Accéder au contenu principal

Le prix de la magie, de Kathleen Duey

Hanibal lecture






J'ai longtemps été fascinée par un seul genre littéraire, la fantasy, considérée par beaucoup comme de la para-sous-littérature-de-gare. Cela est on ne peut plus faux, et même si j'ai élargi mon champs de lecture aujourd’hui, la fantasy, le fantastique et la science-fiction restent mes genres favoris.
J'ai donc décidé de tester cette semaine le label Castelmore, le nouveau rejeton de Bragelonne (pour les non-initiés, détenteur en France de la majorité des littératures de l'imaginaire publiée), qui propose de la littérature pour ado. Eh oui, sachez que notre amie Stephenie Meyer (Stephy pour les intimes!) a lancé une mode qui met du temps à s’essouffler, la mode des vampires lycéens sexy transis d'amour ! Alors qu'autrefois il y avait Patrick Bruel et Brad Pitt, aujourd'hui il y a Justin Bieber et Robert Pattinson (Edwaaaaaaaaaaaaaard) qui font battre le cœur de nos jeunes teenagers et déclenchent des crises d'hystérie collectives.
Or, Bragelonne a bien surfé sur la vague Vampire avec sa collection Milady, mais les scènes de sexes n'étant pas adaptées pour l'innocence des fans de Justin, il fallait créer Castelmore (d’où le premier titre du label qui s’appelle Vampire Academy, quelle originalité !).
Trêve de sarcasmes, comme tout éditeur, Bragelonne (ainsi que Milady et Castelmore) publie de nombreux mauvais auteurs, mais aussi -et heureusement!- certaines perles.
C'est pour cette raison que je me suis penchée sur le cas de Kathleen Duey et sa saga Le prix de la magie...


La couverture du livre m'avait déjà tapé dans l'œil, mais la simple idée d'un roman jeunesse sur une école de magie m'avait d'entrée rebuté. Depuis Harry Potter, ce genre de scénario pullule et finit par lasser. Mais quelqu'un (et pas n'importe qui, la meilleure libraire jeunesse de l'ouest parisien s'il vous plait!) m'a fait changer d'avis sur sa lecture. Et puis, le fait que l'auteur a été finaliste du National Book Award (haute distinction littéraire pour nos amis anglo-saxons) m'a fortement intrigué. En France, il est rare de voir des romans de fantasy être nominés pour un prix littéraire aussi important (imaginer Damasio ou Jaworski en lice pour le Goncourt s’appelle de la science-fiction !).
Donc, j’ai tourné la première page du roman et… diable, c’est sacrément bon M’me Kathleen Duey !

Voici le résumé de l’histoire en quelques mots, pour vous familiariser avec l’atmosphère du roman :
Deux époques différentes, deux narrateurs. En premier la voix de Sadima, dont la mère est morte à sa naissance, négligée par une magicienne sensée l’assister dans l’accouchement. Son père et son frère, sa seule famille, exècrent les magiciens, aussi est-il difficile pour elle de leur cacher qu’elle-même possède des dons. En second lieu le récit de Haph, envoyé à l’école des magiciens par un père qui veut se débarrasser de lui.
Au premier coup d’œil donc, pas très original comme histoire. Mais il ne faut pas rester sur une première impression. Plus les récits de Sadima et Haph avancent, plus le roman devient intense. De son côté Sadima va rencontrer deux jeunes magiciens, Franklin et Somiss, dont le but est de refaire vivre la pure magie dans un monde où elle a été bannie. Haph quant à lui va découvrir la magie de façon extrême. Dans cette école, pas de réfectoire à la voûte étoilée ni de match de Quidditch. La classe comporte dix élèves et un seul d’entre eux survivra pour être magicien. Pour pouvoir manger, se laver et avoir accès à tout le confort d’un être humain, les apprentis doivent d’abord apprendre les dures leçons de leurs vieux et austères professeurs… Somiss et Franklin (et c’est l’un des mystères du roman qui tient en haleine ! Ces deux professeurs sont-il bien les deux amis de Sadima ? Qu’a-t-il bien pu leur arriver durant le temps qui sépare les deux récits ?).
La partie la plus réussie est sans conteste celle du jeune apprenti, et certainement celle qui illustre le mieux le titre du roman (ainsi que le titre anglais d’ailleurs : Skin Hunger). L’école ressemble en fait à une prison, et la manière dont les enfants sont traités pour apprendre la magie est totalement inhumaine. Plus le temps passe au sein de l’école, plus le récit de Haph se fait cru et douloureux. Les enfants sont sujets à la faim et la souffrance, et l’auteur réussit parfaitement à retranscrire ces sentiments dans sa prose. Le lecteur ressent les tourments de la privation, la faiblesse, la fatigue, le désespoir des enfants et la folie qui les gagne avec une violence rare. La fin du roman se termine sur un cliffhanger qui donne tout de suite envie de se jeter sur le second tome, et malheureusement pour moi, je ne pourrais pas la lire avant le mois prochain (imaginez ma frustration gnnnn grumphhh pffrrrttt… !).

Bon, ce que je considère comme la seule faiblesse du roman est la qualité inégale des deux récits. L’histoire de Sadima n’est pas toujours à la hauteur de l’intensité du récit de Haph. Son personnage au début très attachant s’efface peu à peu. Son don, qui est de communiquer avec les animaux, n’est pratiquement plus évoqué dans toute la seconde partie du récit et elle ne semble être là que pour dépeindre les personnages de Franklin et Somiss, ce que je trouve dommage.

Malgré ça, Le Prix de la magie reste un très bon roman, et je félicite l’auteur pour avoir su renouveler un thème si souvent remâché et en avoir fait une œuvre originale et captivante. Tiens, pour la peine je lui décerne le Guix Book Award, elle l’aurait bien mérité, et je m’en vais ronger mon frein jusqu’à ce que je puisse enfin lire le second tome !

Si vous voulez vous le procurer :
Et le blog de l’auteur pour les curieux :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…

Lockwood and Co., de Jonathan Stroud

Certaines œuvres vous font du bien.
Il m'arrive parfois de penser que ma vie est un peu morne et répétitive ; malgré mon rôle de chef d'entreprise qui n'est pas de tout repos et tous les rebondissements que cela entraîne (les nouvelles rencontres, les challenges, les imprévus qui vous tombent dessus à tout bout de champ), c'est quand même souvent "métro, boulot, dodo". Et ce qui me fait tenir quand cet état d'esprit me submerge (bon c'est en grande partie ma moitié, le félidé et le canidé, mon petit bout de famille !) c'est la lecture. Grand bien m'en fasse : je suis libraire. Car j'ai beau me laisser aller à regarder pendant des heures des séries télé - certaines débiles, certaines complexes, certaines géniales, certaines tout juste distrayantes - ce sont les romans qui me font le plus de bien quand j'ai besoin d'évasion.
Le mieux, c'est quand vous entrez dans un livre comme dans lit douillet, et qu'il est tellement bien que …