Accéder au contenu principal

Guixxx of the Undead au Virgin des Champs




Guixxx (triple X oui, comme Vin) bourre sa pipe d’un geste expert, assise dans un grand fauteuil de cuir élimé aux larges accoudoirs. Un feu de bois rayonne dans la pièce, les yeux de la Guixxx brillent dans le noir.


Aussi loin que je me souvienne… je n’aimais pas les livres. Non pas que je ne les aimais vraiment pas, c’est que je ne les aimais pas vraiment comme aujourd’hui. Non, d’abord je préférais les peluches. Faute de peluche, mon chat noir, dont la queue papillonnante m’attirait comme une flamme (s’en suivit de nombreuses blessures de guerres, les griffes d’un félin étant des armes redoutables !). Puis vint le tour des Barbies, ces vestales de plastique au corps parfaitement galbé avec une petite culotte imprimée Matell (le détail qui tue, ça ne les empêchaient pas d’avoir des histoires d’amour torrides). Certainement mon intellect fût-il sauvé par un environnement propice, et je découvrais alors, suite à de longs entretiens avec Ratus, mes premières lectures. Loués soient l’Ecole des Loisirs et Roger Hargreaves. Mais le véritable déclic se fit plus tard, lors de l’ère HP (non pas Hewlett Packard, l’autre HP). S’en suivit une boulimie de lecture, un besoin féroce de lire des livres, qui s’intensifia avec la bible de Tolkien, et qui ne ralentit jamais son rythme. 

Ce fut à cet instant que je distinguais ma vocation parmi le brouillard qu’était mon futur (alors : nulle en maths, nulle en sciences, nulle en sport… hmm, bon ben on vous met en filière L hein.) J’aimais les mots. Et plus que les mots, j’aimais les histoires. J’entends celles qui font rêver, celles qui nous transportent, celles qui font oublier l’instant présent. 
En d’autres termes, je voulais devenir libraire.
Le délire me faisait à l’époque croire que c’était simple, pas salissant, et qu’on pouvait tranquillement en vivre. C’était sans compter ce que j’apprendrais plus tard, que le métier est considéré pour beaucoup comme un simple commerce, que vous êtes un vendeur, et qu’on vous la met prof… enfin que parfois on ne vous traite pas comme il faudrait. Et surtout, que ça ne fait pas un salaire décent. Mais qu’à cela ne tienne, un jour j’aurai ma librairie ! Oh oui, un jour elle sera mienne !

Tout ce paragraphe pour dire, même si vous vous en souciez comme de votre première paire de moufles, que ce blog, calqué sur mes passions, va beaucoup (voire essentiellement) tourner autour de la littérature (mais, me dites-vous, le titre était déjà assez explicite. A ça je rétorque: Fichtre ! peu me chaut ce que vous pensez !). Eh ouais, ça en fait des mots et des tournures de phrase à la con juste pour dire ça.
Mais maintenant vous vous sentez plus proche de votre hôte, c'est-à-dire moi, et je suis sûre que vous en êtes heureux, qu’un sourire béat illumine votre figure, que vos yeux pétillent de joie et que vos zygomatiques s'étirent à en craquer (oui, tant que ça ! mais n’allons pas plus loin…).

Commentaires

  1. *sourire* à la lecture de cette phrase Ô combien culte: 'Oh oui, un jour elle sera mienne'...

    RépondreSupprimer
  2. Que dire… mis à part que ce blog est une petite merveille de sincérité, et comment… si ce n’est en l’écrivant, tout simplement!

    RépondreSupprimer
  3. Je me souviens, je ne lisais pas étant petit. Non pas que je n'aimais pas, bien que mes passions soient plus tournées vers le football et les jeux vidéos, mais parce que je m'ennuyais en lisant ces histoires débiles que les professeurs nous faisaient lire. Je n'accrochais pas, jusqu'au jour où, faute d'originalité, j'ai découvert Harry Potter. S'en est suivi de longues nuits blanches à dévorer ces livres.
    Un autre jour, quelques années plus tard (2), alors en vacances en France (je viens de la Suisse, chocolat et fondue, montre et montagne etc), j'entrai dans une petite librairie afin de me procurer le livre IRobot, parce que je n'avais pas pu voir le film au cinéma. Quelle horreur lorsque j'ai vite compris que le livre ne racontait pas l'histoire du film. C'était un auteur, Isaac Asimov, un mec russe mais américain en fait, qui écrivait de la science-fiction. J'ai été introduit à ce monde spatiale par l'entremise du plus grand, du plus génial auteur de S-F. Je dois posséder tous ces livres dans ma petite bibliothèque, tellement ce mec est un dieu pour moi (je m'emballe). "Fondation" est une oeuvre comparable à celle de Tolkien (elle a d'ailleurs gagné le prix de meilleure série de tous les temps, devant Tolkien).
    Après, je me suis tourné vers R.E Feist, et ses magnifiques Chroniques de Krondor (si vous ne connaissez pas, honte à vous). MAIS ! le plus drôle était encore en chemin, puisque j'ai fais la connaissance d'un autre auteur, anglais, Terry PRATCHETT ! (retenez ce nom). Le plus drôle, le plus hilarant, le plus délirant, le plus extraordinaire. Les Annales du Disque-Monde (que j'ai lu en entier, je crois) est l'oeuvre la plus folle. Génial.

    Et comme je ne peux pas être libraire vu qu'il y a de la concurrence, j'aimerais être écrivain ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Homme dé, de Luke Rhinehart

Il existe peu de roman en poche aux éditions de l’Olivier. Quand j’ai aperçu L’Homme dé sur l’étagère je me suis demandé ce qu’était ce format, et cette maquette que je n’avais vu encore nulle part… L’Homme dé est immédiatement rentré dans ma bibliothèque « à lire » coincée dans un coin de mon cerveau, et je l’ai laissé prendre la poussière une année. Une année avant de me dire « bon, je vais visiter New York City (!) donc faut que je me trouve des livres qui se passent dans la grande pomme ! ». Oui moi quand je vais à un endroit maintenant j’essaye d’emporter des livres du coin (je vous dirais ce que je trouve si un jour je dois aller dans la Creuse, ça sera pas facile ni joyeux.).
M’en passant par Montréal, j’ai donc emporté un roman de Michel Tremblay (The auteur québécois) La grosse femme d’à côté est enceinte, puis j’ai fourré l’Analyste de Caleb Carr dans mon sac, et enfin : L’Homme dé.





J’ai été contente parce que je l’ai lu au retour du voyage, et je pouvais reconnaître les coins…

La belle sauvage, de Philip Pullman

Celui-là, je l'attendais de pied ferme.

Depuis mon arrivée à Montréal, mon budget livre a drastiquement baissé. Eh oui, ici les ouvrages coûtent deux fois plus cher qu'en France : pas de prix unique, prix de l'import, différente monnaie. J'ai donc dû revoir mes priorités, je me focalise sur ce qui me fait vraiment envie, et je carbure aussi avec toutes mes piles non-lues de cette période bénie de libraire acheteuse compulsive !
Pour novembre, j'avais deux livres en tête à acheter : Les griffes et les crocs de Jo Walton chez Denoël, etLa Belle Sauvage, de Philip Pullman chez Gallimard Jeunesse. J'ai profité du Salon du livre de Montréal pour les cueillir sur le stand Gallimard.  Il était là, forcément en piles immenses et bien mises en avant pour les lecteurs, car je n'étais pas la seule à l'attendre avec impatience.


La Belle Sauvage est un roman de Philip Pullman rattaché à l'univers d'A la croisée des mondes (La boussole d'or pour ceux qui ne con…

Toxoplasma, de Sabrina Calvo

J'ai découvert Calvo en France, en lisant son roman fantastique Elliot du néant, paru aux éditions La Volte en 2012. Je me souviens encore de son onirisme, de son humour, de ses références à Mallarmé, Lewis Carroll et Nik Kershaw, et de son atmosphère étrange et foutraque hors du commun. Calvo, avais-je compris à l'époque, sort des sentiers battus.  Cela s'est d'ailleurs confirmé lorsque l'année passée David s'est muée en Sabrina, une peau neuve qui lui va comme un gant, et une nouvelle identité qui la définit aujourd'hui tout autant que sa carrière d'artiste et d'écrivaine.
C'est donc avec plaisir que j'ai vu sortir en fin d'année dernière son nouveau roman Toxoplasma, toujours chez La Volte, et qui prenait place dans ma nouvelle ville de coeur : Montréal. Car Sabrina Calvo habite elle aussi la métropole québécoise, et elle a décidé d'en faire son terrain de jeu.




Cette fois-ci, elle nous entraîne dans les aventures de Nikki, détective pou…