Accéder au contenu principal

Euphorie

Ça fait rire les oiseaux et danser les écureuils


Seconde approche du projet : Nous voulons des chats en librairie.
Ci-dessus, le soldat Lychee, chat de propagande.


Guixxx est aux anges. Alors Guixxx écrit, parce qu’elle a envie de partager sa joie, son bonheur et sa bonhomie avec vous, bande de veinards. Il a suffit de quelques mots de l’un de mes lecteurs (dont je suis la plus grande lectrice ! J'ai nommé Stéphane Beauverger) pour me faire devenir toute chose et sentir mon petit cœur défaillir.

Bon mon état d’euphorie n’est pas entièrement dû à cet évènement (en grande partie quand même... hum), il y a d’autres facteurs déclencheurs, le premier étant que je suis en middle-week ce soir (le week-end en milieu de semaine, pour les non-initiés) et que les journées de mardi et mercredi m’appartiennent ! Pas cloîtrée au sous-sol fermé du V*****, pas de rangement, pas 150 marches à descendre et à monter douze fois par jour, pas de conseils et d’informations à donner pendant deux longues journées. C’est donc le cœur léger et détendue (bien qu'ayant le dos en compote et les pieds en bouillie) que j’écris ce message. En plus de ça, demain je vais visiter un appartement qui j’espère sera mon futur chez-moi… en plein Paris ! La perspective de quitter la lointaine banlieue pour habiter intra-muros me réjouit. Finit les RER et les Transiliens en rade, bonjour métro ou Vélib ! Plus besoin de me lever deux heures et demi avant d’aller travailler, j’y serai en un clin d’œil, et ça, voyez-vous, est aussi source de félicité. J’ai hâte de retrouver un nid douillet, où je pourrais m’installer avec ma moitié et mon p’tit félidé, et où je pourrais vous écrire de beaux et fantastiques (ah ah, sacré moi) articles dignes du prix Pulitzer en toute sérénité.

Voyez-vous, j’ai pris une dernière décision cette semaine qui a achevé de me bercer dans un état de béatitude, presque de méditation zen, une décision qui m’empêche de trop me poser de questions sur certaines choses qui ne vont pas récemment dans ma petite existence humanoïde...
Cette décision est de poser la première pierre de l’édifice que sera ma librairie. Ca y est, nous y somme. La première pierre est bien entendu la réflexion. Je sais depuis longtemps que c’est ce que je veux, mais je m’étais toujours dis que je devais attendre. Attendre d’avoir un diplôme (ça c’est fait), d’avoir deux diplômes (ça c’est fait), d’avoir de l’expérience (ça c’est fait), un peu plus d’expérience (ça… sera fait !)… et puis récemment, je me suis surtout dit : c’est le moment, j’ai un apport, j’ai la motivation, j’ai tout ce qu’il fait pour mettre en forme ce projet ! D’autant plus que ce genre de dessein prend en général plus d’une année pour aboutir, ce qui me laisse le temps de le peaufiner, tout en peaufinant mon expérience.
C’est peut-être un peu fou vous me direz, je suis jeune, j’ai le temps, pourquoi se précipiter ? Est-ce l’alignement des planètes de 2012 qui m’influence ? Non, c’est surtout la passion et le désir d’avoir enfin ce dont je rêve. Récemment, j’ai pu assister à deux projet de ce genre voir le jour. Et c’est aussi mon admiration pour ces projets qui m’a poussé à entreprendre le mien.

Le premier projet est celui d’une de mes amies proche A., de son mari G. et de leur ami et associé S. Cela fait plus d’une année que ces trois compères travaillent à monter leur librairie, qui sera spécialisée dans l’imaginaire, et j’ai eu la chance de suivre leur avancée en direct live. Si tout se passe bien, la librairie devrait emménager et ouvrir ses portes pour la rentrée prochaine (j’espère bientôt pouvoir faire la promotion de leur boutique dans un article, et vous inciter à aller les voir et faire vivre leur entreprise parce que, ben..., ils roxent du poney ces p’tits gars !).


Libraire L'Antre-monde, photo prise sur le site de Michel Borderie,
 actuellement exposé dans la galerie de la boutique.


Le second est celui d’une librairie qui s’appelle l’Antre-Monde et qui vient d’ouvrir au mois de mars. Elle est idéalement située dans Paris près du cimetière du Père Lachaise, ce qui correspond très bien à sa spécialité puisque c’est une librairie/galerie qui propose des littératures de l’imaginaire, ésotériques, érotiques et gothiques ! Le tout parsemé de produits dérivés enchanteurs. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’y mettre les pieds, je pense le faire durant mes prochains jours de congé. En tout cas, selon les photos et le choix de produits proposés, cette librairie me fait rêver ! Pour ceux qui veulent la découvrir, un petit lien Facebook >là< vous permettra d’enrichir votre culture.

En attendant, n’oubliez pas la super petit librairie parisienne Scylla, première librairie spécialisée en littératures de l’imaginaire de la capitale, qu’il vous faut absolument connaître si vous vous dites amateurs du genre. Toutes les infos sont >ici<, si vous souhaitez remédier à ça.

Bref, vous l’aurez compris, devenir chef d’entreprise accapare de plus en plus souvent mes pensées. Je rêve déjà de la peinture fraiche qui ornera la devanture de mon magasin et de ma joie à garnir les rayons de MA librairie. Pour le moment, je me réconforte en me disant qu’y penser est déjà le début de la gloire, et qu’en attendant je vais avoir la joie vendredi prochain de passer une journée au rayon BD/SF de la librairie où je suis actuellement employée. Pour ceux qui ne savent pas, j’ai la chance de travailler avec l’un des monstres sacrés des libraires de SF de France, j’ai nommé Jédi, le seul libraire Vir*** qui à son nom sur la signalétique des rayonnages (en noir sur rouge police 358 « Le choix de Jean-Damien », c’est la classe quand même), et je compte bien en prendre de la graine, mois j’vous l’dis !

Je sais que vous n’en pouvez plus de suspense, que vous avez tous envie de venir inaugurer ma librairie dès ce soir, ce qui va être un peu dur puisqu’elle n’existe pas, excepté peut-être sur ce blog, donc pour vous tenir en haleine, je vous offre l’exclu (piquée sur Elbakin… haem.) des 15 premières minutes de la nouvelle série de la chaîne HBO (qui diffuse la série True Blood) basée sur la saga Le Trône de Fer de George R. R. Martin :



...Ainsi que la Bande-annonce des Schtroumpfs, futur chef d’œuvre du septième art que vous attendez-tous (le fait que je suis en train d’engloutir un paquet gélatineux n’a pas du tout influencé cette décision)



Commentaires

  1. Un commentaire de Sir Beauverger? Si ça ne déchire pas sa race, je me demande bien ce qui pourrait le faire. J'imagine à quel point tu as du être heureuse, c'est un peu comme si Léonidas avait commenté mon dernier article...

    En pour le reste je dis Bravo. Comme dirait très délicatement notre ami Skerdi "C'est le moment de mettre les couilles sur la table !", et bien que tu sois dans l'incapacité physique de suivre ce tout nouveau dicton, ça ne t'empêche pas de poser des actes qui vont faire avancer les choses. Continue. Ose. Vois gros et prend ton courage à deux mains. C'est comme ça qu'on réalise nos plus belles aventures. Et je suis sûr que la tienne sera digne d'une histoire :)

    RépondreSupprimer
  2. Et il vous viendrait pas à l'idée chers libraires inspirés que vous êtes de concevoir votre fantastique projet de librairie en province? Hein hein hein? Y'a pas que Paris dans la vie, nom d'un lutin myope !
    Bon allez j'arrête de râler, vivement le Trône de Fer ! (tu t'es lancée dans sa lecture au fait?)

    RépondreSupprimer
  3. Bien bien bien... il était temps, j'ai déjà inscrit la date d'inauguration dans mon calendrier Inca... Bien sûr on te souhaite de réussir mais AU PLUS VITE! Que l'on puisse venir passer des heures et des heures à trainer nos savates et nos yeux émerveillés dans un monde qui t'appartient mais auquel on prendra énormément de plaisir à découvrir et redécouvrir!
    OK je ne suis pas sur Paris mais je ferai le détour, c'est sûr. Alors longue vie à la littérature et longue vie à toi :D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Un cantique pour Leibowitz, de Walter M. Miller Jr.

Lorsque j'ai quitté ma librairie il y a maintenant presque un an, je m'étais dit que les mois suivants ce changement de vie - où je ne pouvais pas travailler du fait de mon processus d'immigration au Canada - seraient dédiés à la lecture d'oeuvres qui m'ont toujours fait de l'oeil mais que je n'avais jamais pris le temps de lire.
J'avais fait pas mal d'achats (en prévision du prix des livres au Québec qui est deux fois plus élevé) et conçu une liste d'ouvrages en format de poche que je comptais rafler dans une librairie une fois sur place. J'ai mis plus de temps que prévu, mais j'ai fini par trouver l'un de ces titres à la superbe librairie d'occasion L'Echange, sur le Plateau Mont-Royal, et il s'agissait d'Un cantique pour Leibowitz, de Walter M. Miller Jr., un classique de la science-fiction américaine écrit à la fin des années 50 et disponible en français chez Folio SF.


Un cantique pour Leibowitz commence son histoire…

Rattrapons le temps perdu - La Passe-miroir, de Christelle Dabos

Mais où était-elle tout ce temps ? 
Personne ne se le demande, parce que depuis mon arrêt brutal (mais temporaire) de ce blog, sa fréquentation a lamentablement chuté ! (Logique, me direz-vous).
Pourquoi ?, surtout ! Telle est la question que personne ne pose et à laquelle je vais répondre.
Je pourrais prétendre que je n'ai pas eu le temps d'écrire (une fausse vérité, ou un vrai mensonge, au choix), que je suis débordée (bon ça c'est vrai, mon boulot me prend quand même beaucoup de temps) et que j'étais trop fatiguée pour écrire en rentrant chez moi (bon, ça aussi c'est vrai, j'étais même trop fatiguée pour sortir mon chien, faire à manger, enlever mes chaussures et changer mes draps, donc bon tu vois... "mais où est cette fausse vérité", me crie-t-on !).
La vérité vraie c'est que j'ai oublié.
Oublié combien j'aimais écrire, vous parler de mes lectures, partager mes pensées. J'ai oublié combien j'aimais lire aussi. Vraiment lire, me pose…

Le cercle de Farthing, de Jo Walton

Avant de vous parler de ma dernière lecture en date tout à fait passionnante (titre ci-dessus), juste un petit mot pour rendre hommage à un grand auteur de fantasy, Terry Pratchett.
Il est décédé hier. Tout le monde s'attendait à une fin prématurée, mais lorsque la nouvelle tombe c'est toujours assez rude.  Il est étonnant de voir le nombre d'articles qui ont fleuri lors de l'annonce de son décès sur des sites d'information qui n'ont jamais écrit son nom dans aucun autre article, jamais voulu rendre hommage à ce génie de la littérature fantastique de son vivant. La Mort fait toujours cet effet là...  J'espère juste que son départ, qui a fait grand bruit, fera découvrir son oeuvre à plein de nouveaux lecteurs de tous âges et tous horizons.
Je ne suis pas la mieux placée pour en parler, je n'en ai lu que peu. J'aimais beaucoup son imagination, l'humour de ses personnages et l'originalité de son univers, mais je n'ai jamais eu le temps de dévor…