Accéder au contenu principal

Légendes de la garde - Blacksad - Canardo

Des chats qui fument et des canards en imper...


Great Gatsby
Non je n'arrêterai pas la lutte !

Comme je vous l’ai dit dans l’un des premiers articles de ce blog, je n’ai pas toujours été férue de littérature (je vois que certains ne savaient pas, c’est donc que vous ne lisez pas tous mes post, fripouilles ! Pour votre peine ce sera deux Ave Maria et la relecture du blog du premier au dernier article six fois, et peut-être que Bouddha vous pardonnera). Donc, même si j’aimais voler des livres au CDI sous le nez de la documentaliste, je vivais ce genre de phénomène qui existe souvent pour les amateurs de musique : je relisais quinze fois le même livre jusqu’à épuisement, et je ne variais donc pas beaucoup. C’est un tic qui m’a quitté avec l’âge, mais il n’en reste pas moins que jusqu’à mon adolescence j’étais quand même très limitée dans mes lectures, malgré la bibliothèque bien fournie qui trônait dans la chambre que je partageais avec ma sœur. Il en était de même pour les bandes-dessinées. Certes nous n’en avions pas des masses, l’essentiel de notre bédéthèque étant composé de la série entière des Tintin, des Asterix, des Gaston et… puis c’est tout. Heureusement il y avait aussi la contribution de mon frère, premier découvreur des horizons du genre, c'est-à-dire la collection des Percevan.

Vous ne connaissez pas Percevan ? Eh bien c’est un tort ! Percevan c’est lui :



Toujours accompagné de son gros compagnon Kervin qui possède le cultissime Guimly,  un animal que j’ai toujours rêvé d’adopter, le problème étant qu’il n’existe pas. Bon, ça fait toujours plaisir de rêver non ? Dans tous les cas, jusqu’à la fin de mes études, je n’ai pas cherché plus en avant à élargir ma culture générale en BD. J’étais bien trop accaparée par la lecture de « vraie littérature » comme disait mon prof de librairie (ah ! quel esprit d’ouverture !), quoique quand même seulement de la « SF » (terme réducteur pour un genre littéraire qui ne mérite pas l’attention de l’élite intéllectuelle-qui-pète-plus-haut-que-son-cul-légèrement-bouché-par-un-gros-manche-à-balai). 
Jusqu’à ce que je fasse un stage qui a changé ma vie, et je pèse mes mots !

J’étais donc une jeune et frêle étudiante en DUT Métiers du livre et je voulais par-dessus tout faire mon stage dans l’antre des littératures de l’imaginaire à Toulouse, c'est-à-dire à la librairie Album Toulouse (anciennement Bédéciné, avant qu’ils ne tombent entre les mains de la chaîne). C’est là qu’œuvre Cathy, reine incontestée du monde des littératures de l’imaginaire, grande prêtresse du genre, mon modèle quoi. Bon, ce qu’il s’est passé c’est qu’au lieu de me faire bosser avec Cathy, ils m’ont demandé de rester à la caisse de la partie BD franco-belge du magasin, à mon grand désappointement. Ce qui, finalement, était une super idée. Il m’a suffit d’ouvrir une BD pour avoir envie d’engloutir toutes les bibliothèques de la librairie. J’avais déjà bien entendu parcourue des librairies BD mais là, c’était comme une révélation, je suis tombée dedans comme Obelix. J’ai dévoré  pendant deux mois, en je suis sortie de mon stage avec l’impression d’avoir trouvé une partie de moi-même manquante, une pièce complémentaire du puzzle, et je vous assure que ça fait sacrément du bien ! (Le plus fou était que l’auteur de Percevan était client à la librairie, le rêve quoi !)

Bref, depuis je ne quitte plus l’actu BD, même s’il est dur de rester à jour quand on travaille sur un rayon différent toute la journée. Bon sur ce je vais vous parler du pourquoi du comment de cet article, arrêtons de tourner en rond nom di diou !...

Il se trouve que je suis tombée sur une petite perle lors de mes dernières pérégrinations BDphilesques (précisément lorsque je suis allée à Evreux dans la superbe boutique de L’Orielle à flâner dans les rayons avec un chat noir qui se frottait contre mes mollets, c’était vraiment chouettos !) Il s’agit de Légendes de la Garde, une bande-dessinée scénarisée et dessinée par David Petersen et éditée par Gallimard. Notre premier opus se passe en Automne 1152. Dans la forêt, les souris vivent entourées de prédateurs et d’ennemis. Pour se défendre, ils ont crée la Garde, les guerriers protecteurs qui veillent jour et nuit.  Mais Kenzie, Saxon et Lieam, tous trois membres de la Garde, découvrent un sombre complot fomenté contre la Garde et le gouvernement en place dans la grande cité de Lockhaven…




Que dire, que dire… J’ai souvent entendu dire que la BD anthropomorphique (c'est-à-dire quand des animaux agissent comme des humains) était destinée aux enfants seulement, et bien ce n’est pas vrai ! Légendes de la Garde ravira les plus grands, mais oui, mais oui tout à fait ! Légendes de la Garde est un petit bonheur de lecture et d’illustrations. J’adore le trait de Petersen et le scénar, qui mêle fable et récit d’aventure, est tout simplement génial. Un second tome est sorti il y a peu, qui se passe durant l’hiver 1152, et la série n’est pas encore terminée, ce qui veut dire encore tout plein de bastons de souris avec des capes, des épées et des poils qui volent pendant quelques temps, youpi !


Pour tout dire, ça m’a donné envie de parler de la BD anthropomorphique, qui ne devrait pas être exclue de vos lectures à cause du simple fait qu’un chat fume une cigarette ou qu’un canard porte un imper, non mais franchement, c’est de l’abus d’intolérance ça ! Certains auront compris que je fais référence à deux séries majeures de la BD, et deux séries avec des chats et des canards (encore des chats, franchement, c’est pas fini ce délire ?!).
Pour la première je fais référence à Blacksad. Ze série, avec un grand Z. Blacksad est un chat, mais c’est surtout un chat détective qui a le talent pour se fourrer dans les affaires les plus sombres et sordides, histoire d’en ressortir avec quelques coussinets en moins et de jolis cocards. La série de BD se passe dans les Etats-Unis des années 50, et chaque tome est un délice visuel et un bonheur scénaristique. Mon préféré reste certainement le tome 2, Arctic Nation, ou les animaux au pelage blanc décident de prendre le pouvoir et d’éradiquer la mauvaise graine (un écho résonne en vous ?). Bien entendu ils sont tous à lire, définitivement. Et j’espère avec la ferveur des fanatiques de cette Bd que Diaz Canales et Guarnido nous fourniront un 5ème tome.


La seconde référence parle bien sûr de l’inspecteur Canardo de notre ami Sokal. Sorties il y a plus de trente ans en France (bien avant Blacksad), les enquêtes de Canardo le canard désabusé sont des histoires cyniques et noires tintées d’un humour grinçant qui ravira les amateurs de policier. Vous trouverez toutes les BD de Canardo dans les meilleures librairies de France, héhéhé, et vous verrez ça se lit avec délectation !


Tiens, toi aussi tu chiales Canardo ?!


En parlant de chat (si si rappelez-vous on en a parlé plus haut !) Il vient de paraître un livre aux éditions Tredaniel tout à fait unique en son genre. Il s’agit d’un livre sur la ronronthérapie (figurez-vous que cela existe). Sur-ce, comme j’ai bien besoin d’un peu de relaxation ces temps-ci et que vous avez certainement très envie de sentir les nœuds de votre dos se détendre un brin, je vous passe cette merveilleuse (sentez l'ironie hein) vidéo pleine de ronrons qui font brrrrrrrrrbrrrrrrrr (parce que mieux que de vous farcir le livre à X euros, l’éditeur à posté une longue vidéo sur Dailymotion, très intelligent tout ça !)
Le blog de Légendes de la Garde : http://www.mouseguard.net/
Le blog de David Petersen : http://davidpetersen.blogspot.com/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Édification d'un rêve, ou la librairie fantastique.

Dessin de Tom Gauld Combien de fois dans mon entourage (le peu qui lisent mes chroniques en diagonale) m’a demandé quels étaient ces plans « top secrets » dont j'ai fait état dans plusieurs de mes billets. Ceux qui m'ont posé la question sans détour ont obtenu l'information claire et définitive que je partage avec vous ici : je veux créer ma boîte. Je vous ai déjà parlé avec nostalgie et envie de mes rêves. Depuis mon adolescence je fantasme sur cette possibilité. J’ai vécu dans le rêve brumeux et cotonneux de posséder ma propre librairie. Je l’ai imaginée, décorée, rempli et re-imaginée des centaines de fois. Parfois elle ressemblait à l’ancien local de la librairie Imagin’ères à Toulouse, une toute petite pièce au plancher craquant et aux étagères ployant sous des rayonnages de livres de SF, la musique de Loreena McKennit se mêlant aux effluves de patchouli. Parfois elle ressemblait au Forbidden Planet de Londres, gigantesque, fournissant profusion de Bds

La singulière tristesse du gâteau au citron - Aimee Bender

Ça fait un bout de temps que mes doigts n’ont pas effleuré le clavier. Je me laisse aller les amis. Pourtant j‘en ai des choses à raconter, mais bon, que voulez-vous, je passe trop de temps dans mes pensées et dans mes livres, ou bien à gratter le bedon du félidé. Tenez récemment j’ai lu un livre au titre plus qu’improbable, La singulière tristesse du gâteau au citron aux éditions de l'Olivier. Non, ce n’est pas Katherine Pancol, mais je vous accorde qu’elle aurait pu être l’auteur de ce titre fantaisiste. Nous n’oublierons jamais Les yeux jaunes des crocodiles , La valse lente des tortues , mais surtout le fameux Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (et seulement le lundi, car Katherine Pancol détient une vérité ultime et dérangeante de la vie des écureuils New-yorkais). L'auteur se nomme Aimee Bender, et ce quatrième roman génialissime est celui qui l'a fait connaître outre-Atlantique. Mais allez plus loin que le titre, et plus loin que ce

Les visages, de Jesse Kellerman

Des Visages et des Cracke Il y a seulement deux semaines, je montais ma nouvelle bibliothèque Expedit de chez Ike* toute seule ! Non, le félidé n'a toujours pas de pouces opposables et n'en branle pas une ramée pour monter nos meubles,  sur lesquels il adore se prélasser, au passage ! Crénom j’en étais fière. Il faut considérer que j’avais passé ma semaine à déménager, empaqueter, porter des cartons, monter des meubles, pousser des meubles, bref mes petits muscles étaient déjà en souffrance. J’ai donc monté cette bibliothèque seule, moi petit être frêle, (je dis Shu* u* aux mauvaises langues qui pensent déjà « pfff vas-y trop facile moi j’t’en monte 10 quand tu veux là ! » ouais ben allez-y, ça fait mal aux mains d’enfoncer des petits bitoniaux en bois à fond !) parce qu’il fallait bien que je case mes derniers cartons de livres. Ils trainaient par terre, et je déteste ça (au contraire le félidé avait élu domicile dans les cartons, la truffe enf