d’en savoir plus, et tombe sur un album jeunesse tout aussi drôle, mignon et spirituel que la BD Earl et Mooch, et bien sûr je suis conquise. Non vraiment, si vous avez l’occasion de les voir (ils sont sur les tables de vos librairies actuellement), il y en a deux et ils s’intitulent Heureux et Le temps des câlins (celui-ci a d’ailleurs comme héros le petit Fétide, un chaton rayé que Earl et Mooch recueillent après qu’il se soit perdu dans la rue. Et qui est un petit peu bête comme ses coussinets) J’ai ensuite appris que les albums existaient déjà il y a plusieurs années, et qu’il y en a même d’autres, autrefois édités par la maison d’édition jeunesse Panama, qui a mit la clé sous la porte, et dont le fonds à été racheté par la maison d’édition (Les grandes personnes) –avec des parenthèses, oui – pour notre joie à tous. J’attends maintenant que les autres titres paraissent, et malgré le fait que je n’ai pas un sou en poche, je compte bien m’acheter la collection entière.

Féééétiiiiiide ^^


Mais n’oublions pas le deuxième auteur dont je dois vous parler. Il s’agit aussi d’une illustratrice de bande-dessinée, qui se fait appeler Aliceu dans le monde du livre, et son chef-d’œuvre à mes yeux s’appelle Quelquepatte, publié aux éditions de L’œuf en 1999, puis réédité dans un nouveau et magnifique tirage en 2005. Quelquepatte conte l’histoire muette d’une petite taupe, qui se promène au fil des pages et des cases pour rencontrer ses amis, hérissons, lapins et autres petites bêtes des bois. Tout en noir et blanc, sans une seule bulle, sans une seule interjection, Aliceu arrive à faire vivre cette petite troupe de personnages dans un style plein de poésie et de beauté. Elle joue avec les composants de la bande-dessinée, fait sortir les personnages du cadre des cases et des planches, donnant une autre dimension aux petites histoires de Quelquepatte, utilisant un procédé de bande-dessinée original et rare. Ce n’est bien-sûr pas la première à le faire, mais j’aime beaucoup le concept. J’imagine que seul une planche de l’album pourra vous convaincre que cet album est vraiment sublime et qu’il est vraiment important d’aller le feuilleter et de vous immerger dans cet univers. Alors en voilà une :




J’ai découvert Aliceu aussi lors de l’un de mes stages d’étude, il y a quatre ans, dans une librairie parisienne qui s’appelle Libralire. Le fonds de BD était assez pauvre, surtout composé de classiques et pour les trois quarts de Casterman, Dargaud, Dupuis, Lombard, et surtout une variété assez étonnante de petits éditeurs indépendants. Je n’ai jamais revu Quelquepatte dans un rayon BD, même pas à Album Toulouse, ni même à celui du V***** des C*****. Et je suis contente d’être tombée dessus par hasard, parce que je n’ai pas vérifié récemment si il était encore disponible, mais j’ai l’impression que la maison d’édition L’œuf n’est plus franchement d’actualité. Encore un petit délice de la vie qui est arrivée entre mes mains par hasard, et que je suis heureuse de connaître, voilà pourquoi je tiens à le partager avec vous.



Maintenant, à vous de voir, mais Patrick McDonnell et Aliceu font parti de ces magiciens de l’illustration qui vous redonnent le sourire et vous mettent des chamallows bien roses dans le cœur rien qu’avec leurs albums. Moi j’aime bien, les sourires et les chamallows.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Mutts et Patrick Mcdonnell (ce héros !) : http://www.muttscomics.com/

Pour les autres, une petite pub anglaise sur les chats qui m’a fait mourir de rire^^ (mais non, ce n’est pas une fixette je dis !) :


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un cantique pour Leibowitz, de Walter M. Miller Jr.

Lorsque j'ai quitté ma librairie il y a maintenant presque un an, je m'étais dit que les mois suivants ce changement de vie - où je ne pouvais pas travailler du fait de mon processus d'immigration au Canada - seraient dédiés à la lecture d'oeuvres qui m'ont toujours fait de l'oeil mais que je n'avais jamais pris le temps de lire.
J'avais fait pas mal d'achats (en prévision du prix des livres au Québec qui est deux fois plus élevé) et conçu une liste d'ouvrages en format de poche que je comptais rafler dans une librairie une fois sur place. J'ai mis plus de temps que prévu, mais j'ai fini par trouver l'un de ces titres à la superbe librairie d'occasion L'Echange, sur le Plateau Mont-Royal, et il s'agissait d'Un cantique pour Leibowitz, de Walter M. Miller Jr., un classique de la science-fiction américaine écrit à la fin des années 50 et disponible en français chez Folio SF.


Un cantique pour Leibowitz commence son histoire…

Rattrapons le temps perdu - La Passe-miroir, de Christelle Dabos

Mais où était-elle tout ce temps ? 
Personne ne se le demande, parce que depuis mon arrêt brutal (mais temporaire) de ce blog, sa fréquentation a lamentablement chuté ! (Logique, me direz-vous).
Pourquoi ?, surtout ! Telle est la question que personne ne pose et à laquelle je vais répondre.
Je pourrais prétendre que je n'ai pas eu le temps d'écrire (une fausse vérité, ou un vrai mensonge, au choix), que je suis débordée (bon ça c'est vrai, mon boulot me prend quand même beaucoup de temps) et que j'étais trop fatiguée pour écrire en rentrant chez moi (bon, ça aussi c'est vrai, j'étais même trop fatiguée pour sortir mon chien, faire à manger, enlever mes chaussures et changer mes draps, donc bon tu vois... "mais où est cette fausse vérité", me crie-t-on !).
La vérité vraie c'est que j'ai oublié.
Oublié combien j'aimais écrire, vous parler de mes lectures, partager mes pensées. J'ai oublié combien j'aimais lire aussi. Vraiment lire, me pose…

Le cercle de Farthing, de Jo Walton

Avant de vous parler de ma dernière lecture en date tout à fait passionnante (titre ci-dessus), juste un petit mot pour rendre hommage à un grand auteur de fantasy, Terry Pratchett.
Il est décédé hier. Tout le monde s'attendait à une fin prématurée, mais lorsque la nouvelle tombe c'est toujours assez rude.  Il est étonnant de voir le nombre d'articles qui ont fleuri lors de l'annonce de son décès sur des sites d'information qui n'ont jamais écrit son nom dans aucun autre article, jamais voulu rendre hommage à ce génie de la littérature fantastique de son vivant. La Mort fait toujours cet effet là...  J'espère juste que son départ, qui a fait grand bruit, fera découvrir son oeuvre à plein de nouveaux lecteurs de tous âges et tous horizons.
Je ne suis pas la mieux placée pour en parler, je n'en ai lu que peu. J'aimais beaucoup son imagination, l'humour de ses personnages et l'originalité de son univers, mais je n'ai jamais eu le temps de dévor…